webleads-tracker

BTP, Construction, Immobilier

Les avantages de la fiscalité au Maroc

Les avantages de la fiscalité au Maroc

Le monde de l’entrepreneuriat est étroitement lié à celui de la fiscalité. En effet, avant d’investir dans un pays, il…


Le monde de l’entrepreneuriat est étroitement lié à celui de la fiscalité. En effet, avant d’investir dans un pays, il sied d’en maîtriser les obligations et avantages fiscaux. Le Maroc fait partie des pays particulièrement appréciés pour les avantages fiscaux qu’ils offrent aux investisseurs.

La fiscalité marocaine dans le secteur immobilier

L’immobilier est un secteur prisé et prometteur. Il peut toutefois devenir très contraignant si la fiscalité ne l’accompagne pas. Les instances dirigeantes du Maroc l’ont compris très tôt. Ainsi, quelques facilités sont accordées à toute personne désireuse d’investir dans ce secteur, notamment pour passer sa retraite au Maroc. Lesdits avantages s’analysent essentiellement en réductions et en exonérations. Pour ce qui est des réductions, elles concernent les droits d’enregistrement après l’achat d’une parcelle ou d’un immeuble (2,5%), l’impôt sur les sociétés (jusqu’à 50%) pendant les 5 premières années d’exercice et la TVA qui est de 14% au lieu de 20% pour les travaux.

Quant aux exonérations, elles sont relatives à la taxe sur les profits immobiliers, à la taxe d’édilité, aux plus-values immobilières, à la taxe urbaine, à l’impôt des patentes, à la taxe sur les opérations de construction et à la TVA pour certains biens prévus par la loi de finances. Toutefois, il convient de signaler que chacune de ces exonérations est soumise à des conditions prédéterminées.

Un régime fiscal favorable aux investissements

Outre le secteur immobilier, le Maroc a également prévu des avantages fiscaux pour tout autre investissement. La ligne directrice place les investissements étrangers en très bonne position. De prime abord, on peut évoquer la suspension de la TVA. Celle-ci est relative uniquement aux produits destinés à l’exportation. A ceci s’ajoute la possibilité de transférer librement des capitaux sans aucune contrainte particulière, ainsi qu’un régime unique de convertibilité du dirham en devises étrangères.

 

En outre, quelques exonérations figurent au nombre des avantages fiscaux de cette catégorie. Elles ont trait à la TVA et à la patente sur 5 ans, et à l’impôt sur les sociétés. Ce dernier n’est pas dû pendant les 5 premières années d’exercice et connaît un abattement de 50% sur le chiffre d’affaires, pour le compte de la prochaine période de 5 ans.



Un publi-rédactionnel du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !