webleads-tracker

BTP, construction, immobilier

INGÉ Constructions Métalliques, un projet en béton !

INGÉ Constructions Métalliques, un projet en béton !

Diplômé de l’école d’ingénieur IFMA de Clermont-Ferrand, Jérôme Carrier s’est spécialisé dans la construction métallique. Après six ans d’expérience, il décide de franchir le pas en montant sa propre entreprise.


« Dès la sortie de l’école, j’avais déjà le projet de créer mon entreprise. » affirme ce jeune créateur de 31 ans. Désireux de se forger une expérience avant de se lancer dans l’aventure, il fut ingénieur calcul pour Ingerop, un groupe d’une renommée internationale, spécialisé dans l’ingénierie de la construction.

En février dernier, Jérôme Carrier ouvre les portes de son lieu de résidence à Surat pour y installer un cabinet de conseil appelé INGÉ CM pour « Ingénieur en construction métalliques ». Avec ses mots, il explique son métier : « L’ingénieur en construction métallique conçoit l’ossature métallique en respectant les normes de construction en vigueur et les règles de l’art. Il fait en sorte que la structure résiste aux charges de neige, de vent, aux séismes tout en respectant les contraintes économiques et budgétaires du client».

Cet entrepreneur dispose d’un portefeuille clients assez conséquent ce qui lui a permis de poursuivre son activité en free-lance. La concurrence est réduite puisqu’il s’agit d’un métier très spécifique. A la différence des grands cabinets d’études, Jérôme Carrier fait gage de plus de réactivité car il est seul maître dans la gestion de son travail.

Six mois ont été nécessaires pour mettre en place le projet. « L’étude de marché ne s’est pas avérée utile dans la mesure où mon cabinet propose uniquement des prestations de conseils. » confie-t-il. Seule difficulté, le choix du statut de son entreprise : « Le statut c’est quelque chose que l’on ne peut pas définir à votre place. C’est à nous de faire le choix et c’est normal. Après avoir échangé avec des confrères, mon choix s’est finalement porté pour l’EURL, un statut plus protecteur puisque je peux être mené à disposer de gros financements qui peuvent se compter en millions d’euros. »

« Le bilan de la création est très positif puisqu’être chef d’entreprise a répondu à mes attentes » : plus d’indépendance et une certaine diversité dans les activités. Cette fonction nécessite en effet des compétences polyvalentes : en plus des travaux en cours, l’entrepreneur doit également veiller à la bonne gestion de son affaire.

Ce créateur voit loin et espère dans le futur pouvoir développer davantage son entreprise. Il pense notamment à intégrer la CAPEB, qui représente et défend les intérêts des artisans du bâtiment, « pour rechercher du soutien et échanger avec les autres ». L’avenir devrait le confirmer : rien ne vaincra Jérôme Carrier et son moral d’acier !

 

Catty Tavel



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !