webleads-tracker

Commerce

La filière cuir-luxe régionale se structure pour accroître ses performances

La filière cuir-luxe régionale se structure pour accroître ses performances

En progression constante, la filière cuir-luxe auvergnate s’est dotée depuis le 21 mai dernier d’un Comité stratégique dont l’ambition est de structurer une filière industrielle allant de l’éleveur au sac à main et d’identifier les améliorations à apporter dans le processus de production pour gagner des marchés et accroître l’emploi. A terme, le but de cette opération sera la traçabilité des peaux et la formation.

Cet article a été publié par la CCI du Puy-de-Dôme le 13 mai 2013.


La France, n°1 mondial du luxe

L’auvergne, 2 000 emplois dans la maroquinerie

C’est Denis Conus, préfet de Haute-Loire, qui a officiellement installé le Comité stratégique de filière régional (CSFR) cuir-luxe le 21 mai dernier en préfecture de région à Clermont-Ferrand. Le département du sud de l’Auvergne compte effectivement deux entreprises majeures du secteur du cuir : les Tanneries et la Maroquinerie du Puy. 

« Nous avons tenu une 1ère réunion rassemblant les professionnels du secteur – éleveurs, abattoirs, collecteurs de peaux, tannerie, industriels –  et les services de l’Etat au cours de laquelle les atouts et les faiblesses de la filière ont été détectés ». Il en ressort que la pénurie de peaux de très haute qualité est l’un des principaux obstacles au développement. Pourtant la France est, avec 1,4 million de veaux abattus, le 1er producteur mondial de veaux de boucherie. Toutefois, seulement une partie des peaux est de qualité suffisante pour satisfaire la fabrication de sacs de luxe : « De l’ordre de 30 % des peaux que nous traitons », évalue Denis Lemercier, président des Tanneries du Puy dont l’objectif est de parvenir à 50 % des peaux travaillées pour la filière luxe.  Pour relever ce défi, le tout nouveau CSFR envisage de mettre en place une traçabilité des peaux  de qualité (race à viande de préférence avec traitement antiparasites, vaccination,…) afin de mieux rémunérer les éleveurs alimentant la filière luxe.

Autre frein à l’expansion de cette filière cuir-luxe, qui totalise tout de même 2 000 emplois en Auvergne, en progression de plus de 8 % tous les 2 ans : la moyenne d’âge assez élevée de certaines catégories de personnel, en particulier les ingénieurs en tannerie. Là encore, il reviendra au CSFR  d’imaginer des solutions sachant qu’un établissement est principalement concerné en Auvergne : le lycée Marie-Laurencin à Riom.

Nul doute, la filière cuir-luxe Auvergne est en ordre de marche pour satisfaire les désirs des riches clientes du luxe et ainsi renforcer l’emploi en Auvergne.

 

CHIFFRES CLES

La France, n°1 mondial du luxe

– 130 marques, 2 leaders mondiaux que sont LVMH et Vendôme

– 34 % du CA mondial du luxe (qui s’élevait à 180 milliards en 2008) devant l’Italie (42 marques, 20 % du CA mondial) et les USA (29 marques, 14 % du CA mondial)

– 120 000 salariés majoritairement en Ile-de-France

 

2 000 emplois dans la maroquinerie en Auvergne

– 30 entreprises dans le secteur du luxe représentant 3 % de la branche nationale du luxe

– Avec 2 000 emplois, la maroquinerie représente 75 % du total de la filière luxe en Auvergne

– 2 sites de production pure appartenant à des grandes entreprises : LVMH à Saint-Pourçain-sur-Sioule (03) et HERMES à Sayat (63)

 

Les principales implantations en Auvergne

  • Puy-de-Dôme :

– Maroquinerie de Sayat (Hermès) : 250 salariés

– Pierre Cotte : 200 salariés à Lezoux

  • Haute-Loire :

– Maroquinerie du Puy : 60 salariés

– Tanneries du Puy : 100 salariés

  • Allier :

– LVMH : 700 salariés à Saint-Pourçain-sur-Sioule

– SOFAMA : 210 salariés à Espinasse-Vozelle

– Fleurus : 130 salariés à Vichy

 

Pour en savoir plus :

Sur cet article : http://www.puy-de-dome.cci.fr/actu_eco/evenements/2013/0513/cuir.php

Sur la CCI du Puy-de-Dôme : http://www.puy-de-dome.cci.fr

 

Contact : DIRECCTE

jean-michel.brun@direccte.gouv.fr
Tél. 04 73 43 01 12



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !