webleads-tracker

Formation, éducation

UdA, 2e université française sur l’insertion professionnelle

UdA, 2e université française sur l’insertion professionnelle
Philippe Dulbecco, président de l’UdA

A l’heure où le chômage des jeunes diplômés est en nette progression, l’université d’Auvergne (UdA) accompagne l’entrée de ses 17 000 étudiants sur le marché de l’emploi. Philippe Dulbecco, président de l’UdA, présente le programme mis en place afin de leur assurer une meilleure insertion professionnelle.


L’insertion professionnelle figure au cœur du projet de l’université d’Auvergne qui a mis en place bon nombre de dispositifs pour accompagner les étudiants sur la route vers l’autonomie. Outre les stages en entreprise et les ateliers classiques CV et lettre de motivation, l’UdA propose, depuis 2009, une plateforme d’échanges pour mettre en réseaux les étudiants, les diplômés et les entreprises. « Financé par la fondation de l’Université d’Auvergne, UdA Pro est un outil permettant de favoriser un échange croisé entre les universitaires et les entreprises. Il créé des réseaux à finalité exclusivement professionnelle, des communautés où se rencontrent les étudiants inscrits, les équipes pédagogiques, les partenaires socio-économiques mais aussi les anciens étudiants. Les sujets de discussion portent sur l’évolution des métiers et des besoins des entreprises ainsi que sur les demandes de stages.», précise Philippe Dulbecco, président de l’Université d’Auvergne.

Toujours dans l’optique d’aider et d’accompagner les 17 000 étudiants dans leur insertion professionnelle, l’UdA a tissé un réseau avec des partenaires socio-économiques tels que l’APEC (l’Association pour l’Emploi des Cadres), le Pôle Emploi et les départements Ressources Humaines d’entreprises avec lesquels sont organisés des conférences. « Objectif : Identifier les secteurs en tension avec les besoins actuels qui sont non pourvus et définir les métiers de demain. Lors des interventions notamment celles organisées avec l’APEC, nous invitons, en plus des étudiants, les équipes pédagogiques afin qu’elles prennent part à cet accompagnement et qu’elles puissent échanger avec les professionnels. ».

En 2009, l’Observatoire de l’insertion professionnelle et de la vie étudiante a été mis en place par les équipes de l’UdA. Ce dispositif permet de mesurer les taux d’insertion professionnelle des jeunes diplômés à la sortie de leurs études. Tous les ans, des enquêtes sont menées auprès des diplômés de DUT, de licence, licence professionnelle, master et doctorat. « Nous livrons des informations qui sont totalement transparentes, c’est la raison pour laquelle nous souhaitons faire certifier ISO 9001 notre observatoire. Ces données nous permettent d’évaluer la pertinence de nos formations et de les réajuster si besoin. Dans les cas où le niveau d’insertion professionnelle reste insatisfaisant, nous fermons la formation. Nous avons par exemple fermé ou fait évoluer près de 17 licences professionnelles. »

« Le ministère de l’Education a évalué les 76 universités françaises en termes d’insertion professionnelle et nous sommes classés au 2e rang. Nous sommes la 4e université nationale en réussite licence et la 7e université nationale en réussite master. Nous sommes la seule université française à être dans le « top ten » des universités en réussite licence et master. C’est une grande fierté que porte l’UdA ! Parmi les formations professionnalisantes reconnues, nous avons la licence professionnelle Management du logement social ainsi que le master Gestion de patrimoine pour lesquels nous sommes reconnus comme 1er à l’échelle nationale. Nous sommes également parmi les trois premiers nationaux pour la licence Réseaux télécommunications. Nos masters Finances et Technologie pour la santé sont également très reconnus. », se félicite Philippe Dulbecco.

Cofinancé par le Fonds Social Européen (FSE), le projet  « Expérimentation d’un parcours complet de l’étudiant en matière d’orientation et d’insertion professionnelle » viendra renforcer les actions mises en place par l’UdA. « De la 1re année jusqu’à sa sortie, l’étudiant a accès à un outil via la plateforme numérique qui lui permet de consulter des informations propres à la formation, les acquisitions de compétences, les stages et son parcours à l’étranger. Il peut valider par lui-même l’ensemble des compétences acquises. Dans ce projet, nous portons une attention toute particulière aux étudiants « décrocheurs ».
Ma vision pour l’université est véritablement d’apporter le meilleur service public pour l’étudiant. ».

Un publi-rédactionnel du Journal de l’éco
Catty Tavel
 


Publi-rédactionnel

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !