webleads-tracker

Le journal de l'éco -

Électrique, Mécanique, Électronique

A Brive, une équipe d’Orféa acoustique lutte contre le bruit en open space

A Brive, une équipe d’Orféa acoustique lutte contre le bruit en open space

L’équipe d’Orféa acoustique développement (OAD) à Brive, va peut-être révolutionner l’ambiance sonore des « open space ». L’entreprise, lauréate du concours national French loT de La Poste, est sélectionnée pour participer au CES Las Vegas en janvier 2017.


Silent Space : une « enceinte » connectée et nomade

Cette innovation se nomme « Silent Space ». Il s’agit d’une sorte d’enceinte, qui se présente comme un dispositif de masquage sonore connecté et totalement nomade. Implanté en plusieurs points répartis dans l’open space, le signal de Silent Space est restitué par les diffuseurs et les signaux captés sont calqués principalement sur la fréquence de parole. Certains bruits sont imperceptibles pour nos oreilles et peuvent néanmoins affaiblir l’intelligibilité des paroles. C’est là où le Silent Space intervient. Il est nomade, connecté et relié à une application mobile. Un système de code couleur permet d’évaluer l’environnement acoustique : bleu pour très bon, vert pour idéal, jaune pour bien mais avec des corrections à apporter, etc.

orféa acoustique2

Par ce procédé de masquage sonore, les perturbations auditives sont diminuées, à savoir les conversations, les bruits d’équipements techniques, l’activité humaine, etc. Ainsi, Silent Space est conçu pour améliorer l’environnement acoustique propre à chaque poste de travail. Grâce à ce dispositif, Orféa a été retenu dans le cadre du concours French Iot (internet des objet), organisé par le groupe La Poste.

A propos d’Orféa Acoustique

ORFEA Acoustique a vu le jour en 1997 à Brive. Son objectif : maîtriser le bruit et ses impacts sur l’Homme. L’entreprise briviste dispose aujourd’hui de 12 agences, emploie 40 salariés et a réalisé plus de 9 000 projets à l’échelle nationale.
Pour en savoir plus : http://www.orfea-acoustique.com/ 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

A lire également

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !