webleads-tracker

Services à l'entreprise

Des travaux ? Laure Thiéblot s’occupe de tout !

Des travaux ? Laure Thiéblot s’occupe de tout !

Avide de changement, Laure Thiéblot a décidé de voler de ses propres ailes : PluriElle est née ! Depuis décembre 2011, cette entrepreneure apporte ses conseils et son expertise dans l’accompagnement en travaux. Retour sur le parcours de cette jeune femme déterminée… à réussir !


Diplômée de l’Ecole supérieure de commerce de Clermont-Ferrand en 2002, Laure Thiéblot a choisi de se spécialiser dans le management de projets et la conduite du changement. Cette pétillante trentenaire a travaillé pour de grands groupes tels que Lidl et Orangina-Schweppes. La soif d’indépendance l’a gagnée et la conviction de créer sa propre entreprise a pris le dessus. «Je me suis dit : «J’en ai ras-le-bol, je veux créer ma boite !». Le souci c’est dans quoi ? Il s’est avéré qu’à l’époque j’habitais à Champeix et que j’avais des dépendances. J’ai souhaité les transformer en gîtes de France. C’était la croix et la bannière pour arriver à trouver des professionnels du bâtiment qui tiennent la route, qui honorent leur rendez-vous, qui m’envoient les devis en temps et en heure, etc.
C’est vraiment par le vécu de cette expérience où un copain m’a dit : «Tu sais, ce métier là, il existe. C’est consultant en travaux.» J’étais encore salariée et je me suis renseignée sur ce métier qui collait aux compétences que j’avais à savoir la gestion de projets.
Par contre, aucune connaissance technique ne m’était demandée ce qui était important car j’avais plutôt un parcours d’administratif et pas du tout de technicienne de terrain en BTP.».

C’est ainsi qu’en décembre 2011, Laure Thiéblot se jette à l’eau et monte son affaire sous le nom de PluriElle.
Quelques mois avant de se lancer, cette jeune créatrice a suivi une formation avec le réseau national CTSO pour devenir consultante en travaux. «Je fais de l’intermédiation commerciale. Je mets les gens en relation : la personne qui souhaite réaliser des travaux et les entreprises chargées de les réaliser. Je les accompagne pendant toute cette phase là.
Après, je viens toujours sur le terrain pour voir si les travaux se passent bien parce que, bien évidemment, c’est là que j’assois aussi ma réputation de sérieux.». Cette intermédiation permet au client de gagner du temps pour l’organisation de son chantier et de bénéficier du meilleur rapport qualité/prix.

Laure Thiéblot détient un portefeuille bien ficelé pour proposer à ses clients les services d’artisans compétents et sérieux et ce, dans un délai de 10 jours qui suivent la première visite du bien. En ce sens, elle est un véritable porteur d’affaires pour les professionnels du bâtiment. «Je suis aussi une traductrice. Je suis vraiment une interprète entre les désirs du client qui ne se rend pas compte des contraintes techniques et qui, des fois, ne sait pas bien les exprimer à l’entrepreneur… et l’entrepreneur qui, des fois, ne sait pas bien se faire comprendre.».

Des projets ? Laure Thiéblot en a plein la tête ! «A court terme, en 2013, c’est d’être incontournable sur le marché des entreprises pour tout ce qui est travaux, aménagement et décoration, home staging. L’idée c’est de me faire identifier.
C’est que les gens pensent à moi et pensent à me solliciter. Donc je m’investis beaucoup dans des réseaux comme le GCE Auvergne. Je suis en train de me rapprocher du réseau Business Network International. Je n’en fais pas encore partie mais je m’y intéresse pour justement créer ce réflexe là, pour être visible. A moyen terme, c’est d’arriver à avoir un rayon d’action plus large puisqu’aujourd’hui, je fais du très local.
Là, je commence à travailler avec des entreprises générales qui me permettent de travailler sur des chantiers plus gros. Et là, très clairement, un de mes «trips»… Ce serait d’aller faire des projets sympas à droite, à gauche, pourquoi pas dans le monde. J’ai toujours aimé voyager. Ça, ce serait mon rêve !».

Le bilan de cette expérience dressé par Laure Thiéblot mêle réalisme et optimisme : «Bon sang ! Que c’est dur ! Le chef d’entreprise qui créé, il est tout seul à faire tout, tout le temps, d’où l’importance de s’impliquer dans des réseaux pour rompre cet isolement et arriver à trouver des solutions par les échanges avec les autres. Par contre, je regrette pour rien au monde parce que j’étais arrivée au bout de ce que je pouvais trouver dans le salariat.».

 

 Catty Tavel

 

En savoir plus :

Laure Thiéblot
PluriElle
06 64 36 02 69
laure.thieblot@plurielle-maison.fr

www.plurielle-maison.fr

 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !