webleads-tracker

Commerce

Raphaelles : les bijoux du Puy-en-Velay à la conquête des Emirats Arabes Unis

Raphaelles : les bijoux du Puy-en-Velay à la conquête des Emirats Arabes Unis

Créateur de la marque Raphaelles, Patrice Fallu a entrepris d’exporter ses bijoux haute-couture fabriqués au Puy-en-Velay vers de nouveaux continents. Portrait.


D’origine stéphanoise, Patrice Fallu a poursuivi sa formation aux métiers d’art en intégrant le Conservatoire de Saint-Etienne où il a appris le métier qu’est le sien aujourd’hui : la bijouterie. En 1999, il s’installe au Puy-en-Velay car, comme il le dit si bien, « c’est une ville charmante où les savoir-faire artisanaux sont nombreux. ». Raphaelles est née.

De la fabrication à la vente directe en passant par la peinture des perles, le montage et les ornements, Patrice Fallu est le créateur de nombreux bijoux haute-couture. « J’utilise exclusivement des matières de Haute-Loire qui sont des bases minérales et naturelles – notamment le calcaire qui est ensuite travaillé avec une résine –. La main d’œuvre est aussi en Haute-Loire puisque je collabore avec des ateliers de réinsertion pour le façonnage des perles, un enlumineur qui possède son propre atelier d’artiste ainsi que les dentellières du Puy-en-Velay. Toutes nos perles sont peintes à la main. Aujourd’hui, nous avons un projet important car nous confectionnons le « bijou dentelle ». Nous utilisons la dentelle du Puy-en-Velay qui vient se poser sur la perle en utilisant un système bulle. »

Raphaelles propose des collections intemporelles avec, chaque année, près de 100 pièces uniques ainsi que des bijoux de petites collections ou de petite distribution. Ces bijoux sont vendus dans des boutiques de proximité ou au sein de la galerie Raphaelles située au 47 rue Raphaël au Puy-en Velay. En fonction des bijoux, les prix varient entre 35 € et 2 500 € pour un bijou dentelle au fil d’or, orné de perles et de cristal de Swarovski.

En 2012, Patrice Fallu a décidé de s’ouvrir à l’international en présentant ses bijoux aux Emirats Arabes Unis et en participant, en janvier 2014, au salon Bijorhca à Paris. « Les personnes que nous avons rencontrées ont été très intéressées par nos collections mais nous demandaient une production de bijoux trop importante. Ne souhaitant pas intégrer un circuit de grande distribution, nous avisons de les revoir et de leur présenter des pièces dans une quantité plus raisonnable permettant de maintenir des bijoux de qualité et de gamme.». La marque Raphaelles est aussi sollicitée par l’Angleterre, l’Italie, l’Espagne et la Russie qui ouvrent leurs portes et reconnaissent le savoir-faire français.

Dans ses démarches de développement international, Patrice Fallu a été accompagné par différents organismes : « La Coface nous a aidé pour mettre en place nos outils de communication, notamment notre catalogue et nos cartes de visite, et pour nous assurer une visibilité sur le salon Bijorhca à Paris. Ensuite, ECTI nous a très bien accompagné pour le montage des dossiers et le ciblage des personnes potentiellement intéressées par nos créations. Nous sommes suivis régulièrement pour faire le point sur nos démarches. Si nous n’avons pas reçu de réponse à nos contacts, ECTI nous aide à les relancer et à nous ouvrir sur d’autres opportunités. »

Bijou dentelle fabriqué par Raphaelles.

Bijou dentelle fabriqué par Raphaelles.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !