webleads-tracker

Comment le Stress tue l’entreprise : un débat, une réalité !

Le stress : des coûts abyssaux pour la société et les entreprises

Le stress : des coûts abyssaux pour la société et les entreprises

Entre 57 et 95 milliards d’euros annuels (3 à 5 % du PIB selon le BIT) : l’addition causée par le stress est salée. Mais ce n’est qu’un aperçu des dégâts car le stress n’épargne ni les entreprises ni ses hommes. Près d’un tiers des salariés européens s’en plaignent. Georges Trépo, professeur Emérite à HEC Paris, tire la sonnette d’alarme.


Les prémices du stress au travail sont apparues dans les années 1980 alors que nos voisins américains appréhendaient ce phénomène depuis plus de 20 ans déjà. « Epingler les responsabilités ou les causes du stress, ce n’est pas facile. Les facteurs de stress prennent en compte plusieurs critères : l’héritage  génétique de l’individu, son câblage psycho-affectif de ses 8 premières années qui détermine la vision positive ou négative qu’il a de la vie, sa vie personnelle et surtout : son travail. ».

Le constat est alarmant : le stress coûterait, tous les ans, plus de 57 milliards d’euros à la société française. Frais médicaux, arrêts de travail, indemnités journalières… Les coûts sont colossaux et les répercussions sur l’activité des entreprises dommageables (réorganisation des équipes, baisse de la productivité, recrutement et formation des intérimaires, etc.).
En Europe, 25 % des départs en retraite anticipés avec invalidité concernent des personnes atteintes de troubles anxio-dépressifs liés au travail et 50 à 60 % des arrêts de travail de moins de 4 semaines seraient causés par le sur-stress. Des données qui n’en finissent pas d’allonger la liste des effets indésirables du stress ! « En tant que salariés, nous sommes tous des soldats et nous nous retrouvons dans une guerre économique : la concurrence oppresse les entreprises qui tentent d’accélérer leur rythme de travail pour améliorer leur rendement. Elles malmènent de la même façon leurs collaborateurs et exigent une disponibilité et une réactivité à toute épreuve.».

Le stress entraîne une augmentation du taux d’absentéisme. Plus surprenant encore, les entreprises doivent faire face à une autre conséquence du stress, le présentéisme – le collaborateur se contraint à être présent alors que son état est contreproductif. Le présentéisme coûterait quatre fois plus cher que l’absentéisme lui-même. Au Canada, un quart de la population active est concerné. « On n’envoie pas au champ de bataille des soldats qui ne sont pas en bon état. Cela nuit à la productivité de l’entreprise puisque le salarié se ménage, travaille moins vite et peut aussi être moins agréable avec les clients et ses collègues. ».

Le constat est sans appel : le stress handicape les entreprises dans leurs capacités de production. Aux dirigeants d’identifier les facteurs de stress au sein de leurs organisations pour mieux les réduire ! Pour cela, managers, dirigeants, chefs d’entreprise peuvent compter sur Thierry Pétrequin et son collège de 11 chercheurs, dont Georges Trépo, qui, au travers d’une conférence intitulée « Comment le stress tue l’entreprise ! », fournissent les clés pour réinventer des modes d’organisation.

Un publi-rédactionnel du Journal de l’éco
Catty Tavel

 
Bénéficiez de – 50 % de réduction sur le tarif de la formation si vous vous inscrivez au nom du Journal de l’éco.

 



Publi-rédactionnel

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !