webleads-tracker

Le journal de l'éco -

Édition Puy de dôme

Électrique, Mécanique, Électronique

Patrice Gourbet unit l’avenir des sociétés Créative Mécatronique et Houdec Innovation

Patrice Gourbet unit l’avenir des sociétés Créative Mécatronique et Houdec Innovation

Depuis avril 2016, la société Houdec Instrument, basée depuis 1972 dans la zone d’activités de la Tour à Abrest, a changé de dirigeant. Après une mise en liquidation douloureuse, Patrice Gourbet a racheté la société, devenue aujourd’hui Houdec Innovation, en reprenant ses 20 salariés. Egalement à la tête de Créative Mécatronique, la société qu’il a créée à Issoire en 2010, Patrice Gourbet développe la synergies entre ses deux structures.


Patrice Gourbet explique volontiers le parcours qui l’a conduit à 46 ans, à diriger deux sociétés aux forces complémentaires. ‘’Je suis biachet’’ lance-t-il, fier de sa ville de Désertines.
Après son bac F3 (actuel Bac sciences et technologies industrielles génie électrotechnique) obtenu à Montluçon, au lycée Paul Constant, Patrice Gourbet suit un BTS contrôle industriel et régulation automobile à Bourges, une maîtrise de physiques à Metz et un DESS en mécatronique, lui permettant d’obtenir le titre d’ingénieur en 1993 : ‘’Après mes études j’ai travaillé 10 ans pour le groupe SAGEM à Montluçon, Sainte-Florine et à Pontoise comme ingénieur d’études et chef de projets. Puis j’ai eu envie de créer ma société’’.
En 2000, Patrice Gourbet a 30 ans et participe avec 2 associés au démarrage de APOJEE. Spécialisée dans l’électronique embarquée pour l’automobile, Apojée prend de l’ampleur tandis que Patrice Gourbet fait grossir son carnet d’adresses et de commandes. A 40 ans, l’envie de continuer à avancer en solo le pousse à revendre ses parts et à développer sa propre société, Créative Mécatronique.

Créative Mécatronique

 ‘’Je n’ai pas changé de secteur d’activité mais seulement de position. Créative Mécatronique s’est d’abord construite autour de l’expertise d’un bureau d’études, mais nous avions besoin de récurrence ce qui ne pouvait passer que par la fabrication’’.
Alors en 2014, la société basée à Issoire se dote d’un atelier de production et se fait un nom dans la création de cartes électroniques pour l’univers automobile.
Technicien créatif, Patrice Gourbet pousse son équipe à proposer des solutions globales en matière d’évolution des produits : ‘’Nous faisons de la mécatronique en incluant de l’électronique à des produits mécaniques, pour les rendre plus intelligents, moins lourds, moins chers et surtout plus connectés, notamment dans le domaine médical et automobile’’ explique-t-il.
Si la partie production se développe de plus en plus, c’est bien l’expertise du bureau d’études qui contribue aujourd’hui le plus au chiffre d’affaires global. Se tournant vers l’international et notamment l’Afrique du Sud, où la société issoirienne accompagne un partenaire dans son transfert technologique vers l’Europe, Créative Mécatronique et son patron souhaitaient aller plus loin : ‘’Nous avons eu de belles années en termes financiers. L’envie était donc de sortir de la sous-traitance en développant des produits propres’’ confie Patrice Gourbet.

Le chef d’entreprise se fixe plusieurs critères quant au rachat idéal : Une entreprise concevant, fabriquant et vendant des produits propres dans un domaine différent de celui de Créative Mécatronique. Houdec Instrument réunissait ces critères avec, en plus, celui d’être installé depuis 1971 dans le département cher au cœur du futur acquéreur : ‘’J’ai la fibre locale, les racines ancrées dans l’Allier et un intérêt certain à faire croître une société à Vichy plutôt qu’ailleurs’’ confie-t-il avec le sourire. Pour effectuer ce rachat, il est accompagné de Jean-Louis Decourteix, un consultant international détenant 15% des parts de la société.

Houdec Innovation se tourne vers demain

Créée en 1938, la société Houdec a eu de nombreux noms et dirigeants mais une seule spécialité, les appareils de contrôle et mesure (alarmes de niveau, indicateurs de niveau ou produits nucléaires).
La société a été, par exemple, la première à mettre sur le marché un débitmètre à section variable.
Avec une fabrication 100 % française et une certification ISO 9001, l’entreprise couvre un marché essentiellement tourné vers les grands groupes du nucléaire et de la pétrochimie comme Esso, Areva, EDF ou Michelin.
Cette société a eu de nombreux actionnaires étrangers comme Emerson, Mobrey, Brooks et plus récemment Minerva.
En 2015, l’arrêt des maintenances nucléaires en France, l’écroulement du marché pétrolier et enfin la politique menée à l’égard de la Russie qui a conduit à l’annulation d’un très important contrat avec Gazprom, Houdec a perdu 60% de son chiffre d’affaires.
La société n’a d’autre choix que de licencier 8 salariés avant une mise en liquidation judiciaire en avril 2016.  ‘’Une des raisons des difficultés d’Houdec réside dans une non évolution vers l’électronique. L’expertise des équipes de Créative Mécatronique doit lui permettre de reprendre sa place dans ce marché concurrentiel’’, annonce Patrice Gourbet qui a repris les 20 salariés de la société.
La société réalisant les deux tiers de ses ventes à l’export, l’expertise de Jean-Louis Decourteix est également indispensable.

Pour cela, des synergies sont déjà opérées en interne entre les deux sociétés.
Sans parler de fusion juridique, Créative Mécatronique et Houdec Innovation, nouveau nom de la société, affichent déjà une communication et identité visuelle harmonisées. ‘’Créative Mécatronique a pour vocation de développer les nouveaux produits d’Houdec.
Je recherche également dès à présent, sur un poste technique, un ingénieur développement qui sera un lien solide entre les deux entités intimement liées’’ annonce le PDG des deux sociétés.
Pour ce dernier et sa toute nouvelle équipe, l’objectif est clair : revenir au chiffre d’affaires 2014 d’Houdec Instrument, soit 3,3 millions d’ici 4 à 5 ans : ‘’ Une étroite collaboration s’est mise en place avec les équipes de Vichy Val d’Allier Développement et du Comité d’Expansion Economique Allier, afin d’être plus visible. Nous avons besoin de tout le tissu économique local pour avancer’’. Et pour arriver à cet objectif de croissance, une dizaine d’emplois pourrait être créée sur 5 ans.
Une bonne nouvelle pour l’agglomération.

Rédaction : Bénédicte Rollet, NOTA Bene, pour les carnets économiques de Vichy Val d’Allier Développement

Capture d’écran 2017-07-06 à 19.42.47



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

A lire également

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !