webleads-tracker

Clubs & réseaux

L’argent ne suffit pas à faire les grandes équipes

L’argent ne suffit pas à faire les grandes équipes
Les “petits déjeuners de l’éco”, le nouveau rendez-vous qui compte

L’espace Freedôme, installé au Polydôme, place du 1er mai, accueillait hier matin le “petit déjeuner de l’éco” autour de l’économie du rugby. Eric de Cromières, président du club de l’ASM, en était l’invité exceptionnel. Afin de comprendre l’évolution du club auvergnat depuis sa création en 1911 par Marcel Michelin, Eric de Cromières a présenté l’esprit du groupe ainsi que le plan d’actions mené avec succès. La rencontre était animée par Marc-Alexis Roquejoffre, rédacteur en chef du Journal de l’Eco en présence de nombreux invités.


Avec un budget de 32,5 millions d’euros pour la saison 2018-2019, le club est serein. En effet, déjà plus de la moitié de ce budget est directement financé par les plus ou moins grandes entreprises de la région.

Ce sponsoring important et même vital pour le club. L’un des partenaires principaux en est le groupe Michelin ! souligne le président de l’ASM.

Fervent soutien de l’ASM, le groupe Michelin, aide également à soutenir le caractère familial de l’équipe, produisant une fierté régionale répandue. L’ASM est le 5ème club au monde, le plus suivi au monde, après celui de Nouvelle-Zélande.

Outre le sponsoring, le club constitue aussi son budget avec les droits télévisés, représentant 6 millions d’euros grâce à la régularité des résultats ainsi qu’à la présence de l’ASM en demi-finale et finale de grands matchs. La billetterie constitue 20% du chiffre d’affaires et les collectivités publiques de la région y participent à hauteur de 17%. La boutique officielle du club ainsi que la brasserie ne totalisent pas leurs recettes dans le chiffre d’affaires annuel.

« Trop d’argent mal géré fait perdre la cohésion et instaure l’animosité. Les moyens financiers ne suffisent pas à faire les grandes équipes », insistait Eric de Cromières, qui dirige l’ASM avec modestie et réalisme.

Le rayonnement progressif à l’international de l’équipe et de ses convictions permet à Eric de Cromières d’envisager des collaborations inter-clubs avec les États-Unis, notamment en Nouvelle-Orléans, permettant ainsi le développement encore plus la société.

Le président insistait sur les valeurs portées par le club : l’engagement, la responsabilité et le partage (indissociable du plaisir), sont les trois piliers du groupe. Cet état d’esprit se constate notamment dans le classement, réalisé par Advent, concernant la position de valeurs : premier devant le club de La Rochelle, l’ASM se démarque par un fairplay et un jeu remarquable.
Ce club professionnel est un club indépendant
Effectivement, cette équipe au « palmarès de très grande qualité », a pris le « virage du professionnalisme » depuis 2002, en devenant alors “une société à objectif sportif“. La multi-nationalité des joueurs ainsi que l’action digitale permet au groupe de s’assurer un soutien sans limite ainsi qu’un programme d’innovation toujours plus conséquent au fil du temps.

Dans la totalité du budget saisonnier, entre en compte l’entretien et l’évolution du fameux stade Marcel Michelin, dont le club est propriétaire. Il est occupé à plus de 80% lors de chaque rencontre. 4 millions d’euros sont investis chaque année pour ce stade, afin de proposer aux supporters, de plus en plus nombreux, un meilleur spectacle.

Manon Grand-Jean



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !