webleads-tracker

Tech & Innovation

“La transition écologique au cœur de la campagne des municipales : 50 nuances de vert”

“La transition écologique au cœur de la campagne des municipales : 50 nuances de vert”
Eric Faidy, candidat à l’élection municipale à Clermont-Ferrand

Avec plus de 28 000 visionnages, vous avez été plusieurs milliers d’abonnées au Journal de l’Eco à regarder les quatre interviews vidéo exclusives des candidats à l’élection municipale à Clermont-Ferrand… toutes, réalisées selon une véritable expression libre. Notre rédaction poursuit sa mission d’information au service d’un regard positif et non partisan, de ceux qui s’engagent au service d’un territoire.


Nous avons proposé à chacun des candidats de nous exposer dans une chronique libre, une innovation forte, présentée dans son programme et destinée à développer Clermont-Ferrand.

Aujourd’hui, c’est la candidat Eric Faidy qui nous présente son projet intitulé “La transition écologique au cœur de la campagne des municipales : 50 nuances de vert”

S’adapter ou disparaître. Cette loi de Darwin ne s’applique pas seulement aux espèces animales et végétales, mais également à l’économie. Si elle veut survivre, l’économie de marché doit se transformer profondément et rapidement.
Plus qu’une simple mutation c’est une nouvelle révolution industrielle qui est engagée. Numérique bien sûr, mais également écologique en raison de la raréfaction des ressources et du défi de la maîtrise des émissions de carbone. Gouverner c’est prévoir, et prévoir c’est concevoir les choses avant les autres dit-on.

Les candidats aux élections municipales clermontoises ont du coup tous verdi leurs programmes. Mais au-delà des slogans, il est important d’analyser la cohérence d’ensemble de leurs engagements et de vérifier si la transition écologique est une mesure parmi d’autres ou s’ils proposent un vrai tournant politique pour faire de Clermont une ville vraiment verte.

Le candidat qui va le plus loin dans la cohérence et l’ampleur d’un véritable projet politique d’inflexion des politiques actuelles est celui issu de la société civile et novice en politique. Comme dans le monde de la « vraie vie » (son expression), Eric Faidy se donne des priorités et se déclare prêt à dérouler le plan d’action publié sur son site internet (ericfaidy.fr). Le « big bang vert » et la neutralité carbone qu’il promet à horizon 2050 s’appuie sur des actions ambitieuses. Là où Olivier Bianchi et Jean-Pierre Brenas s’accordent sur 2 lignes de bus en site propre, Eric Faidy dit oui et en plus propose un réseau de navettes électriques avec arrêts à la demande. Là où Olivier Bianchi vante le coefficient de biotope imposé aux promoteurs immobiliers, lui s’oppose au « tout béton » et affirme qu’il ne délivrera pas de permis de construire pour les immeubles collectifs s’il n’est pas prévu de végétalisation des façades et des toits. Sur les pistes cyclables, il doublera le budget annuel en vigueur pour réaliser en 5 ans le plan prévu sur 10 ans et dédiera une voie aux mobilités douces sur les ceintures périphériques (Côte Blatin, Pourchon, …). Il équipera la plupart des toits des bâtiments municipaux de panneaux photovoltaïques ce qui est loin d’être le cas et encouragera la rénovation thermique de tous les bâtiments (y compris du parc privé).

La place à la nature en ville est également une différence significative entre les 3 candidats. Forêt urbaine aux Salins pour Olivier Bianchi, Miroir d’eau pour Jean-Pierre Brenas, Coulée verte pour Eric Faidy. Cette coulée verte changera le visage de Clermont avec une zone verte et nature des Salins à Delille, en passant par Jaude et Gaillard. Impossible affirme le sortant quand Eric Faidy souligne qu’un tel projet a été mené à Nice, à Vancouver et dans bien d’autres villes ; mais aussi que Grenoble a planté 6000 arbres en 6 ans et Lyon en plante 2000 par an. Pour le financement ? Le candidat LaRem renonce au grand stade de 30 000 places et réoriente le budget voté pour la phase 1 du projet afin de terminer une fois pour toutes un stade à 13/15 000 places.

Quand ses adversaires l’accusent de greenwashing ou d’opération marketing, Éric Faidy hausse les épaules. Il admet ne pas être né écologiste, comme tous les Français rappelle-t-il, et objecte l’épaisseur et le sérieux de son programme construit sous la direction de Jean-Paul Besset, ancien député européen EELV et porte-parole de Nicolas Hulot.

Des politiques publiques verdies pour Jean-Pierre Brenas et Olivier Bianchi. Un big Bang vert pour Eric Faidy.

Est-ce la bonne priorité ? Eric Faidy en est convaincu, car il faut agir à tous les niveaux pour sauver la planète. Mais il affirme également que ce « big bang vert » est un tremplin pour Clermont-Ferrand. Une opportunité de faire parler positivement de Clermont, de vraiment capitaliser sur le classement UNESCO de la chaîne des Puys en faisant de Clermont une ville touristique, de se doter d’un tremplin pour créer les emplois de demain en dynamisant l’économie du futur (Mobilité durable, biotech, agriculture et transformation bio, …).

Que choisiront les électeurs ? Réponse le 22 mars.



Une chronique

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !