webleads-tracker

Services aux particuliers

Couleurs paysage : la phyto-épuration débarque en Auvergne !

Couleurs paysage : la phyto-épuration débarque en Auvergne !

Après 20 ans d’expérience dans le paysagisme et le travail sur les espaces verts, Loïc Maitre se lance dans l’entreprenariat début avril. Couleurs Paysage propose du paysagisme et un système d’assainissement novateur : la phyto-épuration !


Ce quarantenaire, père de deux enfants, était prêt à se lancer dans l’aventure : « Cette idée avait murit depuis plusieurs années dans ma tête, c’est la mutation de mon épouse à la communauté de commune de Sancy Artense et la découverte de la phyto-épuration, qui ont fait l’effet de levier ».

Après un brevet de technicien agricole (BTA), il travaille comme ouvrier paysager et grimpe rapidement les échelons pour rejoindre la fonction publique et devenir responsable service technique dans une commune de 1000 habitants (Limousin). Ce Viennois d’origine profite ensuite d’une opportunité de mutation pour changer d’air : « je voulais voyager et retrouver le travail en espace vert, j’ai donc été muté en Gironde, dans une commune plus grande. J’ai alors pu perfectionner mes techniques et mon savoir-faire en fleurissement.

En Aout 2011, Loïc repart à zéro : « Dans la vie il y a des tournants à prendre, la mutation de ma femme, mes récents problèmes de santé, et surtout mon souhait de promouvoir l’éco-citoyenneté, ont été déterminants ! Lorsqu’on est arrivé en Auvergne j’étais déjà prêt à commencer, mais les démarches furent compliquées… ». Cela a pris environ 1 an, et certaines confusions l’ont nettement retardé : « j’ai été mal orienté, en effet j’ai été catégorisé au départ comme jardinier auprès de la CCI, malheureusement mon activité de paysagisme était rattachée à la chambre de métiers et de l’artisanat, j’ai dû revenir sur mes pas. Mes relations avec le pôle emploi et les banques furent aussi longues et complexes, mais mon conseiller à la CMA m’avait prévenu, c’est un temps nécessaire pour avoir plusieurs sons de cloches ».

Début avril, Couleurs Paysage voit le jour, « c’est un soulagement, on va enfin pouvoir travailler ! ». L’entreprise propose de l’entretien et de la création d’espaces verts, pour les collectivités et les particuliers : « à la campagne, il y a une demande au niveau de l’aménagement des potagers, je leur offre des services de fleurissement, de la maçonnerie paysagère, de l’élagage et des systèmes d’assainissements par phyto-épuration ». Notre entrepreneur compte beaucoup sur ces derniers, en effet la phyto- épuration dégage un important chiffre d’affaire.

Ce système déjà bien développé en Allemagne, est proposé par une entreprise rennaise (AQUATIRIS). Cette station d’épuration personnelle est composée de deux bassins aquatiques, le premier filtre l’eau par percolation (elle passe à travers du sable et du gravier), et un deuxième où l’on retrouve des plantes aquatiques et semi aquatiques (iris, joncs) qui vont poursuivre le traitement de manière autonome avant le rejet dans le milieu naturel. Ce système ne nécessite pas la récupération des résidus à la différence des fosses septiques. Ce nouveau produit est central dans l’offre de Loïc : « Je propose un travail d’assainissement et une création paysagère, à la différence d’une entreprise de Travaux Public, c’est beau et utile à la fois. Pour un projet de ce type je suis en relation avec des bureaux d’études situés en Corrèze et en Haute Loire, ils sont chargés des plans et des relevés sur le terrain. AQUATIRIS me donne le droit de proposer le produit sur un rayon de 25 Km et de mon côté je leur verse une redevance ».

Loïc va bénéficier d’un environnement légal favorable. En effet, au 31 décembre 2012, les particuliers n’étant pas raccordés au système d’assainissement collectif ou n’ayant pas fait des démarches pour système d’épuration personnel (5,1 millions en France), seront mis en demeure et devront se mettre en conformité rapidement : « Le système de phyto-épuration est maintenant homologué par l’état, de plus, j’ai pu recevoir des aides et subventions de la communauté de commune. Je vais maintenant pouvoir répondre à une demande croissante, que ce soit les particuliers, les gîtes, les campings, et même les agriculteurs ». Pour exemple une installation de ce type demande une semaine de travail et coute entre 6000 et 10000 euros.

A l’avenir il souhaite travailler de plus en plus sur l’entretien : « Il y a toute une nouvelle population qui s’installe en Auvergne, des gîtes haut de gamme voient le jour et le nombre de maisons secondaires ne cesse d’augmenter, il y a une véritable opportunité pour les paysagistes ». Pour se faire connaître de ce nouveau public, Loïc compte sur le bouche à oreille qui reste le meilleur allier, il apparaît déjà sur différents supports : « j’ai comme projet de lancer un site internet, l’entreprise est déjà présente sur les brochures de l’office du tourisme, et sur la revue des artisans du pays de Sancy Artense distribuée à 5000 exemplaires ». Il organisera des portes ouvertes au printemps prochain, pour permettre au plus grand de nombre de découvrir la phyto-épuration.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !