webleads-tracker

Le journal de l'éco -

Industrie

Cosmetosource, experte en industrie du cosmétique à Fontannes

Cosmetosource, experte en industrie du cosmétique à Fontannes

En 2013, Michaël Klein était auto-entrepreneur. Depuis fin janvier 2014, il a engagé un salarié et dirige la SARL Cosmetosource, située en Haute-Loire et spécialisée dans l’accompagnement et le conseil pour l’industrie cosmétique. D’ici la fin de l’année, il prévoit une nouvelle embauche et d’ici fin 2015, trois nouvelles personnes au total. A 29 ans seulement, on peut dire que Michaël Klein affiche un parcours sans faute et témoigne d’une belle progression de carrière parfaitement maîtrisée. Itinéraire d’un jeune entrepreneur lauréat des Trophées du Groupement des créateurs d’entreprises dans la catégorie « Créateur », le mois dernier à Clermont-Ferrand.


Michaël Klein a obtenu un DUT en biologie avec une spécialité pharmacologie ainsi qu’une licence professionnelle management des entreprises. Étudiant, il découvre l’univers du bio en travaillant les étés dans un petit laboratoire qui concentre ses activités autour de l’aromathérapie et des produits biologiques. « Cela m’a sensibilisé à une démarche environnementale et éthique, au fait de se focaliser sur l’intérêt du produit plutôt que sur l’aspect marketing. Ce job m’a aussi formé à la réglementation. J’ai ainsi acquis une expertise de marché » raconte t-il. Par la suite, il est employé dans le secteur du cosmétique pendant sept ans, ce qui lui permet de développer de multiples compétences et de bâtir un solide fichier de clients potentiels avant de se lancer dans la création d’entreprise. Cosmetosource naît donc d’une somme d’expériences et d’une succession d’étapes professionnelles mûrement réfléchie.

Aujourd’hui le rôle de manager de Michaël sonne comme une évidence : « J’ai toujours fait preuve d’esprit d’initiative. Quand j’étais salarié, mes différents emplois incluaient souvent la gestion de projet. La création était une suite logique » explique t’il. Si l’idée de monter sa propre entreprise a naturellement fait son chemin, il a tout de même fallu faire face à quelques difficultés : « J’ai dû rassembler des capitaux personnels et faire des investissements. Il y a peu d’indulgence pour une jeune TPE, pas de délai de paiement de la part des fournisseurs. Une banque a bien voulu me suivre, ce qui m’a permis d’acheter du matériel. J’ai également pu bénéficier des aides de la plateforme locale Initiative Création 43 et du Réseau entreprendre Auvergne qui m’ont accompagné sur le plan financier et sur la dimension gestion d’entreprise ».

Cosmetosource surfe sur la tendance du bien-être naturel

« Notre activité c’est la création de produits bios ou conventionnels en sous-traitance. Cela peut concerner les cosmétiques bios, les compléments alimentaires les parfums d’ambiance. On fait principalement de l’accompagnement, de la recherche, du développement, et de la production industrielle. On peut aussi travailler à la carte, n’intervenir que sur le conditionnement par exemple. En parallèle, nous développons notre propre marque axée sur les produits de certification bio, mélangeant les bienfaits de l’aromathérapie et les minéraux. La vraie réussite serait de pouvoir se positionner prochainement sur des produits utilisés comme dispositifs médicaux ». Cosmetosource se place généralement sur le segment de marché des petits projets : « on garde l’objectif de faire de la petite série parce qu’on a vraiment les compétences pour. Nos charges de structures sont faibles, on a un service de proximité, et on gère tout en interne. En revanche, cela nous demande une grande flexibilité, une excellente gestion des plannings et des stocks et des compétences en maintenance des machines. Les techniciens doivent être polyvalents ».

Cosmetosource affiche un bilan très positif et a même dépassé les objectifs fixés pour 2014. Mais Michaël reste prudent, conscient de la frilosité générale face à une jeune entreprise : « Donner sa chance à un créateur d’entreprise c’est prendre un risque énorme. J’ai déjà vu des clients potentiels choisir des sociétés peut être moins compétentes que Cosmetosource mais ayant pignon sur rue depuis des années». Dans le contexte souvent délicat de la première année d’existence d’une entreprise, le Trophée des GCE, obtenu en novembre, est apparu comme un cadeau de noël avant l’heure. « Ça crédibilise vraiment mon projet, surtout auprès des interlocuteurs locaux, comme les financeurs, les banques, la région…C’est une reconnaissance de la qualité de mes produits et une motivation supplémentaire pour faire progresser l’entreprise».



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

A lire également

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !