webleads-tracker

Tendances Éco

Railcoop | Une ligne Lyon-Bordeaux via Montluçon par les petites voies

Railcoop | Une ligne Lyon-Bordeaux via Montluçon par les petites voies
Desservir les territoires oubliés par la SNCF

La liaison ferroviaire Lyon-Bordeaux par le nord du Massif Central pourrait renaître grâce à une nouvelle société coopérative, Railcoop. En 2012, la SNCF avait supprimé le dernier train quotidien reliant Bordeaux à Lyon, qui circulait via Périgueux, Limoges, Guéret, Montluçon, Gannat, Saint-Germain des Fossés, Roanne et retour.


Railcoop est une société coopérative d’intérêt collectif (SCIC). Unique en France dans sa catégorie, elle est dédiée au chemin de fer. Basée à Cambes dans le Lot, elle a été créée officiellement le 30 novembre 2019 à Cajarc et a pour but de réunir 3.000 sociétaires d’ici la fin de l’été. https://www.railcoop.fr

L’ambition de Railcoop est d’exploiter des services voyageurs comme des services fret. Elle envisage de lancer des circulations de marchandises dès 2021.

Railcoop a décidé de faire de la transversale historique Lyon-Bordeaux par l’itinéraire nord sa « ligne test ». L’objectif, une fois le capital des sociétaire réunis, est d’obtenir une licence de circulation et un certificat de sécurité d’ici janvier 2021 et, au cours du premier trimestre 2021, de passer commande des sillons.

Railcoop s’est fixé comme mission de renforcer l’usage du ferroviaire sur tous les territoires pour contribuer à la transition écologique et par une participation de l’ensemble des bénéficiaires de cette mobilité.

Trois allers-retours quotidiens envisagés sur la « ligne-test » Lyon-Bordeaux
Sur cette « ligne-test » Lyon-Bordeaux, Railcoop commanderait trois sillons quotidiens dans chaque sens. Un rétablissement de cette liaison d’intérêt national jadis exploitée par la SNCF sous le statut Intercités de « Trains d’équilibre du territoire » conventionnés par l’Etat, impliquerait un rétablissement du trafic voyageurs entre Gannat et Saint-Germain-des-Fossés, section de 24km qui n’est plus actuellement parcourue que par un reliquat de flux fret.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !