webleads-tracker

Institutions, Admnistrations et Collectivités, Territoires

Valtom, le syndicat pour la valorisation et le traitement des déchets fête ses 20 ans

Valtom, le syndicat pour la valorisation et le traitement des déchets fête ses 20 ans

Créé il y a 20 ans pour mettre en œuvre le projet initié par le maire de Clermont-Ferrand, Roger Quilliot , le Valtom a eu pour objet de chercher une solution pérenne au traitement des déchets. Son président actuel Laurent Battu est revenu sur 20 ans de réflexion et d’action pour les journalistes du club de la presse


La fin des enfouissements plus ou moins contrôlés

Le projet de Roger Quilliot a d’emblée rencontré un grand nombre d’opposants et n’a jamais vu le jour. Cependant la question de l’élimination des déchets est devenue de plus en plus prégnante, la quantité des déchets produits par les ménages ne cessant d’augmenter.

Avec la création du Valtom en 1997, s’est alors engagée une réflexion pour trouver la meilleure solution possible et choisir le site d’implantation d’un pôle multifilière avec pour régler cette question de l’élimination des déchets mais en allant plus loin et produire de la valeur à partir des déchets. Il s’agissait de s’appuyer sur une technologie développée par un industriel qui ait une maîtrise du sujet. Ce projet a connu une forte opposition dès sa naissance ce qui a considérablement retardé sa mise en œuvre. Conséquence immédiate, le coût de la construction qu’on reproche aujourd’hui au Valtom. Mais c’est « Le coût du temps » explique Laurent Battut : «  ce retard nous a fait prendre de plein fouet la crise et le projet a coûté 30% plus cher. »
La sortie de crise a permis au Valtom de renégocier les emprunts mais au final le projet aura coûté cher aux usagers d’où l’extrême vigilance des élus sur les finances et la recherche d’économies.

Le pôle multifilaire de traitement de VERNEA a ouvert en 2013. Il comporte une unité de valorisation biologique et une unité de valorisation énergétique ce qui était une nouveauté à l’époque où les élus se sont engagés sur ce projet qui devait répondre aux besoin d’un bassin de vie à l’échelon départemental.

Le déchet devient une ressource

Avec cette notion de déchet traité comme une ressource « on bascule dans un autre monde pour créer une dynamique de progrès » explique Laurent Battut. Il veut parler d’économie circulaire dans laquelle le déchet permet d’économiser la matière première qui retourne à la production.

Mais les actions du Valtom ne s’arrêtent pas à la porte de l’usine de traitement du site de Beaulieu. Sa mission est aussi pédagogique car il s’agit de rendre les usagers acteurs de leur consommation pour la préservation de l’environnement : « le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas » rappelle Laurent Battut. C’est pourquoi une communication importante accompagne la politique du Valtom en faveur de la réduction des déchets via l’incitation à composter ses déchets culinaires, à acheter des produits en vrac, à trier, à réduire le gaspillage alimentaire, à rapporter en déchetterie des textiles et des objets qui pourront être réutilisés. Depuis 2 000 plus de 52 000 composteurs ont été proposés à prix coûtant aux jardiniers amateurs permettant de détourner de la poubelle des déchets de table qui deviendront un engrais de qualité.

Pour aller plus loin dan cette démarche le Valtom a initié un programme « Organicité » (1) pour accompagner les collectivités locales dans une démarche de réduction des déchets. Actuellement 10 territoires en bénéficient comme à Saint Georges en Allier pour l’installation d’une plate forme de broyage où les particuliers peuvent apporter les tailles de leurs jardins et repartir avec du broyât utile pour pailler les parterres, ou à Saint Georges de Mons où le compostage devient collectif et de grande ampleur.
L’obtention du label « Territoire Zéro Déchet, Zéro Gaspillage » (2) va permettre au Valtom d’aller plus loin encore dans l’accompagnement des collectivités, des entreprises, des particulières vers un détournement de déchets pour un réemploi ou une transformation. Ce label inscrit le territoire dans une démarche plus large pour aborder la question de l’économie circulaire.

L’avenir est déjà là

« Produire moins, valoriser plus et maîtriser les coûts » tel pourrait être le slogan du Valtom. Depuis 2015, la compétence gestion des déchets a été transférée du département à la région et le syndicat participe à l’élaboration du plan régional en cours d’élaboration.

Dans ce cadre il faut imaginer que, dans les 10 ans qui viennent, cette installation de traitement pourra répondre aux besoins des collectivités voisines en panne d’exutoire. Les élus du Cantal, dans une logique de solidarité, pourraient rejoindre le Valtom d’ici 2015 , horizon auquel il faudra réduire de 50% les tonnages enfouis. C’est un objectif ambitieux : il s’agit de ramener à 1 Million de tonnes l’enfouissement. Grâce à cette mutualisation le coût va se stabiliser. Dès cette année, comme en cadeau d’anniversaire, le Valtom vient d’annoncer à ses adhérents une baisse du prix du traitement par rapport aux prévisions.
L’installation d’un parc photo voltaïque sur le centre d’enfouissement de Puy-Long et les autres Centres d’enfouissement techniques du département marquera une étape supplémentaire vers la valorisation.

L’avenir c’est aussi réduire les déchets à la source et les éco-organismes sont invités à « revenir au bon sens » selon l’expression de Laurent Battut qui participe à cette réflexion au sein d’une association nationale, AMORCE le réseau français d’information, de partage d’expériences et d’accompagnement des collectivités politiques Energie-Climat des territoires et gestion territoriale des déchets.

20 ans ça se fête

Avec un nouveau site interet pour mieux communiquer et valoriser les initiatives qui visent à réduire nos déchets et l’ouverture d’un nouveau parcours pédagogique pour les scolaires désireux de visiter installation VERNEA. Conçu avec l’Éducation Nationale pour l’accueil des élèves il a déjà permis à 560 élèves de s’inscrire dans ce parcours qui sera ouvert pour tous pour les journées portes ouvertes organisées à l’occasion de la semaine européenne des 9 et 10 juin ( inscriptions  ).

Au nombre des événements de ce 20 ème anniversaire, des moment marqant seront organisés :  la tenue d’une journée départementale d’information et d’échanges autour de la gestion des déchets ménagers ( le 22 septembre) et l’accueil à Clermont-Ferrand du 31 ème congrès AMORCE. Ce rendez-vous national des collectivités et des acteurs privés intervenant dans le domaine des déchets et de l’énergie amènera pendant 3 jours plus de 700 congressistes venus de toute la France.

En savoir plus :

(1) programme OrganiCité® :  Un tiers de biodéchets (déchets alimentaires et végétaux) se retrouvent dans nos poubelles d’ordures ménagères. Végétaux, restes de repas, épluchures de légumes sont pourtant une ressource pour nos jardins et peuvent être réduits et valorisés localement plutôt que de finir en déchèterie ou être incinérés. Crée en 2013, le programme du VALTOM propose des solutions pour gérer localement ces biodéchets et ainsi éviter le coût environnemental et économique lié à leur ramassage et leur traitement à travers Le compostage La lutte contre le gaspillage alimentaire, Les nouvelles pratiques de jardinage

(2) Territoire zéro déchet zéro gaspillage : Les territoires qui font le choix de se lancer dans une démarche de « Territoire zéro déchet zéro gaspillage » se mobilisent pour définir et mettre en œuvre des programmes d’actions permettant d’améliorer la gestion des déchets au quotidien, en s’inspirant d’un cahier des charges reprenant les objectifs de la loi de transition énergétique pour la croissance verte.
Elles bénéficient d’un accompagnement technique et financier par l’Ademe

 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

A lire également

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !