webleads-tracker

Le journal de l'éco -

Pourquoi les Français se détournent du diesel

Pourquoi les Français se détournent du diesel

Scandale Volkswagen, fiscalité moins avantageuse…le désamour entre les Français et leur ex-carburant préféré continue. Explications. Le désamour s’installe entre les…


Scandale Volkswagen, fiscalité moins avantageuse…le désamour entre les Français et leur ex-carburant préféré continue. Explications. Le désamour s’installe entre les Français et le diesel. Depuis le début de l’année 2016, seuls 38% des particuliers ayant acheté une voiture neuve ont choisi un véhicule roulant au gazole, selon les chiffres que Les Echos se sont procurés auprès d’un constructeur. La part du diesel dans le marché français pour les particuliers représente désormais 53%, contre 58% en 2015 et 64% en 2014, selon le dernier rapport du Comité des constructeurs Français d’Automobiles (CCFA). La tendance à la baisse est donc bien là. Alors, pourquoi les Français délaissent-ils le diesel? Le Figaro fait le point. * Le scandale Volkswagen En septembre dernier, le scandale des moteurs diesel des véhicules Volkswagen éclatait. L’entreprise a équipé ses modèles d’un logiciel capable de tromper les tests de mesure anti-pollution. Une mauvaise presse qui a fortement égratigné l’image du diesel auprès des ménages. D’autres marques seraient concernées. Renault peine lui aussi à dissiper les doutes sur ses moteurs diesel, après des inspections menées dans plusieurs de ses sites dans le cadre d’une enquête sur une possible tromperie sur les émissions polluantes. Autant d’arguments qui effraient les particuliers, qui craignent de ne pas pouvoir revendre à un bon prix leurs véhicules. Même les futurs tests anti-pollution n’arrivent pas à convaincre. Ces derniers prévoient qu’entre 2017 et janvier 2020, les émissions en conditions réelles pourront dépasser de 110% la norme en laboratoire. * Fiscalité et cours du pétrole Le gouvernement est déterminé à resserrer l’écart de fiscalité entre gazole et essence. Il s’est d’ailleurs fixé cinq ans pour atteindre son objectif, en relevant chaque année d’un centime les taxes sur le diesel et abaissant dans le même temps celles sur l’essence. Une fiscalité moins favorable, donc, pour les ménages qui souhaitent acquérir un véhicule diesel. En novembre dernier, le gouvernement annonçait également l’augmentation de la



Partagé par

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !