webleads-tracker

Le journal de l'éco -

Édition Puy de dôme

Actu éco

Mademoiselle Elysée, institut de beauté chic et sans chichi, implanté à Chamalières

Mademoiselle Elysée, institut de beauté chic et sans chichi, implanté à Chamalières

Début décembre 2014, après plusieurs années d’expérience en tant qu’employée, Marjorie Quinty s’est offert un cadeau de noël avant l’heure : la reprise d’un institut de beauté et forme à Chamalières. Très fière de son « petit cocon », mais aussi très lucide sur les difficultés rencontrées par les petits commerces à l’heure actuelle, elle raconte son parcours et son métier sans langue de bois !


« Mademoiselle Elysée » se distingue d’abord par son élégance. Installé dans une superbe villa issue du patrimoine thermal, l’institut séduit d’emblée par son cadre intimiste et inhabituel. « Je suis tombée amoureuse de ce lieu, confie Marjorie Quinty. Je l’ai découvert un peu par hasard, grâce au bouche à oreille. C’était une réelle opportunité. J’ai trouvé ce local très spacieux. Et puis ces salles de sport accolées aux salles d’esthétique, c’était une très bonne idée».

En effet, ce centre de beauté a la particularité de mêler activités d’effort et de réconfort. Des cours de pilates ou yoga sont dispensés en petit comité et des installations de Cellu M6 et Power Plate sont mises à disposition. En parallèle, on retrouve tous les services classiques de l’esthétique et du bien-être : soins, mise en beauté, solarium, massage, et « onglerie » grimace un peu Marjorie, qui avoue sans état d’âme ses préférences ! Mademoiselle Elysée a aussi sa marque thermale de prédilection, Thalgo, spécialisée en produits de beauté marins et très appréciée par l’esthéticienne pour « son suivi sérieux, pointilleux et ses prix adaptés». Thalgo lui apporte aussi régulièrement de nouveaux apprentissages : « en ce moment par exemple, je suis une formation de massages propres à l’enseigne, ce qui me permet de me démarquer et d’enrichir ma carte de prestations.»

Quand Marjorie a annoncé sa reprise de l’institut, ses plus fidèles clientes l’ont encouragée, tout en se montrant inquiètes.

 Mes plus fidèles clientes me disaient : vous êtes sûre de vouloir vous lancer ?! Ça partait d’un bon sentiment, elles sentaient juste que je prenais un risque

L’esthéticienne reconnaît les difficultés engendrées par la crise mais pour elle, « les clientes continuent à se faire plaisir malgré tout, et elles ne sont pas prêtes d’arrêter. Elles font des sacrifices sur certains soins réguliers comme les épilations et privilégient par exemple un massage de temps en temps. Elles ont de plus en plus envie de se faire cocooner, même si le panier moyen a diminué de moitié. Il y a 10 ans, ça ne se disait pas dans le commerce, il fallait faire comme si tout allait bien, dire qu’on avait des clients. Aujourd’hui, il y a beaucoup moins de tabous ». Très lucide sur le contexte économique mais aussi sur ses produits, Marjorie met un point d’honneur à conseiller ses clientes, « sans leur en vendre une pleine tartine », et en faisant la guerre aux stratégies commerciales trop offensives. Pour elle, l’essentiel est de faire passer un bon moment, de faire en sorte que ses clientes dépensent leur argent sans regret, comme quand on fait des soldes réussies ! »

Quand on lui parle d’avenir, Marjorie dit en souriant qu’elle espère avant tout pouvoir payer ses charges ! Elle confie aussi son envie de former un jour à son tour une employée, pour partager ce qu’on lui a transmis il y a quelques années, et pourquoi pas donner de son temps pour faire des corrections d’examens, « une activité essentielle pour faire évoluer la profession ». Pétillante, généreuse et pleine de ressources, Marjorie fait rayonner le bien-être à travers sa personnalité, et ce avant même qu’on n’ait pu tester ses soins !



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

A lire également

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !