webleads-tracker

Event

10 ans d’auto-partage pour l’agglomération lyonnaise

10 ans d’auto-partage pour l’agglomération lyonnaise

Cela fait déjà 10 ans que Lyon Parc Auto (LPA) a proposé à l’agglomération lyonnaise une offre d’auto partage pour répondre à l’évolution des usages.


Dix ans après le lancement d’Autolib’, devenu Citiz LPA, en 2015, Lyon Parc Auto a pu célébrer ses premiers résultats excédentaires.

LPA met à disposition 260 véhicules à Lyon et Villeurbanne. Louis Pelaez, PDG de LPA, nous explique qu’aujourd’hui l’usage est privilégié par rapport à la possession.

« La voiture n’est plus le reflet d’une réussite sociale, les jeunes citadins passent leur permis plus tard et achètent de moins en moins leur véhicule… ce mouvement n’est d’ailleurs pas circonscrit à ces jeunes générations et commence à se généraliser sur l’ensemble des couches de la population ».

Deux services d’auto partage complémentaires

En 2015, Autolib’ est devenu Citiz LPA et l’application mobile a été lancée. L’avantage de ce service est de pouvoir anticiper et planifier les déplacements grâce à la réservation et d’offrir une gamme diversifiée de véhicules adaptés à différents besoins de mobilité urbaine.

En 2017, c’est un service de free-floating nommé Yea! qui se lance avec 100 voitures. Il n’y a pas de station. Les utilisateurs ont la possibilité d’emprunter un véhicule quand ils le souhaitent et sans réservation pour quelques minutes, quelques heures ou plusieurs jours. Ils peuvent ensuite le déposer sur une place de stationnement sur voirie sur le périmètre Lyon-Villeurbanne.

David Kimelfeld, directeur de la Métropole de Lyon, explique que « La Métropole de Lyon, actionnaire majoritaire de Lyon Parc Auto, a toujours soutenu la politique d’innovation menée par la société d’économie mixte. 10 ans après son lancement, le service Citiz a trouvé son équilibre car il correspond de plus en plus à une demande de citoyens désireux d’adopter des formes de mobilité plus respectueuses de l’environnement ».

LPA planche actuellement sur l’introduction de nouveaux utilitaires et le développement d’un nouveau périmètre d’action autour d’Oullins et Ecully d’ici 2019.

Maud LAURENT

 

 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !