webleads-tracker

Conseil, Audit, Expertise

Claude Bailly à Brioude : « Allier mon expertise industrielle aux attentes des entreprises d’aujourd’hui »

Claude Bailly à Brioude : « Allier mon expertise industrielle aux attentes des entreprises d’aujourd’hui »

Jeune retraité depuis janvier 2015 en tant que directeur du site de la SNOP à Brioude, Claude Bailly souhaite aujourd’hui partager son expérience avec d’autres dirigeants d’entreprises. Que ce soit sur des besoins de diagnostics, de recherche de qualité ou encore de santé au travail. Avec 40 ans d’acquisition de compétences en continu sur le terrain, Claude Bailly compte apporter un retour d’expérience positive à tous ceux qui le lui demanderont.


Une succession de métiers divers

Claude Bailly a commencé sa carrière en 1975, dans l’industrie automobile, au sein des établissements Ducellier comme responsable méthodes opérationnelles. Poste qu’il a ensuite exercé chez Valéo, pour enchaîner comme technicien qualité, notamment pour l’étude des process de lancement de nouveaux projets.

C’est en 1987 qu’il rejoint le groupe SNOP. « J’ai eu envie de participer à l’aventure de la SNOP. Je dis bien aventure car je suis arrivé à un moment crucial pour l’entreprise. Mon poste avait pour objectif de sortir l’entreprise d’un problème de décertification. A ce moment là, il s’agissait de la norme AQF94. J’ai réalisé ce travail de certification en 6 mois. C’était indispensable pour rester dans le panel et faire ainsi que la SNOP ne ferme pas ses portes. La SNOP, à ce moment là, c’était 50 personnes. Aujourd’hui, c’est un groupe avec 27 sites qui emploie 4 500 personnes. »

Claude Bailly exerce le métier de responsable qualité pendant 10 ans. Puis, une opportunité se présente : un poste de pilotage plan progrès à Brioude. Il occupe ensuite un poste spécialisé dans la santé et la sécurité au travail pendant 10 ans. Puis, il prend la direction du site de la SNOP à Brioude jusqu’en janvier 2015. « J’ai eu la chance d’intégrer la SNOP. Je n’aurais pas pu faire une carrière similaire ailleurs. Passer de responsable qualité à la direction de l’entreprise, ce n’aurait pas été possible dans un grand groupe ! »

Titulaire d’un bac F1 et d’un BTS fabrication continue, Claude doit aussi sa carrière à sa capacité à se former constamment. « Il faut savoir s’adapter, se remettre en cause. Toujours avoir envie d’acquérir de nouvelles compétences au fil des formations. »

Partager son savoir-faire avec d’autres

« Aujourd’hui, les fournisseurs sont complètement cloisonnés. Ils ne voient pas l’intérêt de travailler avec quelqu’un d’un secteur différent. J’ai envie de les aider à prendre du recul pour voir le tronc commun entre eux. Les méthodes utilisées dans un secteur peuvent, avec quelques modifications mineures, être adaptées à un autre. Mon idée vient de là. De la difficulté pour beaucoup de petites et moyennes entreprises d’appliquer des méthodes, pourtant éprouvées par les grands groupes. Je mène une réflexion pour faire des choses concrètes avec méthodologie mais sans formalisation complexe. Il faut que toutes les entreprises puissent profiter des outils qui, aujourd’hui, fonctionnent. Que toutes adoptent des réflexes, des façons de fonctionner, de faire un choix qui soient efficients. »

Le projet de Claude Bailly est en phase d’étude. « Je souhaite connaître le besoin réel sur le terrain. Comprendre quelles sont les principales problématiques pour voir comment fonctionner. Je suis à l’écoute de toute proposition. »

Récemment, l’ancien dirigeant a rejoint le Cluster Auvergne Efficience Industrielle. « Ce concept m’a vraiment intéressé. Ce partage d’expérience. Je connais bien l’animateur actuel du Cluster, Dominique Lestant. Grâce à lui, j’ai pu intégrer le groupe en tant que personne physique. Je peux ainsi prendre du temps au temps pour finaliser mon projet. »

Si vous avez besoin de poser un problème, un diagnostic ou besoin de savoir comment organiser quelque chose, le structurer… Vous pouvez contacter Claude Bailly au 06 31 59 52 70 ou par mail : claudebaillylamothe@gmail.com.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

A lire également

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !