webleads-tracker

Le journal de l'éco -

Édition Puy de dôme

Emploi, Formation, RH

I-site et CAP 20-25 : Pour une visibilité mondiale de l’Université Clermont Auvergne

I-site et CAP 20-25 : Pour une visibilité mondiale de l’Université Clermont Auvergne

Il y avait foule ce mardi 23 mai dans le grand amphithéâtre de l’Université de lettres dans le cadre de la soirée organisée afin de présenter au monde socio-économique clermontois le projet, CAP 20-25. Ce projet ambitieux vise à mettre en oeuvre une transformation profonde de l’organisation et de la dynamique du pôle universitaire Clermontois.


La fusion des deux universités clermontoises s’est déjà traduite depuis le 1er janvier 2017 par la création de l’Université Clermont Auvergne (UCA) et cette dernière entend entrer aujourd’hui dans la cour des grands.
Née du rapprochement de ses deux universités -Université Blaise-Pascal et Université d’Auvergne – elle vient de décrocher le label I-Site (Initiatives Science – Innovation – Territoires – Économie). Cette reconnaissance de l’État, attribuée par un jury international du programme d’investissements d’avenir, ouvre à l’université auvergnate une plus large visibilité mondiale et surtout des financements importants.

Seuls quinze sites universitaires ont décroché le label Idex ou I-Site du Programme d’investissements d’avenir.

Le projet CAP 20-25 fixe une ligne directrice particulièrement ambitieuse pour les acteurs de l’enseignement supérieur, les organismes de recherches comme leurs partenaires, collectivités territoriales et entreprises.

Favoriser la visibilité internationale

Objectifs affichés :  Favoriser la visibilité internationale du site universitaire dans un contexte de plus en plus compétitif, contribuer à l’amélioration de la compétitivité économique et de la capacité d’innovation au travers d’une dynamique d’excellence en associant plus fortement les acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche à l’environnement socio-économique.

Ce mardi 23 mai, c’est Stéphane Calipel, Vice-président de l’Université d’Auvergne et délégué à la communication et à la culture, qui ouvrait une soirée riche en intervenants de renoms afin de présenter les capacités d’innovation et les forces scientifiques des acteurs auvergnats dans le cadre des thématiques d’excellence aujourd’hui reconnues comme des ‘axes stratégiques prioritaires’.

Quatre orientations scientifiques stratégiques

Ces axes ambitieux se déclinent selon quatre orientations scientifiques stratégiques.

  • D’abord, celle des agroécosystèmes durables dans un contexte de changement global : Optimiser l’intégration des systèmes agricoles (céréales et herbivores) dans leur environnement et augmenter leurs performances techniques, environnementales et sociétales ;
  • Ensuite, celle des systèmes et services innovants pour la production et les transports : Développer des briques technologiques sur les questions liées à la coopération homme-robot (systèmes robotiques autonomes et nouvelles technologies d’information/communication);
  • Encore, celle de la mobilité personnalisée comme facteur clé de la santé : formuler des solutions novatrices, interdisciplinaires, pour favoriser, préventivement ou de manière curative, la mobilité des personnes, facteur essentiel de leur santé, en explorant la fonction musculaire et des facteurs affectant les capacités motrices.
  • Enfin, celle des risques catastrophiques et la vulnérabilité socio-économique : Etudier les interactions complexes entre sociétés et catastrophes naturelles, notamment les risques volcaniques dans les pays en voie de développement et les étapes entre les résultats de la recherche et les décisions politiques.

Ainsi CAP 20-25 est un projet dont l’ambition s’attache à intégrer la diversité d’excellences choisies, pour faire du territoire universitaire d’Auvergne, en relation étroite avec ses partenaires industriels de niveau mondial comme avec les réseaux de PME, une référence nationale et internationale, dans un environnement naturel d’exception, pour qui souhaite se former et faire de la recherche au meilleur niveau.

 

Plusieurs tables rondes 

Plusieurs tables rondes ont rythmé cette grande soirée. Le premier échange visait naturellement à présenter le projet. Il réunissait Mathias Bernard, président de l’université Clermont Auvergne et naturellement Pierre Schiano, directeur du projet CAP 20-25

img_5406
img_5405
img_5403
img_5401
img_5407
[/su_slider]

 

Agroécosystèmes durables dans un contexte de changement global était le sujet de la table ronde ‘baptisée Challenge 1’ en présence d’Isabelle Veissier, Directrice de l’unité mixte de recherche « Herbivore » et animatrice du challenge, de Valérie Mazza, directrice scientifique du groupe Limagrain, de Thierry Langin, directeur d’une unité de recherche dédiée à l’amélioration de la qualité et du rendement du blé,

La table ronde suivante, ‘Challenge 2’, était consacrée aux systèmes et services innovants pour la production et les transports. Elle réunissait Michel Dhome, directeur du Labex ImobS3 et animateur du challenge, Terry Gettys, Directeur Monde de la Recherche et Développement du groupe Michelin et Emmanuel Hugo,directeur du centre IRSTEA de Clermont-Ferrand.

La nouvelle structuration mise en œuvre s’accompagne d’engagements inédits dans des partenariats public-privé. C’est ainsi, par exemple, que la coopération intensifiée avec la manufacture Michelin se traduit aujourd’hui par la création d’un laboratoire partagé – le premier au monde pour Michelin – entre l’entreprise et la nouvelle université. De même la coopération avec l’entreprise Limagrain a conduit à la création conjointe d’un Living Lab: le laboratoire d’innovation territoriale pour les grandes cultures en Auvergne (LIT).

La table ronde ‘challenge 3’ était consacrée à « La mobilité personnalisée comme facteur clé de la santé ». Pour échanger sur ce thème, la table ronde réunissait Alain Echalier, président de l’Institut Analgésia qui travaille sur la douleur et animateur du challenge, André Salagnac, Directeur Général Adjoint du CHU de Clermont-Ferrand Dominique Pella, Délégué régional de l’INSERM pour Auvergne-Rhône-Alpes et Philippe Laurent, président du Cluster Nutravita et de l’association Auvergne Nouveau Monde.

La table ronde ‘challenge 4’ portait sur le thème  « Risques naturels catastrophiques et vulnérabilité socio-économique ». Autour de la table : Patrick Bachelery, Directeur de l’Observatoire de Physique du Globe de Clermont-Ferrand et animateur du Challenge, Kelly Labart, Secrétaire Générale de la fondation pour les études et la recherche sur le développement International, la FERDI et Frédéric Faure, Délégué régional du CNRS Rhône Alpes Auvergne.

Vie étudiante et territoire

Enfin, 2 derniers échanges concluaient cette grande soirée.

« Cap 20-25 et la Vie étudiante » était le thème abordé par Jean François Collin, directeur du Service Enseignement Supérieur et Relations Internationales à la ville de Clermont-Ferrand et Guillaume Ourties, vice-président de l’UCA délégué à la vie étudiante

Et enfin, la table-ronde « CAP 20-25 et son territoire » réunissait Jean-Pierre Brenas, conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes, vice-président de la commission enseignement supérieur, recherche et innovation et Jérôme Auslender, adjoint à l’enseignement supérieur, la recherche, la vie étudiante et les relations internationales à la ville de Clermont-Ferrand.

 

Le projet CAP 20-25 intègre les compétences scientifiques les plus élaborées du site universitaire Clermontois et participe à exprimer et à renforcer l’identité du territoire de l’Auvergne. Dans un environnement naturellement favorable à une indéniable qualité de vie, il porte l’ambition de contribuer de manière majeure aux évolutions scientifiques, technologiques, environnementales et comportementales indispensables à la conception de « modèles de vie et de productions durables », qui constituent le concept central du projet.

 

 

 

 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

A lire également

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !