webleads-tracker

Commerce et Distribution

SHOOPS à Lyon : une application pour booster le commerce de proximité

SHOOPS à Lyon : une application pour booster le commerce de proximité

La recette de Shoops : une bonne dose de commerce de proximité sur fond d’offres promotionnelles, le tout via une application mobile. C’est le pari de la start-up lyonnaise, lancée en décembre 2015. Marc Ribot, son fondateur, nous présente son projet.


Un outil adapté aux commerçants

« Le commerce de proximité a toujours les avantages qu’on lui connait. Mais avec l’arrivée d’Internet, il faut des outils adaptés aux commerçants. » C’est en partant de ce constat que Marc Ribot a créé la start-up lyonnaise Shoops. L’objectif de l’application ? Booster le commerce de proximité. « C’est aussi l’occasion pour les lyonnais de découvrir de nouvelles adresses, de s’ouvrir à ce qui se passe autour d’eux. »

Comment ça marche ?

Shoops est gérée par les commerçants. « Ils peuvent proposer leurs offres directement sur l’outil. » L’application s’adresse aux utilisateurs dans un rayon de 500 mètres, « dans les commerces de proximité et les lieux culturels. C’est un peu l’application de promenade 2.0 ». L’équipe de Shoops assure l’accompagnement des commerçants dans l’utilisation de leur outil. « Ils créent eux-même leur communication, leurs offres et leurs événements. Nous les conseillons, entre autres, sur la partie technique et marketing. »

Pour les commerçants, l’application permet de « faire émerger un certain nombre d’offres qu’ils n’auraient pas pu mettre en vitrine. L’utilisateur sait ce qui se déroule dans l’instant, et autour de lui. Le commerçant, quant à lui, peut réagir instantanément. »

Face à la méfiance des commerçants envers les offres marketing, nombreuses et pas toujours convaincantes, Shoops propose un paiement au résultat. « Nous n’avons ni abonnement, ni engagement. Nous voulons un système équilibré, gagnant-gagnant. » 25 euros sont offerts au commerçant à son inscription. Ensuite, son compte est débité en fonction du nombre de clics pour chaque événement ou offre, à raison de quelques centimes par clics. « Par exemple, si un événement n’a pas eu le succès escompté et qu’il n’a pas trouvé son public, le compte n’est pas débité. » L’application recense, en moyenne, de 600 à 1 000 événements en journée.

Un bilan encourageant

Pour l’instant, l’application compte 10 000 utilisateurs et recense environ 800 commerçants. « Nous devons encore améliorer la qualité du contenu, le dynamiser, le faire évoluer. 11 000 commerces pouraient être intéressés sur Lyon intra muros et Villeurbanne. » L’équipe de Shoops va encore accentuer sa communication pour atteindre les objectifs fixés.

« Nous remarquons de nouveaux inscrits, qui ne sont pas rhônalpins. Nous augmentons donc nos zones d’intervention, au fur et à mesure. » Après Lyon, Shoops compte développer le projet dans d’autres métropoles.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

A lire également

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !