webleads-tracker

Tourisme, restauration

Mezzo di Pasta : les pâtes fraichement venues d’Italie

Mezzo di Pasta : les pâtes fraichement venues d’Italie

Après plusieurs années d’expérience dans la reprise de franchise, Olivier Tremoulière et sa femme ouvrent les premiers restaurants Mezzo di Pasta à Clermont-Ferrand. Le concept est novateur, il conjugue pâtes fraiches et restauration rapide.


En quelques mots, pourriez-vous vous présenter ?

« Après 7 premières années dans la vente et la gestion de patrimoine, j’ai décidé à 28 ans de créer mes premières affaires. J’ai tout d’abord rejoint le réseau de franchise de location de voiture Ada à Troyes et à Auxerre, puis j’ai décidé de revendre mes affaires et d’investir dans une affaire de pains chaud à Troyes pendant 7 ans.

Suite à cela j’ai décidé de prendre des congés sabbatiques pendant 5 ans, pour voyager et faire tout ce que je n’avais pas eu le temps de faire avant. A mon retour, j’ai cherché les activités qui pourraient m’intéresser pour me relancer dans la vie active, je me suis alors tourné vers la restauration rapide, avec un nouveau concept : Mezzo di Pasta ».

C’est ainsi, qu’Olivier Tremoulière et sa femme ont ouvert un premier restaurant Boulevard Lafayette, il y 2 ans et un second proche du stade Marcel Michelin, il y a 3 mois.

Avant d’ouvrir une franchise Mezzo di Pasta, Olivier Tremoulière s’est assuré que l’enseigne soit porteuse de valeurs, qu’elle ait du sens, des ambitions et des perspectives de développement. C’est ensuite qu’il explique : « je me suis mis à la recherche des emplacements, j’ai établi des plans de financement, puis les travaux ont pu commencer, et juste avant d’ouvrir j’ai suivi quelques formations au siège à Paris. En tout, cela a pris 2 ans ».

Pouvez-vous nous dresser le portrait de votre entreprise ?

Mezzo di Pasta est une enseigne de restauration rapide, spécialisée dans la pâte fraîche. Le réseau comprend 140 points de vente, répartis sur toute la France. L’approvisionnement des pâtes arrive directement d’Italie, les sauces sont sous-traitées, et les desserts sont réalisés par des industriels et assemblés dans les points de vente. L’enseigne séduit les personnes qui ont envie de se restaurer dans un cadre agréable, avec des produits de qualité, et à un prix abordable, souvent équivalent au montant d’un ticket restaurant. Mezzo di Pasta concurrence directement les autres enseignes de restauration rapide, telles que Subway, Mc Donalds, Paul, mais aussi les restaurants traditionnels.

Séduit par le concept Olivier Tremoulière a signé un contrat d’exclusivité territorial avec l’enseigne Mezzo di Pasta, c’est donc ce qui l’a amené à Clermont-Ferrand. « Je suis venu dans la région pour exploiter l’enseigne, et aujourd’hui j’en suis très content. Il est prévu que je développe au moins 3 restaurants dans un premier temps et plus si j’ai la possibilité. Nous envisageons de conquérir les centres commerciaux ou l’hyper centre-ville, mais pour cela il faut acquérir des locaux à des prix abordables ».

Être franchisé est aussi une manière d’être guidé dans la création. En effet, l’enseigne accompagne le créateur, notamment au niveau de la communication : distribution de prospectus, affichage en partenariat avec le réseau Decaux, et publicité radio sur NRJ.

Et enfin, pour terminer, revenons à vous.

Êtes-vous membres des clubs, de groupements d’entreprises, ou élus de syndicats professionnels ou de chambres consulaires ?

Je l’ai été dans le passé, j’ai été membre du réseau des créateurs d’entreprise et du CJD (Centre des Jeunes Dirigeants), aujourd’hui je n’en fais plus parti.

Si vous devez déjeuner ce midi avec des clients, avez-vous un restaurant préféré ?

J’aime le restaurant l’Auberge du Pont à Pont du Château.

Le soir, pour décompresser après une longue journée de travail, vous êtes plutôt, à rester en famille, aller boire un verre, voir un bon film, courir, ou rester encore 2h de plus au bureau ?

Je rentre à la maison, je mange et je me couche.

Si je vous croise sur la route, vous êtes au volant de quelle voiture ?

Je roule en Audi.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !