webleads-tracker

Le journal de l'éco -

Édition Auvergne Rhône-Alpes

Commerce et Distribution

Mary’s Coffee Shop à Saint-Étienne : une forte volonté de développement

Mary’s Coffee Shop à Saint-Étienne : une forte volonté de développement

Cofondée par Aurélien Camps et sa maman Marie Delolme en 2011, Mary’s Coffee Shop est ce qu’on pourrait appeler un Starbucks stéphanois. Depuis l’ouverture de sa troisième boutique dans la galerie Dorian à Saint-Étienne, la société a pour but de se développer et de lancer sa marque sous une franchise.


« Nous y réfléchissons depuis longtemps, et nous travaillons sur le côté juridique du projet depuis un an. Nous sommes désormais prêts à lancer notre réseau de franchise, » indique Aurélien Camps.

Trois boutiques à Saint-Étienne

En 2011, Aurélien Camps et Marie Delolme ont fondé l’entreprise avec l’ouverture du premier magasin, qui se situe près du campus Tréfilerie. Puis, ils ont tout de suite eu l’idée de se développer rapidement.  Au menu : des pancakes, des muffins, des donuts, des cafés ou encore des milk-shakes, l’enseigne propose ainsi un large choix de produits pour déjeuner ou simplement déguster un en-cas. C’est un concept qui se veut proposer de la restauration rapide qualitative, comme l’explique Aurélien Camps : « La majorité de nos pâtisseries sont faites par une pâtissière qui nous livre tous les jours, nos sandwichs sont préparés sur place et on achète nos légumes chez le primeur voisin. » Aujourd’hui, deux magasins ont vu le jour, un en centre ville et l’autre dans la galerie Dorian. Le succès de leurs 3 magasins permet aux deux gérants de pouvoir se projeter vers l’avant.

Un développement par étapes

Pour Aurélien Camps et Marie Delolme, il n’est pas question de développer des magasins à la chaîne. Leur but est de se s’agrandir en couvrant la région tout en gardant ce savoir-faire familial et ses procédés de fabrication. C’est pourquoi Aurélien Camps affirme : « Nous avons déjà eu de nombreuses demandes, dont une qui est plutôt bien avancée, dans le sud-ouest de la France, et qui pourrait se concrétiser en 2017. Mais notre priorité sera de couvrir la région, avec Lyon bien sûr, mais aussi Grenoble ou Annecy, pour ensuite se développer plus loin. »



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

A lire également

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !