webleads-tracker

Commerce et Distribution

La marque Renova à Saint-Yorre : des idées sur le papier !

La marque Renova à Saint-Yorre : des idées sur le papier !

Vichy Val d’Allier : Particulièrement réceptif aux bonnes ondes susceptibles de propager la marque Renova en Europe du Nord, Paulo Pereira da Silva décidait l’an dernier d’implanter une unité de production en Auvergne. Une première implantation à l’étranger aujourd’hui opérationnelle, qui illustre la stratégie d’internationalisation de l’entreprise.


« L’architecture et la décoration sont l’expression de l’ambition et du style de l’entreprise. »

Physicien de formation et grand admirateur de Blaise Pascal, ce chef d’entreprise à la tête du groupe portugais depuis 1994, a arrêté son choix sur les 20 000m2 du site industriel de Saint-Yorre en attente d’un nouvel occupant.

Good vibes et bonnes interférences…

Alors que l’endroit réunissait la plupart des conditions propices à son installation, l’ensemble des acteurs économiques s’est mobilisé pour accueillir Renova sur place.

Ce dossier, détecté par l’Agence régionale de développement, puis traité par les équipes locale (Vichy Val d’Allier Développement) et départementale (Comité d’expansion économique de l’Allier), les services de l’Etat, et les collectivités territoriales, représente pour le territoire un modèle de coopération pour accompagner les investisseurs extérieurs.

C’est chose faite depuis mars dernier et la trentaine de salariés, des jeunes pour la plupart recrutés localement, a été formée aux méthodes Renova. Des méthodes, ou plutôt un état d’esprit résolument tourné vers l’innovation. Le tout accompagné d’un investissement de 20 M€.

Avec ses bureaux en open-space et son show-room qui, à l’instar de celui de Torres Nova au Portugal, devrait être prochainement ouvert au public, Renova casse les codes pour « décloisonner la culture de l’entreprise. Nous voulons favoriser les interférences entre toutes les personnes concernées ». Fournisseurs, prestataires de services, sans oublier les clients considérés comme « des citoyens libres de leurs choix et non de simples consommateurs » : chacun d’entre eux participe à la communauté Renova dont il devient dès lors partenaire, voire distributeur. Synonyme de transparence dans les mots, dans les actes, ainsi que dans les espaces de travail, cette ouverture stimule en interne la créativité de nos collaborateurs. Ils peuvent donner libre cours à leurs émotions et partager leurs idées ». Certaines d’entre elles seront ensuite imprimées sur le papier hygiénique, essuie-tout et autres mouchoirs estampillés Renova.

Re-créer son univers spécifique

« Il faut qu’en arrivant sur notre site de Saint-Yorre, on comprenne ce que fait Renova, mais aussi ce que nous sommes vraiment ! » Désireux d’injecter un peu de son ADN originel dans l’Allier, Paulo Pereira da Silva y a apporté des objets imprégnés de l’âme de l’entreprise : le bois dont sont faites les balançoires de la mezzanine a été charrié par la rivière Almonda irriguant la ville de Torres Nova où Renova a vu le jour. À l’inverse, des tuyauteries et une poutre maitresse déjà sur place ont été conservées pour faire partie intégrante du nouveau décor. « Récupérer, recycler, réemployer sont autant d’actes qui croisent le bon sens et le respect de l’existant ; plus qu’une obligation, c’est une véritable mission… »

Dûment dotée de machines dernier cri et d’un magasin de stockage automatisé, l’usine a démarré sa production au printemps dernier. Les bobines de papiers qui arrivent du Portugal sont ensuite recoupées et transformées en rouleaux avant d’être imprimées.

Paulo Pereira da Silva nourrit de grandes ambitions, à moyen et à long termes, pour le site de Saint-Yorre. Promu siège français de Renova et camp de base de ses innovations à venir, il marque sa volonté d’expansion en Europe et au-delà.

Parce que « l’art a partout sa place », des slogans de l’entreprise et des dessins viennent donner des couleurs aux murs tout en donnant du sens à chaque étape, de la réception du papier à l’expédition des produits finis. Si chez Renova, on ne transige pas avec la sécurité et le bien-être au travail des salariés, rien n’empêche de remplacer les bandes signalétiques indiquant les couloirs de circulation réglementaires par des colonnes de fourmis peintes sur le sol … On retrouve partout cette même envie de « communiquer positivement » qui fait la marque de Renova.

« Si le conformisme engendre la routine, la création visuelle dynamise les lieux de travail. »

Saint-Yorre, l’implantation de tous les possibles !

Rompant avec la tradition du blanc et sortant des bons tons conventionnels, Renova a réussi à faire du papier toilette un objet glamour et sexy, aux couleurs flashy et aux imprimés teintés d’humour.

Ses gammes abordables créées à partir de 2013 séduisent un public élargi et figurent dans les plus grandes chaînes de distribution françaises. Jusqu’alors réservé à des lieux de vente sélectifs et « trendy » (concept stores, musées, show-rooms, fashion weeks…), l’effet Renova continue de partager les ressentis de ses « fans » partout sur la planète et sur le World Wild Web… Cultivant son originalité depuis l’Allier, Renova a pour principale ambition de se convertir en une marque du quotidien, capable d’offrir des produits exclusifs et innovateurs, disponibles dans le monde entier.

Fondée à la source de la rivière Almonda en 1939 par des hommes d’affaires portugais, Renova est la première entreprise papetière d’Europe à avoir obtenu la triple certification : Environnementale (ISO 14001), Qualité (ISO 9001) et Sécurité (OHSAS 1800).

Opérant depuis ses deux usines du Portugal (600 collaborateurs) et dorénavant de son site auvergnat-rhônalpin, la marque dispose de filiales au Portugal, en Espagne (leader sur ses marchés), en France et en Belgique. Présente dans plus de 60 pays, Renova a produit en 2015 quelque 150.000 tonnes de produits, réalisant un chiffre d’affaires de 140 Millions d’euros.

Textes : Véronique Durupt / Photos légendées Bruno Pinard-Legry, pour les Carnets économiques de Vichy Val d’Allier Développement

logo-vvad-2015_1



Communiqué de presse du Journal de l’éco

A lire également

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !