webleads-tracker

Agri, agro, véto

De l’Odevie à Pizzabio : Un nouveau challenge pour Ghislaine et Claude Muetton

De l’Odevie à Pizzabio : Un nouveau challenge pour Ghislaine et Claude Muetton

Claude Muetton aura gardé une dizaine d'années chacun de ses précédents établissements. Le dernier, l'Odevie, fut une belle réussite puisque cette brasserie du centre ville s'est hissée au rang des best-seller parmi les restaurants de l'agglomération Clermontoise. Aujourd'hui, Claude Muetton et son épouse Ghislaine se lancent dans une nouvelle aventure culinaire en créant Pizzabio, un concept unique à Clermont-Ferrand.


« J’ai eu ma première affaire en 1982, cela fait donc une trentaine d’année que je suis dans la restauration sur Clermont-Ferrand. Pizzabio est mon 4ème restaurant après Pati Coufi, une première pizzeria, puis un bouchon Lyonnais et le restaurant l’Odevie», nous indique Claude Muetton en revenant sur son parcours. A 57 ans, il possède un CAP de pâtissier et a toujours travaillé dans la restauration : « Restaurateur c’est le métier qui me convenait, pourtant rien ne me prédisposait à cela puisque je suis issu d’une famille nombreuse et que je suis le seul dans ce métier-là. »

Le restaurant Pizzabio a ouvert depuis deux mois, juste à l’entrée de Clermont-Ferrand, sur l’avenue Edouard Michelin, mais l’emplacement était déjà réservé depuis trois ans par Claude Muetton et son épouse. Autant dire que le projet murissait depuis un bon moment dans la tête des propriétaires de ce nouvel établissement :  « Les travaux ont duré presque un an. Il est difficile de se renouveler au sein d’un même établissement. Après presque dix ans passés dans un même restaurant, l’envie vous vient de vous renouveler, de passer à autre chose. » C’est ainsi que Claude Muetton et son épouse ont décidé de vendre leur établissement l’Odevie, une affaire pourtant fort rentable, afin de se consacrer à leur nouveau projet.

Comment est né l’idée d’une pizza bio ? « Nous avons pensé qu’avec tous les scandales qu’il y a autour de l’alimentation, avec le fait aussi que les gens font de plus en plus attention à ce qu’ils consomment, nous avions une carte à jouer dans ce domaine. C’est ainsi qu’est née l’idée d’une restauration bio à Clermont-Ferrand, car cela n’existe quasiment pas. Nous avons pensé que c’était un bon créneau et l’avenir dira si nous avons eu raison », confie Claude Muetton. La traçabilité des ingrédients est assurée par la plateforme Auvergne Bio Distribution qui est basée à Combronde et qui regroupe l’ensemble des agriculteurs et des producteurs bio de la région.

Ouvert depuis deux mois donc, l’établissement Pizzabio marque d’emblée par l’originalité de sa décoration organisée autour d’un grand patio baigné de lumière grâce à une immense verrière. Un jardin naturel fait de bananiers et de palmiers renforce la caractère très exotique du lieu. « Tout tourne autour de ce puit de lumière », insiste Claude Muetton, avant d’ajouter : « Il y a beaucoup de bois, de matériaux naturels, une musique douce. Nous voulions que les gens aient l’impression de passer dans un autre pays en arrivant chez nous. »

Pizzabio propose actuellement une vingtaine de pizzas, à consommer sur place ou à emporter, mais aussi des salades, des pâtes (lasagnes, tagliatelles, etc) et des noix de Saint-Jacques proposées soit sur une pizza, sur un risotto ou sur une salade. Tous ces plats sont bien évidemment bio et l’établissement de Claude Muetton peut se targuer d’être le seul restaurant à proposer cela sur l’agglomération.

D’ici à septembre, une nouvelle carte enrichie par de nombreuses nouvelles recettes sera proposée aux clients. L’objectif est de faire 150 couverts par jour, c’est à dire 3500 couverts par mois. Le restaurant passera de cinq salariés actuellement à huit au mois d’octobre prochain. Si cet objectif est atteint, d’autres restaurants à l’enseigne Pizzabio pourrait bien voir le jour. Dans cette perspective, la marque Pizzabio a d’ailleurs été déposée auprès de l’INPI.

                                                                                                    Thomas Fauveau

 

Ouvert du lundi au samedi

 



Publi-rédactionnel

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !