webleads-tracker

Finance

Interview | Ne pas être esclaves de l’hyper-financiarisation

Interview | Ne pas être esclaves de l’hyper-financiarisation

Conférencier, essayiste, ancien responsable Marketing Communication chez SPIE Batignoles, puis indépendant, le moins que l’on puisse dire c’est que Thierry du Parc Locmaria a plusieurs cordes à son arc. Le conférencier défend aujourd’hui une thèse étonnante, celle du combat contre l’hyper-financiarisation. Il est notre invité en vidéo.


En avançant dans sa carrière, il fait le constat des dégâts de l’hyper-financiarisation au sein de notre société, et écrit Pour une finance frugale: la sobriété au service de l’entreprise (2020), un ouvrage qui résonne tout particulièrement avec le Think Tank Finance Frugale qu’il vient tout juste de co-fonder au sein d’une équipe de 12 personnes.

Sa problématique est très claire : « Comment les entreprises peuvent-elles se libérer de cette hyper-financiarisation et remettre la finance à la place qui est la sienne : un moyen et non pas un but ? »

Pour cela, Thierry du Parc Locmaria compte bien y répondre en travaillant avec des philosophes qui apporteront ainsi une nouvelle dimension à cette vision de la financiarisation: « Ce sont des gens qui nous permettent de penser en dehors du bocal » et en collaborant avec des intervenants d’entreprises afin qu’ils transmettent les constats et actions pris dans le Think Tank dans les entreprises.

Selon Thierry du Parc Locmaria, il faut commencer par travailler avec les PME qui sont bien moins dépendantes de cette hyper-financiarisation et pour qui les avantages seront notoires. « Les investisseurs des PME sont plus facilement sensibles à ce sujet de l’hyper-financiarisation » ajoute-t-il.

La deuxième étape sera ensuite de passer par l’empowerment : « C’est prendre en charge son destin ». Et il en a d’ailleurs fait l’expérience durant ses travaux de recherche pour l’écriture de son livre  Réenchanter la vie, un chantier pour aujourd’hui: Economie de proximité et revitalisation des territoires en discutant avec un représentant d’une ville accueillant de nouveaux habitants travaillant dans la métropole voisine « C’est à nous de savoir les attirer pour vivre sur notre territoire ».

C’est donc par une prise en main qu’il est possible pour les acteurs de la société de changer leur destin. Cet empowerment se doit alors d’être la pierre angulaire des entreprises afin que ces dernières « acceptent de se libérer du dictat de la financiarisation » précise-t-il.  Et selon lui, rien n’est vaincu face à l’hyper-financiarisation, et le combat doit continuer : « Nous pensons dans le Think Tank que la partie n’est pas du tout jouée. »

Mais Thierry du Parc Locmaria a également une autre passion qui est celle de la photographie de reflets sur son site https://www.tdpphoto.com/presentation, où il y développe tout autant cette notion de pensées latérales à relier avec celles des philosophes du Think Tank nous faisant dire : « Le reflet nous pousse à voir les choses autrement ».

 

 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !