webleads-tracker

Le journal de l'éco -

Industrie

Présidence du MEDEF : Jean-Dominique Senard serait-il le candidat idéal ?

Présidence du MEDEF : Jean-Dominique Senard serait-il le candidat idéal ?

En 2018, Pierre Gattaz, l’actuel Président du MEDEF, verra son mandat arriver à son terme. Il en sera de même pour l’actuel Président du groupe Michelin dont le mandat avait été renouvelé pour une durée de 4 ans en 2014. Cela tombe bien car le président du groupe Michelin pourrait être le candidat idéal pour de nombreux patrons.


L’élection à la présidence du Medef se tiendra dans un an mais la course à la présidence aiguise déjà certains appétits. Plusieurs noms commencent à circuler :  Alexandre Saubot, directeur général des nacelles élévatrices Haulotte, président de l’Union des industries et Métiers de la Métallurgie (UIMM) et Président de l’Unédic, Geoffroy Roux de bezieux, fondateur ‘The Phone House’, membre du conseil de surveillance du constructeur automobile PSA Peugeot Citroën et ancien candidat malheureux à la présidence du Medef en 2013 ou encore Jacques Chanut, dirigeant de Chanut Entreprise et président de la Fédération Française du Bâtiment.

Seulement, selon Le Figaro, Jean-Dominique Senard, le président du groupe Michelin, pourrait être le candidat idéal pour de nombreux patrons interrogés. Ainsi, un membre influent du syndicat patronal souligne «C’est un type remarquable qui a admirablement réussi chez Michelin. Il serait parfait pour le Medef»,

Pour celui qui n’a eu de cesse de répéter l’attachement de l’entreprise Michelin au jaune et bleu de l’ASM, être considéré comme un ‘patron au-dessus de la mêlée’ constitue certainement une force.
A 62 ans, Jean-Dominique Senard aurait ainsi tous les avantages requis pour être candidat et plus encore… Toujours selon le figaro, il serait une sorte de « supercandidat » idéal dont rêvent beaucoup de patrons.

Un parcours exceptionnel

Compagnie Française des Pétroles, Saint-Gobain, Pechiney, la première partie de la carrière de Jean-Dominique Senard est fortement orientée dans les domaines du contrôle de gestion et de la finance.
D’ailleurs, c’est comme directeur financier qu’il rejoint le groupe Michelin en 2005 .
Il est ensuite successivement nommé co-gérant non-commandité du groupe, puis gérant commandité, et le 11 mai 2012 président et gérant commandité de la manufacture clermontoise, en succession à Michel Rollier.

Un bémol…

Le mandat de gérant et associé commandité de Jean-Dominique Senard à été renouvelé pour une durée de 4 ans en 2014 jusqu’à l’issue de l’assemblée générale ordinaire appelée à statuer sur les comptes de l’exercice 2018, qui se tiendra au premier semestre 2019.
L’assemblée générale du 13 mai 2011 du groupe à modifié les statuts afin d’instaurer une durée de 4 ans pour le mandat des gérants, auparavant soumis à une seule limite d’âge de 72 ans.

Hors, Jean-Dominique Senard est loin d’avoir atteint la limite d’âge fixée dans les statuts de l’entreprise et les excellents résultats 2016 du groupe (Un résultat net en hausse de 43%, à 1,7 milliard d’euros) pourraient conduire le conseil de surveillance du groupe à renouveler pour 4 années supplémentaires sa confiance dans l’actuel patron du groupe.

 

Jean-Dominique Senard s’exprime en exclusivité dans le Journal de l’éco, devant les caméras de Vues d’Auvergne, depuis le centre technologique de Ladoux, le vaisseau amiral de la stratégie d’innovation du groupe Michelin. Il s’exprime sur le savoir-faire et le savoir-être, des valeurs qui régissent le quotidien du groupe et il aborde librement la notion de transmission…

 


Frédéric Coureau
Directeur des publications


Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !