webleads-tracker

Formation, éducation

Jean Luc Helbert : "Il faut dire aux jeunes d’aller dans le sens de l’apprentissage"

Jean Luc Helbert : "Il faut dire aux jeunes d’aller dans le sens de l’apprentissage"

Rencontre avec Jean Luc Helbert, un professionnel passionné président de la commission formation apprentissage de la Chambre de Métiers et d'Artisanat du Puy-de-Dôme.
 


Jean Luc Helbert est originaire de Bretagne et c’est à 14 ans qu’il arrive en Auvergne, à la Bourboule plus précisément, pour suivre un apprentissage. Son parcours sera ensuite riche d’expériences acquises chez plusieurs artisans, mais également comme chef de rayon ou bien encore en abattoir.
Installé à son compte en tant que maitre artisan depuis 17 ans, sa boucherie est implantée au cœur de Chamalières, boulevard Aristide Briand.
“J’ai 6 employés dont 3 apprentis. Je considère que l’apprentissage est quelque chose de fondamental pour notre profession.  Un maitre d’apprentissage doit-être un référent, patient, et surtout passionné. Pour ma part, je  suis un passionné et j’ai un grand plaisir à transmettre mes connaissances, à redonner ce que j’ai appris.
Dans notre profession, l’apprentissage est exigeant et il faut être travailleur, surtout pour commencer chaque jour à des heures très matinales. Pour un apprenti, il faut avoir envie avant tout d’exercer un métier et surtout de prendre du plaisir à le faire. Le stage d’initiation, effectué en classe de 3ème est un excellent moyen de découvrir une profession, un métier.”
Si Jean Luc Helbert est un professionnel reconnu, il est également un homme engagé avec la volonté de travailler au profit de son métier et de l’ensemble des professionnels qui l’exerce.
Vice-président de la Fédération de la boucherie, élu de la Commission Formation Apprentissage Nationale, élu à l’UPA (Union professionnelle artisanale), Président Puy-de-Dôme du comité d’organisation du concours «Meilleur ouvrier de France», Conseiller Enseignant Technologique, il est également élu à la Chambre des Métiers du Puy-de-Dôme où il préside la Commission Formation Apprentissage.
« La commission formation-alternance, que je préside est composée de 7 membres qui travaillent ensemble. Notre rôle est de définir un programme d’actions et de mettre en œuvre les moyens financiers et techniques de la Chambre des Métiers.
Nous travaillons, par exemple, dans le but d’arriver à simplifier la vie des chefs d’entreprises face aux problèmes de lourdeur administrative, notamment lors de l’ouverture d’une entreprise mais également dans l’apprentissage.
Un autre volet de notre action consiste à tout faire afin d’arriver à augmenter le nombre d’apprentis, tous métiers confondus.
Aujourd’hui, le nombre d’apprentissages augmente mais avec un âge de plus en plus avancé.  Il y a quelques années, l’accès à l’apprentissage se faisait vers 14-15 ans, maintenant nous avons également de nombreux 18-21 ans déjà diplômés Bac+1 voire Bac+2.
Le niveau remonte. Ces jeunes ont beaucoup d’ambition et plus de chance de devenir de futurs repreneurs d’entreprises. A nous de les aider à y parvenir. »
La commission présidée par Jean Luc Helbert intervient également en mettant en oeuvre des campagnes de communication et d’information. C’est ainsi que sont nées  les « Mercredi de l’apprentissage » mais également de nombreux forums et opérations portes ouvertes.
“Je suis persuadé que l’apprentissage par l’alternance constitue une meilleure préparation à la vie professionnelle que la voie classique de l’école, et cela pour 2 raisons, l’expérience professionnelle, bien entendu, mais également le coté pécuniaire.
Seulement, pour encourager les jeunes à venir vers l’apprentissage et vers l’alternance, tous artisanats confondus, il y a encore du travail ! Il faut dire aux jeunes d’aller dans le sens de l’apprentissage sans quitter l’école ! “.
En savoir plus :
Boucherie-Charcuterie
Jean-Luc Helbert – Maitre artisan
4 rue Aristide Briand
63400 Chamalières
tel : 04 73 93 74 18
        06 82 82 38 66
Mail : boucherie.helbert@orange.fr
17 Boulevard Berthelot
Chamalières
04 73 31 52 00


Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !