webleads-tracker

Services aux entreprises

La RSE comme modèle de développement pour l’entreprise

La RSE comme modèle de développement pour l’entreprise

A l’initiative du Parc Livradois-Forez, DERSELF réunit des entreprises, des collectifs d’entreprises et des partenaires qui souhaitent Développer la Responsabilité Sociétale de l’Entreprise en Livradois-Forez. Une initiative largement suivie.


Accompagner le développement des entreprises

C’est l’une des missions du Parc naturel régional Livradois-Forez et de son responsable du pôle de Développement économique, Etienne Clair.

Dans un pays fragile dont l’histoire est étroitement liée à l’émergence d’activités industrielles, mais aussi hélas à leur déclin, l’accompagnement des entreprises vise à les inciter à évoluer vers des filières d’excellence en agissant sur la performance globale.

DERSELF est un programme d’actions pour le Développement de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) en Livradois-Forez, un sigle un peu long à développer mais qui contient toute la philosophie du projet : « proposer et expérimenter de nouvelles pratiques durables et solidaires, non pas subies mais désirées et appropriées par les entreprises, les habitants et les collectivités locales ».

Faire du périmètre du Parc un territoire exemplaire en matière de développement durable est un projet qui concerne tous les secteurs d’activité, un projet que porte Etienne Clair pour « faire en sorte que cette stratégie soit partagée par les entreprises ».

RSE pour quoi faire ?

Les entreprises n’ont-elle pas le devoir aujourd’hui d’inscrire leur développement économique dans une stratégie de développement durable prenant en compte leur impact environnemental et humain ? C’est incontournable pour conquérir de nouveaux marchés, réduire ses coûts et prévenir les risques mais ce qui peut paraître une contrainte pour certains s’avère être une opportunité : au final les entreprises qui ont su mettre en place une approche environnementale et sociétale sont aussi les mieux placées en terme de performance économique. La fameuse norme ISO 26000 est de plus en plus souvent exigée pour répondre à des appels d’offres en France et à l’international. Elle repose sur 7 principes d’actions au regard desquels les entreprises sont invitées à se positionner : redevabilité (capacité de rendre compte) ; transparence, par la mise à disposition d’informations claires et justes ; comportement éthique, c’est-à-dire basé sur l’honnêteté, l’équité et l’intégrité ; reconnaissance des intérêts des parties prenantes ; respect du principe de légalité (conformité à toutes les législations et réglementations en vigueur) ; prise en compte des normes internationales de comportement ; respect des droits de l’homme (caractère universel de la Déclaration internationale des droits de l’homme).

Plus simplement dit, 7 domaines d’action sont concernés : la gouvernance, les communautés et le enveloppement local, les droits de l’homme, les relations et conditions de travail, l’environnement, la loyauté des pratiques, les attentes et besoins des consommateurs. L’objectif du Parc, avec ce programme DERSELF, est d’aider les entreprises au diagnostic de leurs pratiques pour les aider à évoluer vers un plan d’action sur chacun de ces domaines.

La méthode

Une des particularités de la méthode proposée par les partenaires est de partir d’un diagnostic qui présente un état des lieux de l’existant mais également des attentes des entreprises. Ce diagnostic permet à l’entreprise de « repérer des pratiques, d’identifier comment les valoriser et de repérer des marges de progrès ». La démarche associe le chef d’entreprise tout au long d’un processus d’auto diagnostic suivant une grille élaborée selon la norme ISO 26 000 et prenant en compte les spécificités du Livradois-Forez. Il n’est pas seul cependant : le programme DERSELF organise des rencontres avec d’autres chefs d’entreprise, valorise les progrès des précurseurs, met en relation d’autres partenaires du monde économique comme les chambres consulaires ou, par exemple, la CARSAT pour ce qui concerne l’aspect santé sécurité au travail) et tisse des liens autour du projet d’entreprise.

Par ailleurs, pour l’accompagner dans cette première phase, l’agence Alticentre assiste le chef d’entreprise mais ne fait pas à sa place car, à l’issue du diagnostic, c’est lui qui présentera sa stratégie et son propre calendrier exprimés dans son « arbre d’objectifs » déclinés en plan d’actions.

Souvent, s’amuse Etienne Clair, ce diagnostic révèle que « beaucoup d’entreprises sont déjà engagées dans une démarche RSE sans le savoir ».

Une approche réseau

L’auto-diagnostic a été proposé aux 327 entreprises du Livradois-Forez de 6 salariés et plus avec une formation à la RSE de 3 jours. 79 ont répondu, pour une cinquantaine très actives dont des entreprises leader dans leur secteur d’activité. Cette présence de managers très volontaristes a permis de développer une seconde phase de l’action : le partage d’informations, la diffusion de bonnes pratiques au cours de rencontres et visites organisées entre chefs d’entreprise. Ces visites et rencontres inter-entreprises ont pour objectif de « Croiser le regard entre chefs d’entreprise pour intégrer le RSE dans leur propre stratégie de développement ». Un site internet dédié au DERSELF propose des portraits d’entreprises leaders telles que Jakubowski, spécialiste de structures chaudronnées et de tuyauterie qui a mis en place des actions de formations et implique ses salariés dans le management ou Plastelec, fabricant de câbles en fibres optiques dont l’effort porte sur la réduction des nuisances pour l’environnement (tri et valorisation des déchets) et l’amélioration des conditions de travail (sécurité, secourisme).

Loin des discours sur la RSE, l’organisation de visites dans ces entreprises permet de comprendre, très concrètement, comment ces actions peuvent se mettre en place au sein d’unités de production.

Le Journal de l’éco a suivi ces chefs d’entreprises et acteurs économiques locaux dans la visite de l’une de ces entreprises, Forginal Industrie, qui voit son engagement RSE récompensé par une croissance de son activité sur des marchés très difficiles à pénétrer et qui assureront demain, la pérennisation des emplois (à lire dans une prochaine édition).



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !