webleads-tracker

Industrie

Issoire : Constellium inaugure la 1ère fonderie d’aluminium Airware® au monde

Issoire : Constellium inaugure la 1ère fonderie d’aluminium Airware® au monde

La famille de l’aéronautique – partenaires et fournisseurs de Constellium – était réunie mardi dernier à Issoire pour l’inauguration d’un outil unique au monde conçu pour produire des alliages aluminium révolutionnaires, plus légers, plus résistants et 100 % recyclables destinés à l’industrie aéronautique soucieuse d’améliorer la performance économique et mécanique de ses avions.

Avec cette technologie Airware®, Constellium donne des ailes à son site d’Issoire, son « navire amiral » autour duquel pourrait voir le jour une filière logistique et technologique centrée sur la métallurgie.

(Un article publié sur son site internet par la CCI du Puy-de-Dôme qui nous permet d’en apprendre davantage sur l'entreprise installée à Issoire)


C’est d’abord à Voreppe (Isère), au centre de recherche et de développement de Constellium, qu’est né ce savant mélange de lithium, d’argent et de cuivre et il a été testé dans la fonderie d’essai sur place. C’est maintenant sur le site d’Issoire, que cette technologie Airware est développée industriellement. «

“L’atelier que nous inaugurons aujourd’hui a toute sa place sur le site totalement intégré d’Issoire qui est notre vaisseau amiral” a souligné Christophe Villemin, président des activités Global Aerospace de Constellium. « Ici, on part des copeaux ou du métal liquide et on sort des ailes et des pièces d’avion avec une équipe compétente, à l’engagement sans faille et qui accumule plus de 60 ans de savoir-faire ». C’est néanmoins à Voreppe, que les compagnons d’Issoire sont allés se former à cette technologie Airware® car, insiste Christophe Villemin, « l’innovation porte sur le produit, elle porte aussi sur les procédés de fabrication complètement réinventés ainsi que sur la commercialisation de ce type d’alliage aluminium à basse densité sous le nom de Airware. »
Entre le début des travaux, le 2 novembre 2010 et la première coulée le 5 janvier 2012, 14 mois ont été nécessaires pour édifier la nouvelle fonderie Airware d’Issoire – la première au monde – ou sont développés des procédés performants et uniques tels que la technologie d’inertage du four ou de goulotte fermée pour la coulée dans le respect des 3 règles d’or chez Constellium : environnement, santé et sécurité.
« Conçue pour être industriellement à la pointe avec un flux de production sans perte de temps, la fonderie abrite des outils spécialement designés pour nous, sa zone de production est en rez-de-chaussée tandis que toutes les zones de maintenance sont en sous-sol » décrit Olivier Leducq, directeur de l’usine d’Issoire.
Dans cet atelier en fonctionnement 7 jours/7, 24h/24, une équipe de 40 personnes s’active autour des deux fours de 14 t produisant chacun deux plaques de 7 t qui vont ensuite subir différents traitements thermiques jusqu’au pré-usinage.
D’ores et déjà, une deuxième tranche (début des travaux en 2014/mise en service en 2016) est programmée qui sera l’exacte duplication de la première. Au total, ce sera donc 80 emplois et 4 fours qui devront faire face à la montée en cadence des programmes sur lesquels la technologie Airware  a déjà été retenue : l’A350 XWB (structure des ailes, fuselage), le C-series de Bombardier (fuselage) et le lanceur Falcon 9 de SpaceX.
Parmi les premiers à franchir le pas de l’Airware, Airbus qui a signé un contrat de 2 milliards de dollars avec Constellium : « L’Airware nous permet de réduire de 10 % le poids de nos avions » assure Eric Zanin, directeur des opérations chez Airbus
« Totalement recyclable, plus résistante et 25 % plus légère, la technologie Airware est aussi la plus aboutie car elle est permet de réaliser des produits customisés à la demande des clients tout en maîtrisant les coûts. C’est pour aller dans ce sens, indique Christophe Villemin, que nos anciennes équipes de métallurgistes et designers de Voreppe ont cédé la place à deux équipes mêlant toutes les compétences, l’une concentrée sur le fuselage, l’autre sur l’aile.»
Pour en savoir plus :
Consulter l’article de la CCI dans son intégralité :
Sur Constellium : http://www.constellium.com

 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !