webleads-tracker

Agri, agro, véto

Michel Delsuc : La filière céréalière en Auvergne c'est près de 10 000 emplois !

Michel Delsuc : La filière céréalière en Auvergne c'est près de 10 000 emplois !

Croissance, emploi, alimentation, territoires : enjeux pour l'économie en Auvergne. Où sont, au niveau régional, les leviers de compétitivité ? Comment la filière céréalière peut-elle davantage contribuer à la croissance, de l’investissement et de l’emploi ? Passion Céréales vous invite à une rencontre-débat autour de ces questions cruciales avec des professionnels, experts et décideurs régionaux et nationaux. La filière céréalière vous invité au débat le lundi 14 octobre à Clermont-Ferrand 


Cultivées sur 9 millions d’hectares, les céréales françaises s’invitent chaque jour à nos tables. Présentes dans nos paysages (champs, élevages, silos, entreprises, laboratoires, ports), elles sont aussi source d’innovations dans la recherche d’alternatives au pétrole pour inventer de nouveaux matériaux et produire de l’énergie.

La capacité́ des filières céréalières à maintenir et à créer des emplois sur nos territoires est mal connue.

Les métiers traditionnels de la production, de la collecte et de la transformation représentent pourtant un grand nombre des 12 000 emplois qui ne trouvent pas preneurs chaque année dans le secteur agricole.
Les métiers d’avenir lies à la céréaliculture mériteraient d’être mieux valorises. Parmi eux, la chimie du végétal est appelée à créer entre 5 000 et 15 000 emplois à l’horizon 2020.
 
La céréaliculture française et les 450 000 emplois qu’elle représente font-ils à ce point parti du paysage qu’on ne les remarque plus ?
Au-delà̀ des intérêts privés, les filières céréalières servent ces biens communs que sont le dynamisme économique, la sureté́ d’approvisionnement et la qualité́ de notre alimentation et le respect de l’environnement grâce à des pratiques durables mises en œuvre par tous les maillons de la filière.  
 
Michel Delsuc, Agriculteur, Président de la section Auvergne, vice-président de Coop de France Rhône-Alpes Auvergne et administrateur du groupe Limagrain est le premier à constater le décalage entre la forte présence dans nos vies quotidienne des céréales et la faible reconnaissance de la filière :
« Céréales pour le petit-déjeuner, semoule, farine, pain… Tous les jours, les Français consomment des produits issus de nos blés et de nos mais. Ils sont pourtant peu nombreux à mesurer le poids économique des filières céréalières. Et ils ignorent souvent leur capacité́ à maintenir et créer des emplois sur notre territoire.
Ce qui est la règle en France est vrai aussi dans notre région. Les habitants de nos quatre départements connaissent mal notre rôle et nos métiers. Pour plus de la moitié d’entre eux, l’Auvergne est une « petite région » céréalière. Et moins d’un sur deux estime que la filière joue un rôle « important » en termes d’emplois."

 
Pourtant, depuis nos champs jusqu’aux industries de transformation, les céréales représentent 9 800 emplois dans la région, soit plus de la moitié des effectifs de l’industrie du caoutchouc.
Ce sont 1200 exploitations céréalières et 4300 professionnels de l’agroalimentaire.
Les Auvergnats savent-ils que nos boulangeries représentent près de la moitié des commerces de proximité́ de la région ?
Qui dit moisson d’emplois dit aussi moisson de métiers…
En Auvergne, chaque emploi dans un champ de céréales équivaut à un emploi en dehors des exploitations dans le reste de la filière. Ce peut-être celui d’un technicien, ou d’un ingénieur des instituts de recherche ou des entreprises innovantes fédérés par le pole de compétitivité́ Céréales Vallée. D’un conseiller agricole travaillant pour le compte d’un agro-fournisseur ou de l’une de nos coopératives.
D’un boulanger artisanal ou industriel. D’un fabricant d’aliments pour animaux … De tous les ages et toutes les qualifications, ces hommes et ces femmes ont en commun les céréales. Et, à travers elles, la même passion pour la nutrition, la qualité́ et le vivant. »


 

Une rencontre-débat à Clermont-Ferrand le lundi 14 octobre à 18h00
 
Croissance, emploi, alimentation, territoires : enjeux pour l'économie en Auvergne. Où sont, au niveau régional, les leviers de compétitivité ? Comment la filière céréalière peut-elle davantage contribuer à la croissance, de l’investissement et de l’emploi ? Passion Céréales vous invite à une rencontre-débat autour de ces questions cruciales avec des professionnels, experts et décideurs régionaux et nationaux.
 
Une table ronde qui rassemblera
 
Emmanuel Aimond, Directeur Général du Groupe Jacquet Brossard.
           
Michel Delsuc, Délégué Passion Céréales en Auvergne.
 
Michel Godet, Professeur au CNAM et membre de l’Académie des Technologies.
           
Françoise Roudier, Directeur du Campus fBS de Clermont.
           
Bernard Schoumacher, Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie Auvergne.
           
René Souchon, Président du Conseil régional d’Auvergne.

Animation de la table ronde : Frédéric Coureau – Le Journal de l'éco

 
Cette table ronde se déroulera à Clermont-Ferrand dans le grand amphi de France Business School – Campus de Clermont, 4 bd. Trudaine.
 
Pour s'’inscrire : http://auvergne.passioncereales.fr/rencontre-debat

 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !