webleads-tracker

Le journal de l'éco -

Édition Puy de dôme

Institutions, Admnistrations et Collectivités, Territoires

L’ES Vichy : une école au coeur de l’université

L’ES Vichy : une école au coeur de l’université

Depuis plus d’un demi-siècle, le patrimoine scolaire vichyssois compte avec un établissement longtemps appelé « Les carrières féminines ». Après son rachat il y a six ans, tout a changé : le lieu, le nom et la vision des choses. L’ES Vichy se veut plus ouvert sur le monde qui l’entoure, dans sa ville et à l’international.


En 2013, l’ES Vichy a fêté ses 50 ans. Pourtant, après cinq décennies, l’école n’a plus rien à voir avec ce qu’elle était. Rachetée en 2010, elle déménage pour intégrer le 17, avenue des Célestins. Avec cela, c’est un changement de trajectoire comme le confie Antony Wavrant, directeur de l’école depuis quatre ans : « Le but n’est plus de travailler seul de notre côté. Nous avons intégré le campus Albert-Londres dans la sphère du Pôle Lardy. Cette proximité nous permet de partager des plateaux techniques -laboratoire de science, salle informatique- et d’avoir un accès à la médiathèque de l’Orangerie ». Sa différence, l’établissement aux 250 élèves souhaite la marquer par une excellence en travaillant collectivement plutôt que par l’autarcie.

C’est pourquoi la certification Voltaire est proposée aux étudiants. Une formation orthographique d’une heure par semaine. « Nous avons pris cette décision il y a trois ans, précise Antony Wavrant. La première année, 30 % de nos étudiants se sont inscrits, cette année 90 %. Elle est valable deux ans et sur un CV, c’est un gros plus pouvant faire la différence. Les étudiants le savent et se le disent entre eux. Son coût est de 30 euros. L’école prend en charge 20 euros et laisse une participation de 10 euros à la charge de l’étudiant. Cela permet de l’impliquer plus facilement que si nous prenions en charge la totalité des frais. C’est un vrai signe de motivation. »

Une ouverture sur la vie locale

En modifiant son implantation géographique, l’ES Vichy a souhaité changer son implantation stratégique. Dorénavant, des ponts sont mis en place avec des formations d’autres établissements.

Le partage de projets pédagogiques entre la filière esthétique de l’ES Vichy et la filière diététique du Pôle Lardy en est la preuve. Cela dans le but de partager les compétences et de tirer tout le monde vers le haut. Mais, en dehors du monde scolaire, l’établissement fait sortir les élèves de leur fonctionnement traditionnel en les poussant à avoir des relations avec le monde professionnel. Les stages en entreprise, la participation à divers salons et la réception de professionnels permettent d’avoir un premier regard sur la vie active. Cela permet aussi de constituer un réseau important avec les entreprises de la région car avec 250 élèves, 2.000 semaines de stage ont lieu chaque année.

Les partenariats sont nombreux comme celui établi avec la JAVCM, club de basket né de la fusion entre Vichy et Clermont-Ferrand. Chaque année, des étudiants sont mis à disposition de l’équipe de basket pour l’organisation des matchs. Leur rôle est de réceptionner les spectateurs VIP.

Un regard sur le monde au sens large

« Chaque année, les élèves font un voyage scolaire en lien avec leur formation, ajoute Antony Wavrant. Cette année, les BTS tourisme organisent une croisière en Méditerranée d’une semaine, les BTS MUC et Assistant Manager ont pour projet de passer une semaine à Londres. Chaque projet a un but pédagogique. De la même manière, nous avons un lien avec l’Asie permettant d’envoyer tous les ans entre dix et douze étudiantes en esthétique en Indonésie, au Japon et en Chine. C’est un échange de savoir-faire et de culture. Pendant les dix jours, quatre sont consacrés à la pratique et les autres, au tourisme. »

Mais envoyer des étudiants à l’étranger n’est plus la seule vocation de l’ES Vichy. Maintenant, certains inscrits viennent de loin, de très loin même. Guadeloupe, Portugal, Congo, Madagascar, Allemagne ou encore Mayotte, pour six étudiants des 250 étudiants, leur lieu d’habitation est situé hors des limites de l’hexagone. Les raisons de leur arrivée à Vichy sont multiples. Parmi elles, une renommée indéniable et une politique tarifaire en constante évolution. Pour le directeur de l’école, l’ES Vichy place certains BTS au haut du classement des formations les moins onéreuses à l’échelle du pays : « On souhaite accueillir tout le monde. Dans notre offre, nous avons un restaurant universitaire à disposition et une ville dans laquelle le coût de la vie n’est pas très élevé. Pour un étudiant dont les moyens sont limités, ça compte. »

Un regard tourné vers l’avenir

Parce qu’il faut savoir évoluer avec son temps, des nouveautés sont au programme de la rentrée 2017. Pour les jeunes intéressés par le paramédical mais effrayés par le fait de tenter une première année de médecine, des classes préparatoires aux concours de podologue, psychomotricien et ergothérapeute seront proposées. Le nombre de places est fixé à 24 par formation pour cette phase de lancement afin de créer des groupes avec un suivi personnalisé, toujours dans le respect de la philosophie de l’établissement en grandissant raisonnablement dans un esprit qualitatif.

Rédaction Nicolas Jacquet, pour les Carnets économiques de Vichy Val d’Allier Développement

logo Vichy Val d'Allier



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

A lire également

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !