webleads-tracker

Actu éco

Lyon 9 : Addbike, la startup qui réinvente la mobilité à vélo

Lyon 9 : Addbike, la startup qui réinvente la mobilité à vélo

La société lyonnaise AddBike, fondée par Renaud Colin en mars 2015, ambitionne de révolutionner la mobilité urbaine en proposant de transformer votre vélo en triporteur multifonction. Portrait d’un entrepreneur qui met sa créativité au service de notre quotidien et de la planète.


Faire son Master environnement en Corse lorsque l’on se revendique Picard n’est pas courant ! C’est pourtant le parcours qui a mené Renaud Colin à travailler pendant plusieurs années dans le domaine de l’environnement et des énergies renouvelables pour différentes sociétés, avant de se lancer à 35 ans dans la création d’entreprise.

« Les gens autour de moi savaient que je créerai un jour ou l’autre mon entreprise. En 2014, j’ai trouvé le moment propice : sur le plan professionnel j’arrivais au terme d’un gros projet et j’avais besoin d’un nouveau défi, tandis que sur le plan personnel, la venue de mon deuxième enfant m’a amené à chercher une solution pour continuer à me déplacer en vélo en ville, en particulier pour faire les courses ou emmener les enfants à l’école et à la crèche. Entre la remorque, trop grosse et pas assez maniable et le triporteur, cher et qui nécessite un garage spécifique, je n’ai rien trouvé qui me satisfasse. »

La naissance du concept

« L’idée a germé de proposer un produit intermédiaire, adapté au grand public : il s’agit d’un châssis à deux roues qui vient se fixer à la place de la roue avant d’un vélo classique, pour le transformer en triporteur apte à transporter des charges, tout en restant maniable. L’AddBike est né !  Sur le châssis, on pourra fixer des modules adaptés à différents usages : on va en commercialiser deux pour commencer, un charriot pour faire ses courses et une box dédiée au transport d’enfants. »

L’aventure a réellement pris forme pour Renaud Colin mi-2014 lorsqu’il a été sélectionné dans le cadre du concours Lyon Start Up, structure qui l’a aidé en lui donnant les premières clefs de lecture de entrepreneuriat. Le projet avançant, il a reçu l’accompagnement d’incubateurs : Pulsalys pour l’aspect innovation technologique et Ronalpia pour les aspects sociétaux. Les financements ont mixé plusieurs sources : apport personnel, aides de la région, crowdfunding, bourses à la création et appels à projets.

L’expérience utilisateur au centre de la réflexion

« Depuis le début, on attache beaucoup d’importance à faire tester le concept à des personnes nouvelles, on a ainsi fait un tour de France dans 7 grandes villes avec des retours très positifs d’utilisateurs qui mettent en avant la stabilité de l’AddBike, sa capacité de transport ou encore la satisfaction de conserver son vélo personnel. On va également mener une expérimentation de 6 mois à partir d’avril 2016 avec l’Ademe pour valider le concept auprès de partenaires rhônalpins, comme par exemple le CEA de Grenoble qui va l’installer sur ses 2000 vélos ou l’agence d’Ecomobilité de Chambéry qui incitera les gens à l’utiliser pour faire leurs courses ou encore le Grand Lyon qui le testera avec ses agents. Au terme de ces améliorations débutera la commercialisation, à l’automne 2016. »

L’innovation comme ADN

L’axe environnemental et social est important pour Renaud Colin. Avec l’aide de Ronalpia, il réfléchit à l’animation d’une communauté collaborative pour partager les adaptations proposées par les utilisateurs, afin de donner accès à l’AddBike au plus grand nombre. Il y a déjà des idées qui fleurissent pour le transport de matériel de pêche ou pour les livreurs de pizzas ! « J’invite d’ailleurs les personnes intéressées à se rendre sur notre page Facebook ou Twitter pour contribuer : nous sommes dans une logique d’innovation constante et de co-création, pour coller au mieux aux besoins des usagers. »

https://www.facebook.com/projetaddbike?_rdr=p

https://twitter.com/Add_Bike

Ces aspects sociétaux et l’impression de contribuer à la cause environnementale font partie de la fierté de Renaud Colin d’être devenu entrepreneur : « c’est mon moteur pour concrétiser cette belle aventure. »



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

A lire également

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !