webleads-tracker

Comment le Stress tue l’entreprise : un débat, une réalité !

Jean-Claude Casalegno dévoile les facteurs de stress au travail

Jean-Claude Casalegno dévoile les facteurs de stress au travail

Les rumeurs vont bon train sur les facteurs de stress au travail… Mais connaissons-nous vraiment les causes réelles de ce phénomène de société ? Explications avec Jean-Claude Casalegno, professeur-consultant en management à FBS Campus de Clermont-Ferrand.


« Aujourd’hui, tout le monde parle du stress en pensant qu’il s’agit d’un phénomène qui peut se comprendre sans s’attarder sur l’environnement dans lequel l’individu stressé évolue. Or, il ne faut pas limiter le stress à un symptôme. Il faut absolument en détecter les causes réelles pour pouvoir bénéficier d’une action efficace sur le long terme. ».  Même si des individus peuvent avoir un terrain favorable à l’apparition du stress, le stress n’émane pas seulement de la seule sensibilité d’un collaborateur. Selon Jean-Claude Casalegno, les dysfonctionnements organisationnels constituent les principaux facteurs de stress au travail : « Les causes peuvent être de plusieurs ordres : problèmes d’organisation, de comportements managériaux, de stratégie ou des problèmes liés à la structure du capital de l’entreprise. ».

Le stress au travail, révélateur de dysfonctionnements dans l’entreprise

Certains modes d’organisation sont propices au développement du stress dans l’entreprise. « Par exemple, les modèles dits « hiérarchiques » sont aujourd’hui obsolètes car pas assez centrés sur le client –  alors que ces modèles ont été de véritables réussites dans le passé – ».

Les pratiques managériales peuvent elles aussi être génératrices de stress. « Eux-mêmes soumis à des pressions très fortes de la part de leurs dirigeants et actionnaires, les managers ont tendance à reproduire ce stress sur leurs collaborateurs. Alors qu’ils devraient permettre à leurs équipes de se centrer sur les priorités qui vont générer le plus de résultats. ». Les travaux menés par les chercheurs mettent également en avant les « injonctions paradoxales ». En d’autres termes, les meneurs d’hommes fixent des objectifs irréalisables, avec des moyens qui ne sont pas suffisants pour leur bonne atteinte. « Dans ce cas, l’individu se trouvera dans une situation d’échec. A terme, il va s’épuiser et plonger dans le phénomène de burn-out. Le collaborateur, ensuite, peut se replier sur lui-même et tomber dans une dépression sévère. C’est pourquoi il est important de restaurer des temps de dialogue qui permettent au salarié d’exprimer ses émotions.».

Enfin, les stratégies d’entreprise peuvent avoir un impact nuisible sur les collaborateurs. « Les entreprises marquées par la compétitivité prix sont les plus touchées par le stress. De la même façon, si les actionnaires exigent une rentabilité très forte, cela va forcément exercer une pression très forte sur les salariés.».

Le facteur humain comme indicateur de réussite

Aménagement des espaces de travail, salle de sport, séance de massage, conciergerie d’entreprise… De plus en plus de dirigeants se préoccupent du bien-être de leurs salariés. Ces mesures sont-elles suffisantes pour pallier les défaillances organisationnelles et structurelles de l’entreprise ? D’après Jean-Claude Casalegno, « ces actions, en réalité, ne vont pas réduire le problème fondamental car la cause est systémique. Cela veut dire que le stress est lié à différents niveaux de l’environnement de l’entreprise : organisation, management, stratégie, etc.  N’arrivant pas à alléger la pression soumise aux collaborateurs, des entreprises tentent de compenser en proposant des services annexes pour redonner du temps aux salariés. Ça prouve la bonne volonté des entreprises mais le cadre de travail des collaborateurs n’a pas changé. ».

Diminuer le stress des collaborateurs s’avère payant pour les entreprises tant sur le plan humain – écoute et empathie – que sur le plan économique – augmentation de la productivité –.
« Souvent, les chefs d’entreprise ignorent les dysfonctionnements du quotidien liés à l’organisation et la stratégie de leur entreprise. Ils s’appuient trop souvent sur les indicateurs de gestion et considèrent la subjectivité des salariés comme quelque chose ayant peu d’intérêt alors que c’est une source d’information à part entière. Le stress – à condition qu’il soit reconnu par une majorité de collaborateurs – est le premier signe qui indique que l’entreprise prend la mauvaise direction.».

Les outils pour combattre le stress dévoilés lors de la conférence Conext « Comment le stress tue l’Entreprise ! »

« Rendre la recherche socialement utile et pas seulement intellectuellement intéressante est fondamental. Nous disposons de solutions concrètes pouvant permettre aux chefs d’entreprise de sortir de modes de fonctionnement nocifs pour l’Homme et pour provoquer enfin la rupture ! ».
Le 4 décembre 2013, la conférence Conext éclairera sur ces problématiques de stress au travail. Thierry Pétrequin et Olivier Leyronnas, organisateurs de l’événement, ainsi que leur collège de 11 chercheurs, dont Jean-Claude Casalegno. Economistes, sociologues, anthropologues, psychologues et neurobiologistes, exposeront les solutions adaptées pour destituer le « mal du siècle » !

Un publi-rédactionnel du Journal de l’éco
Catty Tavel

 

En savoir plus : www.conext-intl.com

Bénéficiez de – 50 % de réduction sur le tarif de la formation si vous vous inscrivez au nom du Journal de l’éco.



Publi-rédactionnel

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !