webleads-tracker

Vidéo

Covid-19 | Savoir se renouveler dans l’urgence

Covid-19  | Savoir se renouveler dans l’urgence

Le groupe Fursa est composé de deux entreprises (Asti et Valdeco) spécialisées dans la production de textile dans l’industrie et le secteur de la décoration. Dès la mise en place du confinement, cette société à pris le risque de totalement convertir son activité et ce en l’espace de quelques jours. Son directeur, Thierry Hayet est notre invité.


Afin d’assurer la continuité de la production , Thierry Hayet, dirigeant de la société depuis 2016 a pris la décision de laisser de côté sa production initiale afin de se consacrer pleinement à la production de masques de protection en tissu.

Ce projet a en amont été proposé à la préfecture de la Haute-Loire. Un prototype a été sélectionné parmi l’échantillon proposé. C’est seulement après cet accord que la production a pu débuter. Le chômage partiel n’étant pas une solution envisageable pour le groupe, il a fallu motiver les salariés afin de reprendre l’activité.

« Lorsque le confinement a été décrété, le personnel de mes deux entreprises était très inquiet, plusieurs salariés ne voulaient plus se rendre travailler en entreprise. J’ai préféré adopter une communication transparente avec mes salariés pour leur demander de me faire pleinement confiance. Poursuivre la production de rideau et de jeans n’avait aucun sens en cette période de crise. Mais lorsque le projet de conception de masque a été accepté par le pouvoir public, la donne a totalement changé. La production de masque de protection a généré chez les salariés un fort sens d’engagement. Notre activité avait un sens et intérêt général, cet aspect ‘mission’ a complètement effacé les peurs du personnel» nous explique Thierry Hayet.

Aujourd’hui, le groupe Fursa a une capacité de production comprise entre 5 000 et 7 000 masques par jour, avec une possibilité d’atteindre un rendement de 10 000 masques. La demande n’est plus seulement locale mais s’est entendue à l’échelle nationale.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !