webleads-tracker

Etudes, conseil, expertise

Synox : 10 ans d’expérience dans l’Internet des objets

Synox : 10 ans d’expérience dans l’Internet des objets

Créée en 2006 à l’initiative d’Emmanuel Mouton et de Stéphane Vinazza, la société Synox s’est développée en se fixant une règle simple : faire de l’innovation qui réponde toujours à un usage. De ce fait, les services de R&D et les services commerciaux travaillent main dans la main pour développer en permanence une technologie utile et intuitive.


Deux associés complémentaires

Emmanuel Mouton, le PDG de Synox, est ingénieur en informatique. Son associé, Stéphane Vinazza, possède une formation d’expert-comptable. Comme le souligne Emmanuel Mouton : «  Nos formations et nos expériences apportent une complémentarité : celle des moyens numériques associés à l’expertise économique. Nous nous inscrivons pleinement dans la transition numérique, mais toujours en gardant en tête le questionnement suivant : comment faire en sorte que le numérique apporte un retour sur investissement.»

Synox œuvre à la transformation numérique de ses clients

« Nous travaillons sur la transformation numérique de nos clients pour transformer les équipements non connectés en équipements connectés. » déclare Emmanuel Mouton. Il ajoute : « Ces évolutions impliquent de nombreux changements de modèles économiques. A l’heure de basculer dans les objets connectés, des interrogations se posent. Comment remonter les données ? Comment croiser ces données avec d’autres informations ? Comment amener des algorithmes qui apportent de la valeur et monétisent les données ? Comment restituer ces données ? Voilà autant de problématiques auxquelles Synox est confrontée pour répondre aux besoins des clients dans des domaines aussi variés que le transport, la santé, la sécurité, l’énergie, l’industrie ou encore l’agriculture. »

Un exemple concret : la voiture connectée

Synox a conçu une plateforme qui remonte les données liées à l’usage d’un véhicule. Emmanuel Mouton en détaille le principe : « Nous arrivons à nous connecter sur l’électronique interne des véhicules grâce à un boitier. Nous remontons ainsi des données liées à la consommation de carburant, à l’accélération, aux tours par minutes ou au passage des rapports de vitesse. Une plateforme d’algorithmes permet de traduire ces données sous la forme de rapport sur les risques routiers, sur la bonne pratique de l’éco-conduite et l’usage général du véhicule. » Grâce à ces informations, les clients de Synox, des gestionnaires de flottes automobiles ou des assureurs, peuvent bénéficier d’indicateurs fiables. Plus qu’un outil de statistique, d’alerte ou de reporting, la plateforme de Synox ouvre la voie vers l’analytique, permettant ainsi d ‘établir du prédictif et du conseil par rapport à des usages et des contextes.

Vers un développement à l’international

Synox peut se targuer de ne pas avoir eu recours à des investisseurs. « Les premiers clients que nous avons eu permettent largement de financer notre R&D » se félicite Emmanuel Mouton. Avec de nombreux clients dans l’hexagone et un chiffre d’affaires sur l’exercice 2014 de plus de 4M€, Synox peut envisager sereinement un déploiement à l’étranger. Emmanuel Mouton conclut : « L’entreprise du futur va devoir se centrer sur l’utilisateur et son expérience, car c’est lui, en définitive, qui est prêt à payer ou non pour les services rendus. Il va falloir développer des applications faciles, intuitives et utiles. Synox a pour vocation de faire partie de l’excellence française en matière d’objets connectés. Nous appartenons à la ‘French Tech’. A laquelle nous essayons d’apporter une pointe de ‘French Touch’. »



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !