webleads-tracker

Réseaux

Le Crédit Agricole Centre France réitère son partenariat avec le Réseau Entreprendre Auvergne

Le Crédit Agricole Centre France réitère son partenariat avec le Réseau Entreprendre Auvergne

Thierry Hardy, directeur général adjoint du Crédit Agricole Centre France, annonce le renouvellement d’une convention signée avec le Réseau Entreprendre Auvergne. Une relation partenariale bienvenue pour soutenir et développer l’économie locale, notamment les jeunes entreprises auvergnates.


Deux partenaires complémentaires au service de l’économie locale

« Nous sommes une banque régionale donc nous avons un rôle important à jouer sur l’économie locale. C’est assez naturellement que nous avons établi un partenariat avec le Réseau Entreprendre puisqu’il cherche à promouvoir la création et apporter son soutien aux entreprises. Avec Réseau Entreprendre, nous avons des valeurs communes car nous sommes tous deux constitués de bénévoles et parce que nous avons la même vocation : soutenir les acteurs économiques du territoire. »

Pour les deux structures, les enjeux sont réciproques : l’un et l’autre se renvoient les porteurs de projets. Le Crédit Agricole n’hésite pas à orienter ses clients vers le Réseau Entreprendre afin qu’ils puissent bénéficier de l’expertise de chefs d’entreprise chevronnés et pour consolider de la même façon leur dossier. A l’inverse, le Réseau Entreprendre fait appel au Crédit Agricole – et à d’autres banques telles que la Société Générale et la Banque Populaire – pour l’accompagnement bancaire. « Le Réseau propose les dossiers à une ou plusieurs banques puis le client choisit avec laquelle il souhaite être accompagné. Il est  normal et sain que ces réseaux travaillent avec plusieurs banques car ils doivent avoir leur indépendance. ».

Le Crédit Agricole Centre France apporte une aide financière au Réseau Entreprendre. Objectifs : prendre en charge une partie des coûts de fonctionnement et pouvoir accorder un prêt d’honneur aux bénéficiaires. Cet engagement fait parfaitement écho à la signature du groupe : « Le bon sens a de l’avenir » : « Pour nous, le bon sens c’est de faire ça avec des partenaires de qualité comme le Réseau Entreprendre. Avec l’ensemble de nos partenaires, nous réalisons un peu plus de 200 projets par an. »

Réseau Entreprendre, une « garantie de réussite » pour les banques  

« Quand un porteur de projet se présente au Crédit Agricole, on a tout intérêt – aussi bien pour lui que pour nous – à l’inciter à bénéficier de ce soutien. Réseau Entreprendre apporte des choses complémentaires à l’action de la banque. Grâce au travail rigoureux des bénévoles, les dossiers sont mieux pensés et le plan du montage financier plus structuré. Lorsque le Réseau Entreprendre accorde un prêt d’honneur, cela facilite indéniablement l’acceptation de prêts bancaires et ce, avec des emprunts plus conséquents.  Pour une banque, c’est essentiel de savoir que le porteur de projet est « coaché » car cela donne beaucoup plus de chance de succès à son projet. ». La confiance des banques est redoublée puisque le Réseau Entreprendre accompagne les entrepreneurs pendant deux ans après la création de leur entreprise. « Avec cet accompagnement, ce sont 80 % des entreprises qui « résistent » aux 5 premières années. Lorsque le créateur ne bénéficie pas de cette aide précieuse, le taux de réussite descend à 50 %. »

Face aux accusations portées par l’inconscient collectif – selon lesquelles les banques ne prêteraient plus aux entrepreneurs –, Thierry Hardy dément toute forme de « frilosité » : « Sur les dossiers de créations d’entreprise tous confondus, nous avons un taux d’acceptation des projets d’environ 80 %, ce qui, à mon sens, est un chiffre relativement convenable ! A cause de la crise économique, nous avons connu une baisse significative de la demande des crédits en général que ce soit pour l’habitat et les investissements professionnels. Nous n’avons, pourtant, jamais fermé les robinets pour soutenir les entreprises. Nous n’avons pas non plus modifié nos critères d’acceptation des dossiers. Nous n’avons pas de limite. Au contraire, c’est dans les moments difficiles que nous devons soutenir l’économie locale. »

Thierry Hardy ne cache pas sa joie de renouveler l’expérience avec le Réseau Entreprendre : « Je respecte et j’apprécie beaucoup ces bénévoles qui animent ce réseau parce qu’ils font cela de façon désintéressée pour le bénéfice des porteurs de projets mais aussi pour le bénéfice de la collectivité et de l’économie locale. Pour toutes ces raisons, je trouve que ces initiatives sont éminemment respectables. Ça me donne encore plus envie de travailler avec eux !  »

Un publi-rédactionnel du Journal de l’éco
Catty Tavel

 

 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !