webleads-tracker

Le journal de l'éco -

Édition Auvergne Rhône-Alpes

Énergie & Environnement

Vrac’n Roll à Lyon : l’épicerie bio nouvelle génération 

Vrac’n Roll à Lyon : l’épicerie bio nouvelle génération 

A Lyon, un nouveau concept émerge. Vrac’n Roll donne la part belle à l’alimentation bio en proposant des produits vrac au poids, le tout via une livraison à domicile…en vélo. Sarah Benosman, co-fondatrice de cette start-up de e-commerce, nous en dévoile davantage.


Les Vrac’n Rollettes, l’équipe de choc

Sarah Benosman est elle-même une grande adepte du vrac. Pendant sept ans, elle travaille dans un cabinet de conseil en éco-conception et a bien du mal à trouver son bonheur dans les supermarchés. « Avec mes horaires, je n’avais pas le temps d’acheter les produits en boutique et le fonctionnement du vrac n’était pas idéal. J’ai constaté qu’on ne pouvait pas définir précisément le poids des produits et que le système manquait de praticité. » Partant de ce constat, elle lance Vrac’n Roll en avril 2016 avec trois investisseurs privés. « Tout est allé très vite. Le site internet était fonctionnel dès le 16 juillet. »

L’entrepreneuse comptabilise déjà une trentaine de commandes sur Lyon, ce qu’elle décrit comme « un très bon démarrage, surtout pendant la période creuse du mois d’août. » Sarah Benosman est accompagnée de ses deux stagiaires, Alexia (qui s’occupe de la communication) et Louise (pour la logistique). Ensemble, elles forment les Vrac’n Rollettes. « Elles sont vraiment très impliquées dans le projet, nous sommes une véritable équipe. »

L’anti-gaspillage alimentaire

La start-up lyonnaise propose des produits au poids : c’est le principe du vrac. Le consommateur choisit la quantité des produits, contenus dans un bocal en verre affiché au prix de 4,70 euros. « Nous sommes sur un principe de consignes, c’est-à-dire que les clients nous remettent les bocaux vides, qui sont crédités sur leur prochaine commande. » Vrac’n Roll va encore plus loin dans son concept éco-citoyen : « Nous faisons appel à un prestataire cycliste, qui livre les produits aux Lyonnais directement à leur domicile. » Le côté pratique est donc mis en avant, auquel s’ajoute la volonté de lutter contre le gaspillage alimentaire.

Et pour cause. Les bocaux sont proposés en quatre tailles différentes, selon les quantités souhaitées. Ils sont en verre, peuvent être stockés dans les placards ou le congélateur. Afin de rassurer les clients quant à ce qu’ils consomment, Vrac’n Roll met en place un système d’étiquetage. « Les étiquettes indiquent le nom du produit mais aussi les éventuels allergènes, la provenance de chaque ingrédient, ainsi que des conseils de cuisson et de préparation. » Grâce à un partenariat avec un magasin bio, Sarah Benosman peut compter sur des fournisseurs français pour les produits qu’elle propose, tout en remontant à la source des ingrédients. Et pour ceux qui seraient récalcitrants à l’utilisation des bocaux, il existe une solution alternative : les sachets en papier kraft. « Les 10 centimes du sachet sont reversés directement à l’association Zéro Déchet Lyon. »

photo-assortiments-produits-bols-cuilleres-lentilles-min

Vers une gamme de contenants personnalisés

Des projets plein la tête, Sarah Benosman souhaite développer, d’ici un an, une toute nouvelle gamme de contenants. « Nous allons organiser un atelier avec nos clients, pour comprendre leurs besoins et voir comment améliorer nos services. Il pourra s’agir de contenants personnalisés, ou encore d’une manière pratique de les ranger. Dans tous les cas, l’objectif est de répondre aux problématiques de nos clients. » Le développement de ce projet est rendu possible grâce au soutien financier de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie ), dont Vrac’n Roll est le lauréat. « Nous espérons lancer ce projet d’ici un ou deux ans. »

Affaire à suivre…

Pour découvrir d’autres créateurs : Dossier Pitchs d’entrepreneurs 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

A lire également

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !