webleads-tracker

Le journal de l'éco -

Édition Auvergne Rhône-Alpes

Clubs, syndicats, clusters et réseaux

L’incubateur Ronalpia présente sa troisième promotion d’entrepreneurs sociaux

L’incubateur Ronalpia présente sa troisième promotion d’entrepreneurs sociaux

Créé en 2012, l’incubateur dédié aux entrepreneurs sociaux accompagne aujourd’hui une vingtaine de projets. La troisième promotion est à peine commencée qu’un quatrième appel à candidature se profile à l’horizon.


Le talent n’attend pas le nombre des années, dit-on. Il arrive en effet que l’adage trouve son écho dans la réalité. Tout juste âgées de 25 et 26 ans, Enora Guerinel et son associée Léna Geitner sont les heureuses fondatrices de l’incubateur Ronalpia. Dédié à l’entrepreneuriat social, ce dispositif d’un nouveau genre accompagne aujourd’hui sa troisième promotion de porteurs de projets. Si l’entreprise sociale n’est pas toujours le plus court chemin vers le succès, elle représente pour les deux jeunes femmes, l’écosystème le plus motivant et le plus énergisant qu’elles connaissent : « Tous les matins, je suis heureuse de me lever parce que je sais que je vais retrouver des entrepreneurs plein d’énergie, capable de déplacer des montagnes et qui gardent une motivation sans faille pour développer leurs projets » témoigne Enora.

Chaque année, l’incubateur monte en puissance. « En 2013, sur 35 projets nous en avions sélectionné 5.  Cette année, l’appel à candidature a recueilli 60 demandes et nous avons gardé 8 dossiers. Nous espérons encore nous développer, même si nous savons que nous allons forcément atteindre une limite » admet Enora.

 Des projets innovants et variés

Ce sont donc huit nouvelles recrues qui ont rejoint le catalogue de Ronalpia cette année. Et les domaines d’intervention sont aussi variés qu’inattendus. « Les nouveaux venus regroupent un atelier de menuiserie-ébénisterie, un journal en ligne produit par des personnes en situation de handicap, une unité de production d’insectes comestibles, un dispositif d’accompagnement dédié à la parentalité positive, un fabricant de bijoux pour appareil auditif, une entreprise de financement solidaire, un projet participatif pour permettre aux collectivités de produire de l’énergie renouvelable, et un réseau d’atelier pour le partage de savoirs faire autour du textile » énumère Enora. Tous ces porteurs de projets bénéficient d’un accompagnement gratuit pendant 18 mois. Pour assurer son financement, Ronalpia peut compter sur le soutient de plusieurs partenaires privés et publics, dont la ville de Lyon et la région.

Déjà en activité, la promotion 2013 présente des résultats encourageants pour les nouvelles recrues. Certains candidats ont même atteint l’équilibre et sont en mesure de se verser un salaire. « Nous sommes assez satisfaites des premiers résultats, confie Enora. On a hâte de voir comment se débrouilleront nos petites entreprises d’ici 3-4 ans! » s’enthousiasme la jeune fondatrice de Ronalpia. En attendant, elle pense déjà au prochain appel à candidature qui se profile : les phases de sélections sont d’ores et déjà programmées, entre le 24 octobre et le 29 novembre prochain.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

A lire également

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !