webleads-tracker

Le journal de l'éco -

Édition Puy de dôme

Électrique, Mécanique, Électronique

Enedis réalise des visites de maintenance préventive par hélicoptère de ses lignes 20 000 Volts du Puy-de-Dôme

Enedis réalise des visites de maintenance préventive par hélicoptère de ses lignes 20 000 Volts du Puy-de-Dôme

Apporter à ses 405 000 clients du département du Puy-de-Dôme, la meilleure qualité possible d’électricité distribuée est une préoccupation majeure d’Enedis. Afin de limiter les incidents sur les 9 000 kms des réseaux moyenne tension du département du Puy-de-Dôme, de nombreuses actions de maintenance sont donc menées dont de l’élagage (1.3 M€ en 2016) et des visites de lignes par hélicoptère.
A l’échelle de l’ex-région Auvergne, ce sont chaque année environ 11 millions d’euros qui sont consacrés à une politique de maintenance préventive.


Détecter des défauts invisibles depuis le sol

Chaque année, 1/3 du réseau des lignes moyenne tension (20 000 volts) fait l’objet d’une surveillance par hélicoptère. Pour le département du Puy-de-Dôme, cela représente environ 3 000 kms. Ces visites permettent de détecter les défauts invisibles du sol (isolateurs cassés, fils détériorés, éléments endommagés par la foudre, …) et d’identifier les besoins en élagage. Un moyen d’éviter que les points de fragilité du réseau ne se transforment en panne. Enedis a confié cette mission de survol et de contrôle par hélicoptère à la société Jet Systems, qui opère pour le Puy-de-Dôme depuis l’aérodrome d’Issoire.

Préparer chaque vol avec minutie

« Tous les tronçons à visiter font l’objet d’une préparation en amont. Sauf en cas d’urgence comme lors de tempêtes par exemple, explique Renaud Genet de la société Jet Systems. Chaque vol doit être préparé avec minutie. Par exemple, nous visualisons tous les sites sensibles directement depuis notre PC sur des fonds topographiques. Les sites sensibles, ce sont les prisons, les centrales nucléaires, les parcs régionaux… pour lesquels nous avons l’obligation de prévenir de notre passage. » Pour chaque vol, trois personnes sont présentes dans l’hélicoptère : un pilote, un navigateur et un opérateur technique. Le personnel bénéficie d’une formation spécifique à la détection d’anomalie en internet et passe, chaque année, un agrément avec une société externe pour avoir l’autorisation d’effectuer des vols à basse hauteur. « Nous devons être en capacité de faire face à tous types de situation en vol. Et si une anomalie représente un danger imminent, nous prévenons sans attendre la société Enedis. »

Programmation de 500 interventions de maintenances chaque année

A l’issue de chaque visite de ligne, un rapport est remis à Enedis qui recense l’ensemble des anomalies constatées, leur localisation, leur qualification ainsi que des photographies très précises des défauts. Ces éléments servent à faciliter l’intervention humaine ultérieure indispensable à la réparation. On peut estimer que sur le département du Puy-de-Dôme, 500 interventions de maintenance sont ainsi programmées chaque année à la suite des diagnostics établis suite au survol en hélicoptère.

Quelques chiffres dans le Puy-de-Dôme

  • 9 000 kms de lignes moyenne tension
  • 9 700 kms de lignes basse tension
  • 3 000 Kms de ligne moyenne tension visités chaque année pour un budget de 35 k€
  • Environ 500 défauts potentiels répertoriés qui ont entraîné une intervention humaine ultérieure
  • Investissements sur les réseaux en 2015: 38.8 M€
  • 2,05 M€ consacrés à la maintenance préventive dont 1.3 M€ pour l’élagage



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

A lire également

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !