webleads-tracker

A la Une

Le Biau Jardin cultive produits bio et insertion

Le Biau Jardin cultive produits bio et insertion

Depuis sa création en janvier 1997, l’entreprise de maraîchage biologique et d’insertion dirigée par Gilles Lèbre développe une production « bio » locale, saupoudrée d’une bonne dose de social et de solidaire. Une démarche innovante, à l’équilibre et toujours discutée.


Plus de quinze ans après son lancement, l’association de chômeurs en quête d’une activité économique tremplin est désormais bien loin. Gilles Lèbre, l’artisan agronome a vécu les premières heures du Biau Jardin. Fort de son expérience d’entrepreneur maraîcher cultivateur de plantes médicinales, le futur directeur s’est associé à deux autres personnes pour porter ce nouveau projet. L’association fiscalisée, support à l’activité de production, est rapidement devenue entreprise d’insertion (EI) en 2000, avant de s’essayer à plusieurs cadres juridiques (SARL, EURL, SCI). Le passage en société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) en janvier 2008 marque une nouvelle étape : rassembler 3 structures différentes dans un ensemblier respectant les particularités de chacune (production, investissement, insertion).

« Le Biau Jardin s’est construit dans le travail collectif, mais également dans la consultation, parfois la confrontation, et même le conflit ! » se rappelle Gilles Lèbre. Son nom reflète cette originalité, puisque bâti subtilement sur une contraction de beau en patois et de bio. Dans le fond, l’entreprise développe une activité économique de proximité à Gerzat, dans la zone défavorisée du Nord de Clermont-Ferrand. « Nous faisons du social d’insertion locale, avec une relation à un consommateur de proximité qui s’engage ! Sur le plan écologique, nous prenons en compte le potentiel agronomique de la terre de Limagne, et nous travaillons en association avec les collectivités locales. » Pour preuve, la ville de Gerzat, Clermont communauté et le Conseil général du Puy-de-Dôme sont associés à la SCIC, le Conseil régional d’Auvergne est un partenaire qui appuie son développement économique sur le territoire.

Le consom’acteur ? 

Le client, cet acteur responsable de son acte d’achat alimentaire dépasse le simple rapport qualité-prix. Si le Biau Jardin n’a pas les moyens de concurrencer sur ce plan les grandes régions agricoles comme la Beauce et la vallée du Rhône, il se distingue par la dimension socio locale de son projet. Le circuit court, c’est son credo ! Et la terre est son plus précieux atout. Composé à 70% d’argile, la terre de Limagne accueille des légumes racines (carottes, ail, pommes de terre) et des tomates de tout premier goût. A tel point qu’un projet d’Appellation d’Origine Contrôlée (AOC) est en cours pour ces succulents produits du terroir. D’autres projets pour le futur ? Avec 950 paniers par semaine et 20 salariés, la SCIC a atteint une taille adulte qui lui va bien et n’aspire pas à dépasser l’exploitation actuelle de ses 10 hectares. Elle est la seule coopérative d’insertion en France à faire du maraichage bio.

Du côté de l’insertion, « LBJ » embauche 20 salariés, dont 9 en cdd d’insertion (2 ans maxi), 1 personne en formation et 20 bénévoles. Cette équipe veille à la bonne croissance des légumes et à bien faire tourner la boutique (CA d’environ 4 500 €/sem.). Majoritairement issus du territoire urbain de Clermont Ferrand et de Gerzat, ils bénéficient sur toute la durée de leur contrat d’un suivi régulier, réalisé par une commission sociale constituée de professionnels bénévoles du secteur social. Une évaluation du travail est effectuée en début de parcours, et un suivi des évolutions est conduit tout au long de l’accompagnement. Des remises à niveau, des aides en français, à la rédaction de CV, des formations courtes complémentaires (informatique, bureautique, logistique, gestion de stocks) sont proposés au salarié. Après une période de validation, l’effort est axé sur un accompagnement du projet professionnel, qui peut se décliner en formation qualifiante, recherche d’emploi avec mise en relation avec des entreprises, ou bien même création d’activité. La direction du travail, en étroite collaboration avec le PLIE (plan local pour l’insertion et l’emploi) supervise ce dispositif. Des aides ponctuelles peuvent être proposées par rapport à des problèmes de santé, de logement ou de surendettement. Un accompagnement plus que précieux.

La gouvernance en mouvement

A l’image de sa présence dans les colonnes du média Alternatives économiques, le Biau Jardin fait aujourd’hui office de référence sur le territoire, mais les freins restent nombreux. « Nous cherchons toujours la bonne gouvernance. La vraie gouvernance, c’est celle que nous construisons, c’est la nôtre ! Trouver l’équilibre dans l’équipe dirigeante avec la confiance de ceux qui ne gouvernent pas est compliqué. Leadership, écoute et progrès doivent cohabiter avec des règles d’équilibre dans l’évolution du projet. Les conflits entre salariés et bénévoles doivent être canalisés pour que tout le monde tire dans le même sens. » C’est la rançon d’un mode de fonctionnement participatif. Ou l’art de concilier partage, individus et richesses. « A contrario, notre grande force est de savoir trouver une réponse à un besoin dans la mobilisation de notre réseau et le lobbying politique. »

Après tant d’obstacles chronophages et énergivores franchis, l’objectif du Biau Jardin est de poursuivre le développement d’un système profondément humain, au-delà même des idées de croissance, d’enrichissement et d’ambitions démesurées. De la terre poussent aussi de grandes valeurs…

Par Jean Seppak
En savoir plus :
SCIC Le Biau Jardin
Moulin du Roy
63360 Gerzat
Site Internet : http://lebiaujardin.org/
Mail : lebiaujardin@lebiaujardin.org
Tel (panier) : 04 73 90 00 98
Tel (boutique) : 04 73 25 91 41


Publi-rédactionnel

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !