webleads-tracker

Commerce

« Origine et goût » dans l’assiette

« Origine et goût » dans l’assiette

Une nouvelle preuve est faite avec Sofien Habibi (23 ans) que la cité abrite un fabuleux réservoir de talents. Cet originaire du quartier de Croix de Neyrat à Clermont-Ferrand a créé son entreprise de traiteur « Origine et goût » au printemps 2012. Pour faire ce qui lui plaît : travailler les bons produits.


Hasard du moment téléphonique, Sofien sort de la banque, son rendez-vous s’est bien passé. Le temps de bien positionner l’oreillette et de prendre le volant, Sofien Habibi répond sans frein. La route s’est éclaircie depuis la fin d’année 2012. Le lauréat régional du concours Talents des cités s’est vu décerner pour la nouvelle année la médaille de la CCI du Puy-de-Dôme lors des vœux du président Fartaria. Belles rampes de lancement !

Dès l’hiver 2010, le jeune cuisinier débute son parcours gastronomique, avec déjà en tête le projet de monter sa propre affaire, « seul mais encouragé par des amis du quartier et des professionnels aussi ». Titulaire d’un CAP de cuisinier avec l’expérience glanée dans quelques petits restos, il poursuit son apprentissage du métier au Richelieu, restaurant planté sur la place de Jaude, dans le centre ville clermontois. C’est à l’automne 2009 que ce cuistot aux mains d’or traverse la Manche pour prendre attache à Londres, au sein du prestigieux hôtel restaurant Hilton. Sous les ordres d’Andrew Garrett, en quête de sa première étoile au guide Michelin, Sofien encadre avec brio les stagiaires et les apprentis. En 2010, il revient dans le sud de la France à Cannes puis Genève (Suisse), « où j’étais intérimaire dans les grandes brigades gastronomiques de cuisine, pour pallier l’absence de cuisiniers. »

De retour à Clermont-Ferrand, il se fait rapidement une place dans un établissement du centre ville et se marie. Avec le soutien de sa femme, il se lance dans l’entrepreneuriat. Formations à l’appui de la CCI et de l’Adie (association pour le droit à l’initiative économique), Sofien Habibi démarre son activité de traiteur (buffets, repas, plateaux), « avec l’envie de travailler pour moi, à mon rythme, des bons produits et sainement. J’ai commencé à 15 ans et je suis habité depuis l’apprentissage par cette volonté d’entreprendre. J’ai 8 ans d’expérience avec des responsabilités. Avec la dérogation de la CCI, j’ai démarré par un petit déjeuner du Club des 1000 lors de la Semaine régionale de la diversité 2011. Une bonne occasion de tester mon service, de me faire connaitre sans prendre trop de risque. D’emblée, les clients ont été satisfaits et si je générais un petit chiffre d’affaires, j’avais quand même besoin d’argent pour aller plus loin » reconnait le jeune créateur.

Il saisit l’opportunité de passer une formation de formateur professionnel d’adultes (DUT FPA), « parce que j’ai envie de transmettre comme je veux, sans contrainte ! » L’activité ne restera pas en standby bien longtemps, le nouveau papa encadre actuellement les jeunes en insertion du « Six-Trois », restaurant d’insertion de la Coopérative de Mai. La fin de la formation est à l’horizon proche, le futur formateur entend bien relancer son activité, « avec l’espoir de trouver un local à la rentrée, pour concevoir un nouveau concept de plateaux repas, un site Internet en construction et plein de clients ! » Le traiteur bio réside toujours à Croix de Neyrat, « où j’aimerais bien m’établir convenablement et développer l’activité d’Origine et goût. »

Arrêté pour trois mois à la suite d’une opération à la main en raison d’un staphylocoque, le jeune entrepreneur aujourd’hui en pleine possession de ses moyens a même eu l’honneur de rencontrer le président de la République française lors de son passage à Clermont-Ferrand le 21 février. Face à François Hollande, il a défendu fièrement « le secteur de l’insertion dans lequel la demande a explosé, sans que l’enveloppe de l’Etat n’évolue depuis 11 ans ! » Avec un goût certain et fort d’un succès naissant, Sofien n’est pas prêt d’oublier ses origines.

Jean Seppak

 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !