webleads-tracker

Le journal de l'éco -

Édition Auvergne Rhône-Alpes

Matière 1ère, Métallurgie, Mines, Papeterie

Société Découpage Emboutissage du Bourbonnais (SDEB) à Cusset : aucun métal ne lui résiste !

Société Découpage Emboutissage du Bourbonnais (SDEB) à Cusset : aucun métal ne lui résiste !

Vichy Val d’Allier : Avec l’arrivée prochaine d’une cintreuse à la pointe de la technologie, SDEB complète son équipement et renforce la performance de ses équipes. La petite société créée en 1967 dans la Montagne bourbonnaise s’est installée sur Cusset depuis une vingtaine d’années. Elle envisage aujourd’hui d’accéder à de nouveaux marchés.


Son dirigeant actuel Jean-François Laurent a rejoint l’entreprise en 1971, ses seize ans tout juste révolus. « Pour le natif de Ferrières-sur-Sichon que je suis, intégrer cette équipe spécialisée d’une dizaine de personnes représentait une opportunité d’emploi à ne pas manquer. » Située à quelque vingt kilomètres de Vichy, cette petite commune aurait tiré son nom du minerai de fer, pour l’exploitation duquel des ouvriers forgerons avaient bâti une fonderie des siècles auparavant. « Le travail du métal fait en quelque sorte partie de notre patrimoine ! » Pour autant, le fer ne constitue plus le matériau de prédilection de l‘entreprise qui réalise aujourd’hui la découpe de l’acier, de l’aluminium et de l’inox  au laser.

Lorsque ses fondateurs partent à la retraite en 1990, SDEB compte une vingtaine de personnes. La direction de la société est reprise par Yves Chassagne et son associé, auxquels viennent se joindre trois de ses salariés parmi lesquels Jean-François Laurent et Edmond Picarles. 

L’atelier de Ferrières-sur-Sichon s’avérant par la suite trop petit pour permettre son bon développement, SDEB déménage sur Cusset en 1993. Hommes et machines intègrent un site historique où était fabriquée sous Napoléon III,  l’emblématique « toile de Vichy » avec ses petits carreaux…

Découpage et emboutissage haute précision

Requise dans les différents travaux réalisés par SDEB,  la fabrication sur-mesure reste de mise au sein de l’ancienne filature.  « Nous oeuvrons dans le domaine de l’automobile, pour le compte notamment du groupe Ligier devenu l’un de nos clients emblématiques depuis le début des années 80. » Ses activités concernent aussi les secteurs de l’enseigne et du luminaire, sans oublier celui du mobilier urbain.

« Après l’intervention de notre bureau d’études qui veille à adapter chaque projet aux besoins spécifiques du client, nous procédons à la réalisation des pièces en petites et moyennes séries. Nous fabriquons des poubelles en plusieurs dimensions, des bancs personnalisés, etc. » De nombreuses commandes spéciales, au format et au design adaptés en fonction de leur lieu d’implantation, sont réalisées par SDEB pour des collectivités territoriales comme pour des entreprises figurant parmi les plus importantes de la région. « Nous avons ainsi décliné notre modèle de poubelle Maxi pour le PAL, le respect de l’environnement faisant partie des priorité de ce Parc de loisirs en pleine nature qui accueille un public très important. » Outre sa grande capacité d’environ 150 litres, son option « collecteur gobelets, bouteilles et cendrier » s’avère très utile dans les zones de forte affluence.

Dirigé par Mathieu Laurent depuis 2014, le rôle du bureau d’étude se révèle déterminant dans la mise au point de ce type de produit.

PDG de SDEB (il a succédé à Yves Chassagne en 2007), Jean-François Laurent continue d’assurer « un service irréprochable en matière de découpage et d’emboutissage ». Pour ce faire, l’entreprise s’appuie sur son effectif fort de 45 salariés (dont 23 en CDI) et dispose de deux centres d’usinage et de perçage de tubes à commande numérique. « Nous veillons à proposer à notre clientèle des machines à la technologie sans faille. Je reviens du Portugal où j’ai fait l’acquisition d’une cintreuse dernière génération ; elle viendra s’ajouter à celle déjà en place, ainsi qu’à nos quatre presses plieuses. Avec en prime, le nouveau robot de soudure dont nous nous sommes équipés en début d’année, nous voulons conquérir de nouveaux marchés. »

Jean-François Laurent envisage l’avenir de l’entreprise avec confiance. « Alors que pour moi l’heure du départ se profile à l’horizon, la relève devrait être assurée ! »

Rédaction VD Rédac pour les Carnets économiques de Vichy Val d’Allier Développement

logo-vvad-2015_1



Communiqué de presse du Journal de l’éco

A lire également

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !