webleads-tracker

Conseil, Audit, Expertise

Mathieu-Robert Jourda : Moi Président de la République je confierai à l’Education Nationale la restauration du civisme et de l’intelligence.

Mathieu-Robert Jourda : Moi Président de la République je confierai à l’Education Nationale la restauration du civisme et de l’intelligence.

Une chronique de libre opinion de Mathieu-Robert Jourda : Commençons par les savoirs et savoir-faire de nos concitoyens, et là je n’irai pas par quatre chemins : je ne supporte pas qu’au classement PISA des performances en Sciences, la France soit classée loin derrière Singapour, Estonie, Taipei et Vietnam. Certes nous sommes « dans la moyenne » et en compagnie de nos émules d’Europe, dont les Allemands et les Anglais, mais au vu des noms des pays en tête de peloton, faudrait-il s’attendre à ce que nos anciennes colonies, à l’instar du Vietnam, en viennent à nous dépasser ?


Et je ne fais pas cette allusion aux pays en sous-développement par pur hasard car nous avons au sein de notre patrie une certaine proportion de citoyens qui sont des illettrés : 2,5 millions de personnes ne savent pas vraiment lire. La France, pays où l’instruction est obligatoire pour tous, compte 7 % d’illettrés ! C’est quatre fois plus élevé qu’au Japon et deux fois plus qu’en Finlande. Et ce sont les jeunes qui sont les plus frappés : 11 % des plus de 15 ans ont de grosses difficultés de lecture et d’écriture, et sont incapables de lire un texte simple de plus de cinq lignes et d’en tirer une information, ou une action.

Qui sont ces indigents ? L’origine sociale ne serait-elle pas la cause de ce handicap ? Mais oui c’est bien la cause, elle crève les yeux de tous les Français de souche, ce sont bien les enfants d’immigrés qui sont en majorité la population en état de déficit culturel, mais personne n’ose le dire, même pas la Ministre, qui pourtant a la même origine, sans doute parce que cette dénonciation aurait un parfum de racisme. Or l’étude PISA a révélé ce lien de causalité et même, tenez-vous bien, elle révèle que la France est championne du monde de l’exclusion, ex-aequo avec Luxembourg (on devine pourquoi) et Hongrie (on devine aussi pourquoi).

Alors ne soyons pas hypocrites par souci de bienséance : il y a un lien de causalité entre cette inculture des jeunes et la criminalité, et surtout avec celle qui se nourrit de préceptes religieux. Le retour au civisme, la pénalisation ne le produira pas, il faut vivre avec les malfaisants-pour-cause-d’inculture, essayer de les contenir au mieux, et il faut traiter le mal à la racine, il faut injecter le civisme dès l’enfance et par l’éducation.

Il se trouve que la population concernée est repérable aussi par ses lieux de vie : tout le monde le sait, ce sont nos fameuses banlieues où se concentrent de force les défavorisés économiques. On a essayé un moyen : aménager la carte scolaire pour réaliser ce qu’on appelle la mixité, sous-entendu culturelle, mais d’abord ça révulse les favorisés, ensuite ça fait craindre une baisse générale du niveau de connaissances, et puis ça pousse tous les parents à envoyer les enfants dans les écoles « libres ».

Je propose que nous recourrions à la colonisation, oui, que nous envoyons des pionniers dans ces quartiers, mais non plus pour exploiter les sous-développés mais pour y faire ce que nous aurions dû faire dans nos colonies (et en particulier dans cette Algérie qui souffre encore aujourd’hui de cette inculture que nous avons laissée) : éduquer, éduquer, éduquer une population qui n’a pas reçu au foyer le développement basique de l’intelligence. Pour cela, il faut nommer les meilleurs de nos enseignants dans ces écoles de banlieue, les meilleurs en pédagogie, et non pas les mieux classés à l’agrégation. Et il faudra donner plus de temps au parcours scolaire car qu’importe qu’on entre au collège à 13 ans au lieu de 11, du moment qu’on a le niveau requis. Et il faudra payer mieux ces profs missionnaires, en récompense de leur peine et aussi pour montrer aux familles que la France investit chez les colonisés de l’intérieur.

Moi je ne veux pas présider une Nation qui ne soit pas la Patrie de tous les Français et des Français porteurs et exportateurs de notre civilisation exemplaire.

Voir plus de chroniques de l’auteur

jourda-banniere



Une rubrique de libre opinion du Journal de l’éco

A lire également

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !