webleads-tracker

Tourisme, restauration

A la découverte de l’ouest du Sancy avec Mireille Gregoire

A la découverte de l’ouest du Sancy avec Mireille Gregoire

Originaire de la région et fille d’agriculteur, Mireille Grégoire souhaitait exercer un métier lui permettant de pratiquer et de transmettre ses deux passions, le sport et la région Auvergne et plus précisément la partie Ouest du Sancy. C’est pourquoi elle a choisi d’exercer deux activités, celle de guide de randonnée pour la période été et celle de moniteur de ski pour la période hiver.


Ayant travaillé plus jeune à Clermont-Ferrand, Mireille Grégoire a très vite quitté la ville pour revenir exercer une profession qui lui correspondait mieux « née à la campagne et sportive depuis mon plus jeune âge, je ne concevais pas de faire un autre travail que ceux en relation avec la nature ». Après avoir travaillé en tant que salarié et obtenu son diplôme de moniteur de ski, Mireille Grégoire a pu se mettre à son compte : « Tout d’abord animatrice en centre de loisir j’ai été salariée au parc de volcans, voulant être moniteur de ski et pour des raisons de statuts, j’ai franchi le pas en travaillant à mon compte sur toute l’année, en tant que moniteur de ski, guide de randonnée et guide de tourisme ».

A 46 ans et à son compte depuis 17 ans, Mireille Grégoire est pleinement satisfaite de son métier « le matin quand je me lève, je n’ai jamais l’impression d’aller travailler », cependant elle déplore le manque de guides sur cette partie de l’Auvergne « Je souhaite faire découvrir le côté ouest du sancy qui reste un endroit très sauvage et peu connu, il y a encore des paysages extraordinaires à découvrir » En ce qui concerne sa profession de moniteur de ski, là aussi ils ne sont que 4 à l’école de ski de Chastreix « on manque de moniteurs sur la région, car le diplôme de moniteur de ski reste onéreux et il nécessite un niveau de compétition. De plus les moniteurs favorisent la région alpes pour une question de rémunération plus importante ».

Membre du bureau des guides de Besse, Mireille Grégoire est amenée à travailler avec de nombreux organismes « Je travaille avec les offices de tourisme, les centre de vacances qui accueillent les classes découvertes ou pour les sorties scolaires : les écoles viennent essentiellement en Auvergne pour les volcans ». Mireille Grégoire propose ses circuits également aux hôtels par le biais de son bureau des guides, sa clientèle reste donc très variée «l’été il s’agit plutôt de classes ou de groupes de touristes ».

Avec la crise de plus en plus de personnes organisent leurs randonnées par leurs propres moyens « entre juillet et aout, la clientèle est moins fréquentes car les touristes préfèrent s’orienter eux même et suivre les parcours balisés, qui sont bien faits et relativement nombreux dans la région, en revanche pour la période de mai à juin les écoles sont obligées de passé par des professionnels pour faire des sorties dans la nature car les législations d’encadrement ont changé ».

«Elles ont également changé pour le monitorat de ski, avant un professeur pouvait encadrer ses élèves, mais aujourd’hui pour des questions d’assurance, seul un moniteur diplômé peut encadrer un groupe de personnes ». C’est pendant les trois mois de pleine saison de la station que Mireille Grégoire réalise la plus grosse partie de son chiffre d’affaires « il s’agit d’une station très familiale avec beaucoup d’enfants qui ont besoin d’apprendre à skier ».

Cependant Mireille Grégoire a souhaité s’assurer en diversifiant ses activés « j’essaie de compléter en faisant des enquêtes statistiques pour le ministère de l’agriculture, et également grâce à mon diplôme d’ambulancier, je peux continuer à travailler en tant que salariée pendant la période creuse d’octobre à novembre » .

Mireille Grégoire a donc réussi à allier travail et passion d’une part grâce à son métier de guide : « j’ai envie de faire partager ma région et ma passion, les gens sont souvent très intéressés et apprécient ce partage. Pour rien au monde je n’irais ailleurs ».

D’autre part grâce à celui de moniteur de ski « la compétition au ski m’a également apportée beaucoup de choses, et je souhaite transmettre cette passion ».



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !