webleads-tracker

Etudes, conseil, expertise

Isabelle Dijols – GPA : "Une paie juste : c’est déjà un critère de confiance !"

Isabelle Dijols – GPA : "Une paie juste : c’est déjà un critère de confiance !"

Les lois Aubry, les 35 heures, la réduction Fillon… Autant de réformes qui complexifient le métier du gestionnaire de paie et nécessite un travail de veille quotidien sur l’évolution des textes législatifs. Avec l’accompagnement de GPA, les entreprises ne se sentiront plus désarmées.


Au début des années 2000, Isabelle Dijols quitte la région parisienne et s’installe dans la capitale auvergnate. Cette pétillante quinquagénaire décide de forcer le cours des choses  et créé son entreprise en 2010 : « Plutôt que de me retrouver au chômage, je me suis lancée dans l’aventure. Avant de monter mon affaire, je suis retournée sur les bancs de la fac pour obtenir une licence professionnelle. J’avais, en réalité, un vieux compte à régler avec le diplôme d’études supérieures comptables et financières (DESCF) !». La spécialisation de son entreprise a été une réelle évidence : « Mon expérience m’a permis de réaliser que les gestionnaires de paie ne sont pas, la plupart du temps, formés sur les problématiques de paie. Aujourd’hui, des licences spécialisées dans ce secteur se démocratisent. Mais jusqu’à présent, aucun diplôme n’y était consacré. »

GPA, pour Gestion Paie et Accompagnement, effectue la sous-traitance de la paie : réalisation des bulletins de salaire, formations inter ou intra-entreprise, installation et paramétrage des logiciels de paie. « Nous assurons à nos clients une paie juste et conforme. Nous apportons également notre aide aux gestionnaires de paie qui en éprouvent le besoin. Cet accompagnement les rassure et permet de vérifier l’exactitude des bulletins de salaire. Si nous rencontrons des erreurs, nous recherchons les causes et nous remontons jusqu’au paramétrage du logiciel. »
Grâce au progrès croissant d’Internet, le cabinet GPA peut travailler à distance avec ses clients. Des formations e-learning (ou formations en ligne) ainsi que des vidéos postées sur le site devraient bientôt voir le jour.
Tous les trimestres, le cabinet GPA propose des demi-journées d’information portant sur des thématiques relatives à la paie et aux actualités en matière de droit social à l’instar de la nouvelle loi portant sur la sécurisation de l’emploi, l’augmentation des taux, la réduction Fillon et le traitement des absences. Ces rencontres sont dispensées dans le département de l’Allier ainsi qu’à Clermont-Ferrand, St-Etienne, Brive et bientôt Saint-Flour.

Afin d’assurer un service toujours meilleur à ses clients, Isabelle Dijols et son équipe s’entourent de partenaires précieux tels que des juristes pour déchiffrer les textes législatifs et autres conventions, des professionnels de comptabilité,  des éditeurs de logiciels et le cabinet Pro Alliance spécialisé dans les ressources humaines et le recrutement.

Si le gestionnaire de paie se trompe sur le traitement des salaires, les risques sont réels et coûteux pour l’entreprise : « Une paie juste : c’est déjà un critère de confiance envers l’entreprise. Si les erreurs sont récurrentes sur le bulletin, l’image de l’entreprise auprès des salariés peut se détériorer.  L’autre risque encouru concerne le contrôle URSSAF. Il faut savoir qu’aujourd’hui, 90 % de ces contrôles se terminent par un redressement. Dans ce cas, c’est un risque aussi pour la trésorerie puisque l’entreprise peut se voir dans l’incapacité de payer l’ensemble de son dû. »

Parmi ses clients, GPA compte Périscope, Jour de Fête, Goopille, Maison Innovergne et bien d’autres. « En moyenne, nous travaillons avec des entreprises d’une soixantaine de salariés. Les très petites structures de moins de 10 salariés sous-traitent davantage avec leur expert-comptable. Sous-traiter la paie, c’est un exercice difficile et délicat puisque l’entreprise transmet à une personne extérieure une activité qui est très confidentielle. C’est pourquoi nous nous attachons à construire une relation de confiance avec notre clientèle. »

« Je suis passionnée par ce que je fais. Ce que j’aime dans ce métier  c’est que nous travaillons dans des entreprises différentes avec des situations divergentes. C’est cette stimulation intellectuelle qui me plaît. La création d’entreprise me convient parfaitement puisque j’ai toujours eu besoin de liberté dans mon travail. Si c’était à refaire, je n’hésiterais pas une seule seconde à me lancer de nouveau dans cette aventure ! »

Un publi-rédactionnel du Journal de  l’éco
Catty Tavel
En savoir plus : http://www.gpapaie.com/


Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !