webleads-tracker

Etudes, conseil, expertise

Des dirigeants qui osent innover !

Des dirigeants qui osent innover !

Le 4 décembre dernier, les dirigeants du club APM Auvergne Nouveau Monde ont accueilli à l’hôtel Saint Mart, à Royat, Pierre Louis Desprez, dirigeant de Kaos Consulting qui intervenait sur le thème « Innovation de progrès et Innovation de ruptures : quels leviers ? »


Pierre Louis Desprez s’est employé à faire découvrir aux dirigeants les ressources inépuisables de créativité et d’innovation sur lesquelles ils peuvent agir avec leur équipe au sein de leur entreprise et transformer ainsi les obstacles en opportunités.

Des innovations de progrès… et des innovations de rupture

Il explique : « qu’il existe deux catégories d’innovations, celles qui sont des innovations de progrès – il s’agit alors d’améliorations apportées à un existant (Eau de Perrier, par exemple, est une eau gazeuse de table à fines bulles issues du soda Perrier qui ne se consomme pas à table), et des innovations de rupture – nouvelle approche sur un marché créant un changement total pour les clients : les fontaines à eau, la presse gratuite, la location au lieu de l’achat pour des biens industriels (Michelin, Schindler…), le système de vélo en libre-service de JCDecaux, etc. »

Selon lui, une entreprise en bonne santé cherche à innover sur ces deux volets, tous deux créateurs de valeur. L’innovation de progrès semble plus simple mais elle est plus facilement copiable. L’innovation de rupture semble plus complexe mais, si elle réussit, elle permet de créer un avantage concurrentiel plus durable.

Le carburant de l’innovation, c’est la créativité collective

Dans tous les cas, le carburant de l’innovation, c’est la créativité, et plus exactement la créativité collective, associant largement les équipes et l’écosystème de l’entreprise (clients, fournisseurs, partenaires, etc.). Les leviers pour innover existent et sont connus. Ils portent aussi bien sur des innovations de produits, que services : RH, modes de commercialisation, relation client, développement d’une marque, changement du modèle économique, etc.

Il faut se débarrasser de l’idée selon laquelle seule l’innovation produit est souhaitable. Avec son offre, Michelin Fleet Solution destinée aux PME du Transport, Michelin n’invente pas de nouveaux pneus mais un nouveau service conçu en fonction des besoins et des usages d’une cible de clientèle.

Les 3 critères d’une innovation

Trois critères-clés définissent une innovation : Est-ce que c’est nouveau ? Le nouveau touche l’émotion de surprise qui est une des six émotions fondamentales. Toutes les sociétés ont besoin de nouveau pour survivre. Il ne faut pas cependant confondre «c’est nouveau»  et « je n’aime pas ». Ça n’a rien à voir. Il faut franchir la barrière du ridicule, de l’esprit de géométrie qui nous incite à chercher la preuve et s’affranchir de l’illusion de l’ego qui pousse à s’approprier les idées créatrices. C’est du Schumpeter.

Le second critère concerne le client. Est-ce que c’est meilleur pour des clients ? Est-ce que je peux tenir ma promesse ? Qu’est-ce que ça change pour la vie de mes clients ? La plupart des innovations ne passent pas ce test impitoyable.

Le dernier critère concerne le caractère différenciant de l’innovation. La différenciation, c’est ajouter de la valeur. Une différence n’a de valeur que si le client lui attribue de la valeur.

Tant que vous n’y êtes pas, tant que vous n’avez pas les trois critères, il faut travailler. Il faut surtout retenir qu’une innovation qui satisfait à ses trois critères permet de vendre, c’est-à-dire qu’un client est prêt à payer pour l’innovation proposée : c’est une source de création de valeur nouvelle. Exemple : le « 7 » de Conté, hybridation entre un crayon et un critérium. Au départ, volonté de Conté de sortir de la filière bois (chèreté et problèmes d’approvisionnement). Ils ont eu une première idée de faire un crayon en plastique, idée qui n’a pas remporté de succès, le crayon ne se vend pas. Il manquait en fait l’agrafe pour tenir le crayon dans la poche, comme sur le critérium. Le petit pas de côté de Conté a été de voir du côté de Critérium et d’hybrider deux idées provenant du crayon de papier et du critérium.

Pour innover efficacement il faut surtout retenir que c’est un état d’esprit, empreint d’audace, de modestie, de coopération, et d’écoute empathique du client qui fera toute la différence. Il ne s’agit pas de s’entourer des plus grands génies ou de personnes d’exception mais plutôt de mobiliser collectivement tous ses collaborateurs en promouvant un état d’esprit résolument coopératif, ouvert et tolérant afin de s’adapter au changement et transformer ainsi les obstacles en opportunités. Pour ce faire, Pierre-Louis Desprez invite les dirigeants du club APM Auvergne Nouveau Monde à s’inspirer de Darwin qui affirmait que « les espèces qui survivent ne sont pas forcément les plus intelligentes et les plus fortes mais celles qui s’adaptent au changement. »

2015-12-04 09.47.40



Communiqué de presse du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !