webleads-tracker

Tourisme, Hôtellerie, Restauration, Voyage

L’association Femmes du tourisme récompense trois femmes entrepreneurs

L’association Femmes du tourisme récompense trois femmes entrepreneurs

Initiative lancée il y a 7 ans, le Trophée des Femmes du Tourisme récompense une femme qui, par son action, permet de valoriser et favoriser le rayonnement de l’industrie touristique. Cette année, l’association Femmes du tourisme récompense une étudiante en Master 2, Albertine Soulié. Trois projets ont retenu l’attention du jury par leur originalité et leur innovation. Le thème portait sur les prospectives de développement d’une entreprise du tourisme.


Le baromètre Femmes du tourisme (réalisé auprès de 1 200 femmes cadres et dirigeantes)

Femmes du tourisme est une association née en 2005 qui réunit aujourd’hui plus d’une centaine de cadre et dirigeantes du tourisme. Selon le baromètre, les femmes représentent 80 % des effectifs dans le secteur du tourisme mais seulement 7 % dans les instances dirigeantes. Bien que l’expression ne soit pas employée, on peut donc parler de plafond de verre pour ce secteur. Les femmes cadres sont diplômées (bac + 3 à bac + 5), ont souvent commencé jeunes dans le tourisme.

En revanche, leurs revenus ne semblent pas à la hauteur de leurs attentes, à 70 % des répondantes au baromètre. 49 % des femmes gagnent moins de 3 000 euros mensuels, 35 % de 3 000 à 5 000 euros. Une intervenante a également évoqué des cas de misogynie féminine. Toutefois, dans la nouvelle génération (Y notamment), ces formes de sexisme semblent en voie de disparition.

Des témoignages de femmes entrepreneures et dirigeantes

Plusieurs intervenantes (Karen Bras, Alix Gautier, Olivia Robert, Alix Philipon, nouvelle présidente de l’APST) se sont succédé pour témoigner de leur expérience d’entrepreneur. La volonté d’entreprendre peut être précoce ou se déclarer sur le tard. Dans les deux cas, il ne faut pas hésiter à se faire aider, soit par des réseaux, notamment de femmes, soit par son entourage. La question du lancement de l’activité n’est pas toujours simple, comme l’a souligné une intervenante, qui a dû commencer par travailler plusieurs années avant de réunir les 100 000 euros nécessaires à son entreprise. Par ailleurs, les témoignages tendent à montrer que les femmes sont plus adeptes du pas à pas et de la montée en puissance progressive de leur activité.

Le principal frein au désir d’entreprendre semble être un certain manque de confiance en soi, conséquence de conceptions dépassées du rôle des femmes dans l’entreprise. Ce handicap tend à disparaître avec les nouvelles générations de femmes, beaucoup plus « battantes ». Il faut aussi souligner la volonté chez les femmes de trouver un équilibre temps de travail-temps privé, car la femme entrepreneur est souvent aussi mère de famille, avec le stress associé à l’obligation de tout mener de front. Les interruptions de carrière dues à la maternité ne sont toutefois pas vécues comme un frein par les intéressées.

La femme entrepreneur a donc souvent de multiples obligations et elle ne doit pas forcément rester seule pour y répondre. Elle peut soit s’associer (exemple rappelé par Mme Philipon), soit se faire coacher, soit, pour les start-up, se faire incuber. En tout état de cause, la séquence montre que l’entrepreneuriat au féminin dans le monde du tourisme est une réalité tout à fait tangible et qu’au fond il n’y a aucune fatalité en la matière. Il faut donc encourager les femmes qui se sentent la vocation d’entreprendre à se lancer, en procédant pas à pas, avec au début les nécessaires conseils de professionnels, par exemple de l’incubation, du financement ou de l’amorçage. L’idée initiale doit être sérieusement éprouvée et « challengée », afin de dégager un business model pertinent. Une fois les premiers pas effectuées, et l’entreprise lancée, viendra ultérieurement l’étape suivante de la levée de fonds, pour atteindre la taille critique. Si toutes ces étapes sont franchies avec succès, alors l’entreprise pourra voir pérennisée son activité.

 

 



Communiqué de presse du Journal de l’éco

A lire également

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !