webleads-tracker

Services aux particuliers

Estia, La philosophie du service

Estia, La philosophie du service

 « Proximité, suivi, qualité », une devise que Cécile Caratto applique aux services à la personne sur le grand Riom.


La création ? Elle a toujours eu ça en tête, Cécile Caratto !
Et pourtant, ce n’est pas là qu’on l’attendait. Une formation juridique et une spécialisation en ressources humaines l’a d’abord menée très logiquement à devenir conseillère en recrutement sur Montpellier puis responsable de la formation et de l’intégration des nouveaux recrutés dans une grande banque.
Mais lorsque l’on a le virus de l’entreprenariat, les petites phrases du type « Vous avez un bon travail, pourquoi se lancer ? » n’y changent rien. « Après le tout, c’était de trouver l’idée. Il fallait qu’elle soit fondée et surtout réalisable. Il fallait que je puisse apporter mes compétences en gestion du personnel à ma société. On parlait de plus en plus des métiers de services à la personne qui se développaient. Je me suis renseignée. »
Elle a été à la « pêche aux informations » et s’est créée toute seule. «  Ça a été 1 an et demi de travail en amont : 6 mois pour trouver ce que j’aimerais vraiment créer et 1 an pour monter mon étude de marché, mon business plan, pour convaincre les banques »

« Créer une société quand on est cadre dans une entreprise, les gens ne comprennent pas trop. Du coup le montage a été très difficile pour moi. » C’est un projet déjà bien ficelé qu’elle apporte à la Chambre de Commerce Riom Combrailles Initiatives et elle se voit accorder un prêt d’honneur.

C’était il y a 4 ans, « vu que le projet était passé en plateforme, je me suis dit, on y va.  J’ai quitté mon travail parce que tout était OK et que j’étais sûre de monter ma société, d’avoir les prêts et d’avoir mon agrément. Je n’ai jamais été demandeur d’emploi. »

Son entreprise, Estia est une « société agréée par l’Etat, qui fait partie des services à la personne, spécialisée dans le ménage et repassage à domicile pour une clientèle d’actifs. »

Son slogan « Du temps pour vous » parce qu’aujourd’hui les femmes travaillent, qu’elles ont envie d’évoluer professionnellement même si elles ont des enfants, et qu’elles n’ont plus le temps ni l’envie de se consacrer aux tâches ménagères.

Quand elle a pensé implantation, la logique l’avait d’abord conduite à envisager Chamalières, Clermont-Ferrand, comme tout le monde.  Puis au cours de son étude de marché, elle a réalisé que le besoin était peut-être ailleurs : sur le chemin de ceux qui doivent se rendre à Clermont-Ferrand pour travailler et ne peuvent rentrer chez eux que tard. Ceux-ci ne trouvaient pas de société proche de leur domicile pour répondre à leurs besoins.  Elle-même Riomoise et connaissant un peu de monde sur place, le choix a fini par s’imposer. Et même si certains lui on dit « Mais à Riom tu n’y arriveras jamais », elle voit maintenant que sa localisation est un point fort. Aujourd’hui, elle travaille essentiellement sur Riom, mais couvre aussi Aigueperse, Chatel-Guyon, Maringues, Volvic, Billom, Lezoux, Clermont-Ferrand et Ceyrat.

Doublement proche de ses clients, elle réussit à les fidéliser : 90% des prestations qu’effectuent ses salariées sont régulières.  Bien sûr, les déductions fiscales dont peuvent bénéficier ses clients en faisant appel à ses services contribuent à cette récurrence et atténuent les effets de la crise, elle ne se le cache pas. 

Mais il n’empêche que niveau prospection, Cécile Caratto sait aussi y faire : une vitrine rue Saint-Amable, la distribution de flyers décalés conçus par l’agence de communication clermontoise AGREESTUDIO,  des animations commerciales, lui ont d’abord permis de se constituer un solide fichier client. Le bouche à oreille, un suivi client rigoureux, et un système de parrainages internes lui permettent maintenant de le consolider.

La garde d’enfants, le soutien scolaire, elle les a vite mis de côté parce que pour développer une entreprise, il faut faire des choix, être réaliste et se fixer une philosophie forte.

La sienne : « Issue des ressources humaines, je voulais favoriser les CDI ». Et c’est ainsi qu’à 33 ans, elle se retrouve à la tête de 35 salariées, dont son assistante et une formatrice interne, recrutée elle-même, au début de l’aventure, comme aide-ménagère. « La personne qui a le plus petit contrat chez moi fait 28 heures par semaine, parce qu’elle ne veut pas travailler le mercredi. Je connais mon nombre de nouveaux clients, donc j’anticipe mes recrutements par rapport à ces données. Ça me permet de bien les former pendant leur période d’essai, avant qu’elles ne soient mises en poste. »

Et si elle parle de ses salariées au féminin, c’est parce que Cécile Caratto n’a aucun homme dans son équipe. D’un ton amusé, elle s’en désole tout de même : « Le jour où j’ai un homme, je vous appelle ! Je rêverais d’avoir un homme, on est au XXI ème siècle, mais on est encore dans une société où faire le ménage, c’est pour les femmes…»

Sa réussite, elle pense avant tout qu’elle le doit à « un travail de groupe », « Mon développement est du à de belles rencontres, des gens que j’ai recruté à un moment donné et qui ont eu envie de s’investir. »

 Manager une telle équipe ? «On ne s’ennuie pas ! Honnêtement, j’admire les créateurs d’entreprise dans le domaine des services à la personne qui ne sont pas issus du milieu des ressources humaines. Si je n’avais pas eu ces compétences, j’aurais peut-être fait le choix de me franchiser. »

Car Estia n’est pas une franchise, pour l’instant, en tout cas ! Cécile Caratto a préféré bien  s’entourer, au niveau juridique, communication, trouver par elle-même tout ce qu’une franchise apporte sur un plateau. « et aujourd’hui je ne le regrette pas du tout »

Ses objectifs ? A court terme, continuer et pérenniser son activité, à moyen terme, conquérir un peu plus de territoire et être plus présente sur les réseaux sociaux, et de là découleront peut-être de nouveaux objectifs à long terme… Quelques idées qu’elle préfère garder pour elle, en toute humilité.

« Les métiers de service à la personne  n’o

nt pas toujours une bonne image, on les associe à la précarité, et j’aimerais vraiment contribuer à ce que cette image change et évolue. Il n’y a pas que des gens en échec qui se retrouvent dans ces métiers, il y a des gens qui ont fait le choix du service et qui s’y sentent bien. En période de chômage, ce ne sont pas des métiers à négliger. »

Pas de regrets, quelques erreurs, et une volonté de fer qui l’oblige à ne jamais s’endormir… Rien n’est jamais acquis lorsque l’on veut fournir le meilleur des services.

 

En savoir plus :

Cécile Caratto,
contact@estiaservicesplus.com
0473861578
Estia, 8 rue Saint-Amable, 63200 Riom

http://www.estiaservicesplus.com

 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !