webleads-tracker

Information économique locale

Etudes, conseil, expertise

Juridique, social, fiscal : La nouvelle rubrique en partenariat avec le cabinet FIDAL

Juridique, social, fiscal : La nouvelle rubrique en partenariat avec le cabinet FIDAL

Juridique, social, fiscal : La nouvelle rubrique du Journal de l’éco en partenariat avec le cabinet FIDAL


Nous lançons conjointement une rubrique juridique régulière sur le site du Journal de l’éco. Jean-Yves Resche, pourquoi avez-vous accepté de participer avec le Cabinet FIDAL à cette nouvelle approche de l’information pour les lecteurs du Journal de l’éco ?

JYR : C’est parce que cette information est essentielle à l’activité de l’entreprise et du chef d’entreprise. Le juridique est très présent dans la vie de l’entreprise : vous déposez vos statuts ou les modifiez, vous tenez une assemblée générale qui valide vos comptes annuels, vous rédigez un contrat de travail, vous protégez une marque ou déposez un brevet, vous mettez en place un régime de protection sociale pour vos collaborateurs, vous veillez à être en conformité avec la fiscalité, qui évolue beaucoup, d’ailleurs, ces temps… vous voulez organiser au mieux votre patrimoine, vous voulez transmettre votre entreprise… Je suis loin d’être exhaustif et vous voyez comme le domaine juridique est présent dans l’activité de l’entreprise, pour ne pas dire au cœur même de la vie de l’entreprise. FIDAL utilise dans sa communication « des ressources essentielles au service de votre entreprise », c’est tout dire et ce n’est pas qu’un slogan.

Nous allons donc retrouver régulièrement des informations, nous avons prévu tous les quinze jours. Les sujets ne manquent-ils pas ?

JYR : Non, pas de risque de rupture d’information ! Avec le projet de loi de finances et les lois de finances rectificatives qui se succèdent comme nous avons connu fin 2012, avec la mise en place du CICE, avec les mises en conformité à faire suite à une modification… citons par exemple le régime de protection sociale et plus particulièrement des complémentaires santé prévu pour le 1er janvier 2014 et repoussé tout dernièrement au 30 juin 2014, les contraintes mais aussi les opportunités ne manquent pas. Nous allons donc proposer deux types d’informations : celles qui traiteront de sujets de fond et celles qui attireront l’attention du lecteur sur un sujet d’actualité qui a des conséquences sur le fonctionnement de l’entreprise. Que ce soit sous forme d’articles ou de brèves.

FIDAL fête cette année ses 90 ans. Pouvez-vous nous faire mieux connaître votre organisme ?

JYR : 90 ans, certes, mais surtout un cabinet riche d’expérience, de talents et de jeunesse ! FIDAL, c’est une société d’avocats. C’est même le premier cabinet d’avocats d’affaires en France.

Avocats d’affaires, dites-vous. C’est-à-dire ?

JYR : c’est-à-dire que nous couvrons les grands domaines du droit des affaires. Le cabinet est organisé par départements spécialisés : droit fiscal, droit social, droit des sociétés, droit de la propriété intellectuelle, droit patrimonial, droit public mais aussi règlement des contentieux. Il y a également développé des pôles d’expertises spécifiques. Citons par exemple les pôles « Retraites et Prévoyance », « Santé et sécurité au travail », « Associations et organismes sans but lucratif », « transmission d’entreprises ». Nous avons même créé à Clermont-Ferrand un pôle spécifique pour les sportifs de haut niveau.

Vous dites à Clermont-Ferrand. Comment est organisé le cabinet ?

JYR : le cabinet est présent dans 90 villes en France. Il y a 1350 avocats dans les différents bureaux. En ce qui concerne la Direction régionale, nous sommes un peu plus de 50 avocats, répartis entre Aurillac, Bourges, Châteauroux, Vichy et bien sûr Clermont-Ferrand.

Tous les départements évoqués sont présents à Clermont-Ferrand ?

JYR : Oui. Nous avons même mis en place des domaines spécifiques en plus, qui couvrent un très vaste champ. Pour illustrer, je pourrais vous dire que nous allons du droit rural au technologies de l’information en passant par un pôle Entreprises en difficultés et par un service dédié à l’établissement des bulletins de salaire… la réglementation sociale est d’une telle complexité qu’avoir un juriste à ses côtés qui engage sa responsabilité est un soutien précieux pour le chef d’entreprise. FIDAL, c’est une association de compétences. Et celles-ci sont présentes au niveau de la Direction régionale. Pas besoin d’aller chercher des experts à Paris, ils sont aussi ici.

Le cabinet FIDAL a la réputation d’être une « grosse machine » dédiée aux grosses entreprises. Qu’en pensez-vous ?

JYR : Effectivement, le cabinet est d’une taille importante et est bien implanté dans le paysage local. Mais c’est une erreur de penser que c’est une grosse machine dédiée aux grandes entreprises. Les entreprises  – ou les organismes d’ailleurs – qui nous font confiance sont de toutes tailles et de tous secteurs d’activité. Mais, par ailleurs, c’est vrai que FIDAL a une position un peu particulière : son histoire, son implantation nationale mais surtout ses différents départements – avec les Directions techniques qui sont une vraie valeur ajoutée – qui permettent de traiter d’un problème dans son ensemble. C’est une force pour l’entreprise. Et nous sommes au service de l’entreprise.

Vous êtes attaché à ce service comme à d’autres valeurs dans l’exercice de votre métier ?

JYR : Bien sûr. Vous savez, il faut parfois un peu de temps pour mesurer l’ampleur d’un problème juridique. Et si le client attend une réponse immédiate, il vaut mieux parfois prendre un peu de temps. Mais d’autres situations sont à traiter rapidement. Ce que l’on attend de nous, c’est un conseil fiable, c’est une proximité, c’est un engagement aux côtés du chef d’entreprise.

Nous avons toujours été attachés – et moi-même en particulier – à notre région et à son développement. C’est pour cela que FIDAL participe à des manifestations et s’engage aux côtés  de structures régionales, par exemple l’Université d’Auvergne, l’ARDTE, Réseau Entreprendre, Auvergne Nouveau Monde,… Une initiative qui favorise le développement économique est à prendre en compte ! c’est pour cela que nous rejoignons le Journal de l’éco !

fidal banniere



Publi-rédactionnel

À lire aussi

Si vous avez aimé ce site,
partagez le !